S'identifier - S'inscrire - Contact

Elections européennes, et après…

Par Jacques Cotta • Actualités • Lundi 27/05/2019 • 6 commentaires  • Lu 1977 fois • Version imprimable


Edouard Philippe, le premier ministre, a déclaré, les premiers résultats à peine connus, « qu’il allait poursuivre la feuille de route fixée par le Président de la République ». En d’autres termes, le gouvernement a répondu sans attendre aux revendications de justice sociale que les GJ expriment depuis plus de 6 mois par une nouvelle fin de non recevoir. C’est la première leçon de ces élections. La guerre sociale qui est déclarée dans le pays, loin de trouver un répit, va voir une nouvelle offensive gouvernementale concernant le pouvoir d’achat, les retraites, les soins, les services publics, l’emploi, la précarité, les salaires notamment.

Les illusions ont poussé un nombre d’électeurs plus important que prévu à se diriger vers les urnes. Bien que n’étant qu’un leurre ne servant qu’à légitimer l’Union Européenne dans sa croisade contre les aspirations des peuples et leurs revendications, 50% de nos concitoyens ont décidé de jouer ce jeu de dupes. Les différents appels au boycott n’ont donc pas été entendus. Et contrairement à tous les discours voulant accréditer l’idée que l’abstention servirait d’abord LREM et le FN, c’est bien l’inverse qu’on peut constater. Le vote plus massif que prévu a servi d’abord et avant tout les listes arrivées en tête.

  • Une part du corps électoral qui s’est déplacé l’a sans doute fait pour sanctionner Macron, oubliant que le vote légitimait l’UE dont Macron est le représentant au pouvoir.
  • Une autre part l’a fait aussi pour soutenir « le parti de l’ordre » en votant LREM, contre le mouvement social, contre « la chienlit », pour la défense des privilèges des plus privilégiés.
  • Enfin, le recul de l’abstention marque le succès d’une propagande à toute épreuve: le « grand débat » macronien avait préparé le terrain…

Macron n’est pas De Gaulle…

 

Ces élections ont été personnalisées à outrance. Emmanuel Macron avait décidé de leur donner une forme de plébiscite en se mettant en avant comme s’il était lui-même tête de liste LREM, désignant Marine Le Pen comme sa principale adversaire. Macron-Le Pen, un troisième tour programmé.

Sous cet angle, Macron connait une défaite indiscutable. Il perd entre le premier tour de la présidentielle et cette élection 3 580 963  voix. La bourgeoisie s’est pourtant portée sur son nom puisque la liste LR s’effondre avec seulement 8,48% des suffrages, soit 4,2% du corps électoral. On peut donc considérer que Macron a rassemblé son socle électoral en siphonnant la droite, le socle de classe qu’il représente et défend. 

Mais cet échec est le désaveu de sa politique. C’est d’ailleurs ainsi qu’il s’est lui-même positionné en appelant les français à le soutenir personnellement. Il a été battu. En d’autres temps, comme De Gaulle par exemple, le président aurait tiré les conclusions en tirant sa révérence. Mais Macron n’est pas De Gaulle. Il a d’ailleurs un rapport à la démocratie qui lui interdit de tirer les conséquences du scrutin en démissionnant, comme majoritairement le peuple français le lui a demandé.

Le RN comme gourdin

 

La liste RN qui arrive en tête a été saisie par nombre d’électeurs comme le gourdin susceptible de porter un coup à Macron, lorsque les autres étaient assimilées à des brindilles. Les appels à « battre Macron » ont poussé au vote FN, comme le cas Kotarac, élu FI, l’a exprimé à quelques jours du scrutin. Ainsi, le vote FN n’est en rien un vote d’adhésion, et pour cause. Sur l’essentiel, le pouvoir d’achat, le Smic, les charges et les services publics, la non amnistie des GJ condamnés, ou encore la 5ème république, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et l’UE ont des positions interchangeables.

EELV ou le chouchou du Medef

 

Les commentateurs se sont délectés au soir des résultats du score d’EELV, 13,47% des suffrages exprimés, soit 6,7% du corps électoral. EELV a bénéficié d’un propagande grossière et pour le moins trompeuse. Yannick Jadot et EELV sont en effet à l’écologie ce que la chasteté est au bordel. Selon Jadot l’écologie est compatible avec l’économie de Marché lorsque tout montre que la défense de nature, de l’environnement, de la planète nécessite de renverser le système basé sur le capitalisme et le profit maximum. Jadot est d’ailleurs devenu le chouchou du Medef, et ce n’est pas pour rien. Il est macron compatible sur le fond.

La FI ou la fin d’une histoire?

 

Enfin, la France Insoumise connait un effondrement sans précédent qui risque de sonner le glas du mouvement gazeux. Alors que Jean Luc Mélenchon se fixait l’objectif du « leadership » à gauche, il se trouve à égalité avec le PS et loin derrière ce qu’il a nommé stupidement comme allié potentiel EELV. La FI a beau se rassurer en parlant de son gain en sièges, l’argument est absurde. Car en réalité, avec 6,31% des exprimés, la FI rassemble 3,15% du corps électoral. Pour mesurer la débâcle, il faut en venir à l’évaporation des voix. Alors qu’à la présidentielle il y a deux ans Jean Luc Mélenchon rassemblait 7 060 885 électeurs, la FI à ces européennes n’en récupère que 1 428 386 soit une perte de 5 639 499 voix! La FI qui a refusé de tirer le bilan de l’abandon de la ligne « populiste » de Mélenchon qui pourtant a fait son succès il y a deux ans et qui a décidé de se tourner vers « la gauche » récolte les premiers fruits pourris d’une orientation rejetée jusqu’en son sein.

Avec la FI, c’est la gauche en tant que tel qui est laminée. Le PCF disparait pratiquement, n’obtenant même pas le score de 3% lui permettant d’être remboursé. Et FI+PS+PCF+Hammonistes totalisent 18,26% des exprimés, soit à pleine plus de 9% du corps électoral…

Et maintenant?

 

Les résultats confirment le pronostic que nous pouvions faire avant les élections: une fois le scrutin passé, les mêmes questions demeurent. 

  • D’abord la question sociale, le pouvoir d’achat, la possibilité pour tous de finir les mois, se nourrir, se loger, se soigner, les services publics c’est à dire leur maintien, leur développement, leur reconquête, une autre fiscalité en faveur des « petits », citoyens, travailleurs, artisans, petits patrons, afin notamment de permettre des emplois de proximité, pour supprimer le chômage, et non une fiscalité pour les « gros » dont les cadeaux bénéficient aux actionnaires, tel le CICE (soit 45 milliards par an). La justice fiscale, soit le rétablissement de l’ISF.  la baisse de la TVA, impôt particulièrement injuste qui frappe chacun de la même façon… Le droit de vivre pour les catégories les plus faibles, handicapés, invalides… La justice pour les retraités nombreux à ne pouvoir assurer une fin de vie décente…

 

  • Ensuite la question démocratique concentré dans la formule, « gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple », l’opposé de la 5ème république anti démocratique dont les institutions donnent de fait les pleins pouvoirs à un président minoritaires dont la politique est rejetée par le peuple.

 

Dés lors, il est urgent de reprendre les questions sérieusement à la racine.

Peut-il y avoir démocratie sans souveraineté?

Un peuple soumis à une autre autorité que la sienne peut-il être libre? Cela ramène à la question de l’UE dont nous savions, avant les élections, qu’elle continuerait d’exister après. L’ensemble des exigences sociales et démocratiques nécessitent de recouvrer notre souveraineté, notre liberté, notre droit de décider et d’agir, le refus de voir toute instance supranationale opposer son veto et imposer sa volonté au peuple, à la Nation.

Peut-il y avoir souveraineté et donc démocratie sous le règne du capital, de la loi du profit qui n’a que faire de l’homme pourvu que « ça rapporte »? 

Les exigences sociales et démocratiques qui existaient avant les élections et qui sont les mêmes après sont-elles compatibles avec le capitalisme, système qui organise les privilèges de quelques-uns au détriment du plus grand nombre? 

L’humanité menacée peut-elle s’en sortir si elle demeure soumise à la l’économie de marché et au règne de la libre entreprise? 

Et enfin, dans la situation actuelle, n’y aurait-il pas urgence à organiser les forces pour répondre collectivement à ces questions et prendre nos affaires en main?

 

Jacques Cotta
Le 26 mai 2019


Partager cet article


Commentaires

par ALIN JAVIER le Mardi 28/05/2019 à 12:51

 En péambule: il peut sembler paradoxal de prôner l'abstention et de regretter le faible résultat de son camp.


Le système électoral est légitimé par les institutions non démocratiques,et l'élection est  non démocratique et non représentative, mais légitimée par ces institutions par défaut d'alternative.
Mais, il y a , comme bien souvent, une faillite des idées au profit du système.  

C'est à ca niveau qu'il faut porter le fer, théoriquement   et  pratiquement  en élaborant des alternatives aux modalités de vote voire  au recours au vote. 

Une des premières propositions serait de militer pour le vote obligatoire  à partir de 16 ou 17 ans 
tout en supprimant la parodie de service national, ceci dans le but à la fois d'obtenir
                                 un résultat représentatif de l'opinion
                                 et d'intégrer plus tôt les jeunes à la collectivité nationale.

Travailler la question de la délégation qui en France est le plus souvent individuelle,
pour aller vers une responsabilité collective plus partagée et  limitée dans le temps dans l'ensemble des intitutions politique du pays

Décentraliser  réellement la France  les pouvoirs  en renforçant leur capacité budgétaire  
. etc etc......

Ceci serait à travailler bien entendu avec les groupes politiques prêts à collaborer entre eux  ...pour une éventuelle plate forme alternative aux pratiques d'aujourd'hui, tout en capitalisant ce qui a déjà été fait apr les différentes instances des partis  (ex: AEC), groupes divers (ThinkThank, 6ème République, etc..) et Administrations. 


article intéressant dont on peut tirer un enseignement immédiat par Serge_Gomond le Mercredi 29/05/2019 à 19:53

D'abord globalement: question, que changera ce vote dans la vie quotidienne pour la grande majorité des français? réponse, pas grand chose! macron l'a d'ailleurs déclaré publiquement, il ne changera rien, ni le contenu, ni la cadence forcée de ses réformes (il s'agit en fait de privatiser tout ce qui ne l'est pas encore, il a été choisi et élu pour ça...), et le vote en faveur du rn, n'est pas et ne sera jamais une gêne pour lui (bafouant ses propres principes, par exemple lorqu'il déclarait que la deuxième place était une défaite pour lui), au contraire, puisque les deux partis politiques arrivés en tête de cette élection européenne (rn et lrem) sont jumeaux!

Quelques exemples concrets: y a-t-il une différence entre ces deux partis sur les questions européennes? Non! ils sont tout aussi européiste l'un que l'autre, (ce n'est pas les discours circonstanciels de Marine Le Pen, discours qu'elle réserve aux militants et sympathisants du rn (et étudiés de près par les donneurs d'ordres français et européistes), et en totale opposition à celui qu'elle tient à l'Assemblée européenne, double discours donc, mais qui pourrait faire la différence entre le rn et lrem? Ces deux partis sont-ils des partis antisociaux? Tout à fait, et en ce qui concerne macron, les Français l'ont constaté à leurs dépens depuis deux ans. En ce qui concerne Marine Le Pen (mais son père avait aussi ce même double discours), il suffit de relire (malgré le flou habituel entretenu savamment par de cette dame) son programme économico-social, pour constater qu'il est tout à fait antisocial ; Marine Le pen et macron, sont-ils de droite (et dans leurs cas il s'agit d'une droite franchement réactionnaire) ? Oui, l'un comme l'autre, avec une bonne avance en ce qui concerne macron, qui a fait voter par une assemblée "godillots" des lois liberticides (par exemple: contre le droit de manifester librement (droit inscrit dans la Constitution française), il a fait ajouter une loi pour censurer, (les derniers évènements l'ont malheureusement prouvé), de plus en plus ouvertement les médias "sociaux" ainsi que les rédactions et journalistes indépendant(e)s), l'utilisation systématique de la violence (lors de manifestations, mais pas que), des humiliations et des injures contre le peuple français quasi quotidiennes, et il a imposé son autoritarisme débridé (au point que même l'Onu s'en est inquiétée). Donc de vrais jumeaux sur tous les plans!

Depuis 2002, c-à-d, depuis l'époque où Chirac se présentait au second tour de l'élection présidentielle contre JM Le Pen (le père de Marine), jusqu'à ses successeurs: Sarkozy, Hollande et Macron, ils ont tous utilisé et abusé de la même rhétorique électoraliste (pourtant totalement usée, pensez donc, 17 ans que ça dure!) : il faut battre l'extrême droite, et macron a comme à son habitude voulu en rajouter une couche, déclarant: c'est moi ou le chaos! (avec lui, en guise de chaos on est largement servi, c'est le chaos au quotidien... chaos agrémenté d'insultes et d'un mépris sans borne !) Conclusion: le rn ou lrem-macron c'est du pareil au même, avec en prime l'impasse assurée pour la grande majorité de Français (80%) et un chaos au quotidien.

Second élément essentiel: dés le lendemain de cette élection européenne, les membres de la Commission européenne (membres cooptés et non-élus démocratiquement), se réunissaient en présence des 28 chefs d'Etat et membres de gouvernement des pays membres de l'UE, pour deviner quoi? Prendre des décisions qui annihileraient d'éventuelles décisions que pourraient  prendre (à leur insu) les nouveaux élu-es de la nouvelle Assemblée européenne, mais surtout, pour enfin passer aux choses sérieuses: d'abord nommer prioritairement le nouveau dirigeant de ladite Commission européenne (afin de remplacer le Luxembourgeois Junker), et voter (entre eux) les ordres qu'ils "soumettrons" à la nouvelle Assemblée européenne (sans que celle-ci ne puisse, ni  les refuser, ni les contrecarrer en les modifiant, ce sont des ordres venus d'en haut, point!)
Le peuple dans tout ça? Circulez y-a rien à voir!

Il parait, selon les médias aux ordres, que l'organisation qui s'en est sorti le mieux, (après la Bérézina subit par les partis institutionnels ou pas, lr, ps, lfi, etc.), c'est EELV! Parti fourre tout, que les caciques de cette organisation utilisaient souvent à titre personnel, (et selon leur ambition personnelle) et sans vraiment consulter la base. De cette manière, ils-elles pouvaient tranquillement s'acoquiner avec le pouvoir en place, (au temps béni de le fausse alternance "gauche-droite", qui ne les dérangeait nullement, au contraire...), pour se faire nommer à des postes ministériels, ou dans les fromages de la République.

Unitile de vous précisez, qu'après leur "grande" victoire à l'élection européenne, (au alentour de 6,5/7% des inscrits (un peu plus de 3 millions de voix), Jadot et sa bande vont s'empresser d'aller frapper à la porte de macron, pour négocier de nouveaux postes!

Les Gilets jaunes dans tout ce fatras électoraliste? A part les quelques originaux qui ont présenté des listes (à titre personnel bien sûr), et dont les "commentateurs politiques" se sont largement gaussés (fallait les voir se défouler, à la limite de l'insulte), suite au résultat minable ; alors que la majorité des Gilets jaunes avait appelé au boycott de cette élection européenne (et ils-elles ont bien fait!), et toujours, selon les "commentateurs politiques", les Gilets jaunes n'en auraient apparemment tiré aucun bénéfice politique de cette élection... la bonne blague!

Car comme à leur bonne vieille habitude, les médias dominants évitèrent d'en parler, et pour cause: c'est encore la camp des abstentionnistes qui à de nouveau rafler la mise..., et quelle mise!
Depuis que des Français (y compris les Gilets jaunes) expriment leur dégoût du système électoral français, et s'abstiennent volontairement d'aller voter, geste éminemment politique bien entendu, la décomposition des partis politiques traditionnels est "en marche!", il suffit de le constater résultat après résultat, et depuis au moins deux/trois ans, la décomposition de l'umps c'est fichtrement accéléré, entraînant les autres formations politiques dans leur descente vertigineuse...

Reste donc le rn et lrem (EELV c'est un cas un peu à part, une sorte de leurre politique, un mirage, un attrape couillons), qui ne tarderons pas à prendre le même pente descendante, en route vers la décomposition!  


L'Italie menacée par la Commission! par Jean-Paul B. le Samedi 01/06/2019 à 12:36

 Bonjour,
pourriez-vous nous expliquer clairement le "conflit" en gestation qui va rapidement opposer l'Italie à la Commission de Bruxelles à propos du déficit italien considéré par cette structure supra-nationale illégitime comme étant "excessif" et ses conséquences possibles pour le reste des pays formant l'UE?
Merci de nous éclairer.


projections par Serge_Gomond le Lundi 03/06/2019 à 20:53

Deux ou trois ans avant que cela ne se produise réellement, je prophétisais sur ce site et d’autres, (sous mon nom, sergio, (bien que certains de mes textes furent repris sans que mon nom n’apparaisse nul part…), dont les textes sont – peut-être ? –  encore consultables), que *l’umps allait imploser, puis disparaitre définitivement du paysage politique français !

Nous y sommes…, bien que ces chutes prémonitoires furent annoncées simultanées, le PS aura pris un peu d’avance sur l’ump-lr ; et comme prémonitoirement, ils ont effectivement implosé et sombré corps et biens… (et malgré les espoirs des uns et des autres, sans possibilité de retour: ni à la case départ, ni nul part!)

Il fallait entendre dans les médias aux ordres, leurs chiens de garde se déchaîner sur les dépouilles encore tiédasses de ces deux formations politiques, (moins sur les seconds, puisqu’au  ps ne subsiste aujourd’hui qu’un dernier carré de caciques, et qu’il avait salement morflé au paravent !) C’est une bonne leçon pour celles et ceux qui s’imaginaient que « ces petites crevures de journalistes aux ordres », pouvaient éprouver une quelconque once de reconnaissance, alors qu’ils leur avaient consciencieusement ciré les pompes et servi la soupe pendant de nombreuses années… bien avant ces spectaculaires chutes mortelles!

Le rn et lrem, tentent bien une retape (une OPA, pour reprendre leur terminologie), sur les caciques de se qui reste de lr, mais l’un comme l’autre (rn et lrem), n’ont absolument pas senti le vent du boulet à leurs oreilles, et s’acharnent  comme des charognards sur les dépouilles à peine refroidies de ces deux formations, (du moins, en ce qui concerne lr, car en ce qui concerne l’ancien ps, ils-elles ont déjà pris les devants). Il est inutile de faire allusion aux parti fourre tout, EELV, les caciques de cette petite organisation, sont déjà bien rôdés pour aller quémander des places et des postes au tenant du pouvoir en place, en l’occurrence la macronie, (de plus en plus déliquescente, d’ailleurs), c’est un réflexe conditionné chez ces petits malins!

En ce qui concerne lfi-li, j’ai déjà développé le sujet, et n’en changerai pas une virgule, JL Mélenchon, a fait une précampagne et campagne à géométrie variable, et a obtenu ce qu’il avait semé…  pour le dire crûment, Mélenchon est dans la merde jusqu’au coup !, et aura bien du mal à se tirer du bourbier dans lequel il c’est  lui-même fourré! Et j’ajoutai: les élections municipales approchant à grand pas –  mars 2020 – après une telle gamelle il lui sera quasiment impossible de redresser la barre rapidement… et j’ajoutai: plus généralement, cela n’empêchera pas le rn de passer en tête des prochaines élections (les municipales sont prévues en mars 2020) même si dans le même temps lrem cherchera à s’implanter localement (vu le chaos qu’a semé macron à travers la France, la tâche ne sera pas très aisée!, un tel comportement laisse toujours de profondes cicatrices!, et le rn visera la présidentielle de 2022, avec un peu plus d’assurance (toujours grâce à macron, et malgré le faux clivage qu’il cherche à instaurer lors des campagnes électorales (présidentielle et européenne), les Français ont bien vu que le chaos c’était lui…). conclusion provisoire: en ce qui concerne les autres formations politiques (lr, ps, lfi, etc.), il leur faudra patienter avant d’assimiler leurs cinglantes défaites, mais surtout, qu’elles réagissent (et vite !) pour reconstituer leurs propres forces, et ainsi penser sérieusement à leur recomposition, et surtout à leurs alliances (si toutefois, elles ont enfin bien retenu la leçon de leur défaite?).

L’invention du soi-disant plafond de verre, n’est qu’une vaste fumisterie, inventée de toute pièce par les rédactions aux ordres, celles et ceux qui votent pour lrem, voteront aussi bien pour le rn (et vis versa), puisqu’il n’y a aucune différence idéologique entre ces deux formations, si ce n’est leurs logos…  

Le changement de paradigme (pour reprendre leur jargon), car il y a bien eu un chambardement profond (mis à part les implosions annoncées), malgré un recul de l’abstentionnisme (de 8%) par rapport aux élections européennes de 2014, les Gilets jaunes auront un boulevard devant eux!, malgré le silence radio des médias aux ordres, la victoire des abstentionnistes (et des Gilets jaunes), est patente, et ce sont eux les véritables gagnants de cette élections européennes…
Car, depuis que les Français (y compris les Gilets jaunes, bien sûr) expriment leur dégoût du système électoral français (système dit "représentatif"), et qu’en conséquence s'abstiennent volontairement d'aller voter, (décision murement réfléchie et éminemment politique), la décomposition des partis politiques traditionnels est "en marche!", et pour le constater, il vous suffit d’observer les résultats électoraux, élection après élection, (y compris la "reine des élection", la présidentielle, ou l’abstention commence à prendre une certaine consistance), et de les comparer à la déliquescence accélérée des partis traditionnels (y compris le rn et lrem) depuis au moins deux/trois ans, et de les comparer aux résultats de plus en plus désastreux de l'umps (mais pas que, puisque le rn et lrem reculent aussi!) Cette décomposition des partis traditionnels s’accélère entraînant inexorablement les autres formations vers une descente vertigineuse... et à l’opposé, les résultats obtenus par les abstentionnistes (il faudrait analyser et comparer les résultats de chaque élection depuis au moins 17 ans), contrairement à ce que nous cache soigneusement la propagande officielle, les conséquences politiques de l’abstentionnisme (militant), a eu et aura des répercutions (directes et indirectes) sur toutes les organisations politiques et syndicales… (y compris, bien entendu sur le rn et lrem !).

 

*à l’époque le clan sarkozy imposait ses propres règles (maffieuses) de gouvernance à la France, suivi de près par hollande (pépère pervers), homme sans foi ni loi, tout comme son maître mitterand !... et pour finir, macron, le pire de ces trois lascars, qui finira comme ses prédécesseurs (dans un peu moins de temps que ne le croit les think tanks et médias aux ordres de la macronie), au fond de l’abîme politicard…, et sans obtenir un autre mandat à la tête de l’Etat français ! Les profondes cicatrices qu’il aura causées dans la mémoire collective du peuple français, ne sont pas prêtes à se refermer de si tôt !

**le baratin macronien, face à ses propres contradictions, n’a déjà plus beaucoup de prise sur une bonne partie de la population françaises (toutes catégories confondues, sauf les 12% de nouveaux riches et autres bobos citadins – le  0,01% est bien trop occupé à tirer les ficelles… pour essayer de sauver sa peau !), et pas seulement européiste, mais aussi au plan national, où c’est déjà un chaos indescriptible, qu’il a très largement aidé à semer, doublé d’un bordel sans nom, qu’il a, là encore, très largement entretenu durant les six mois que dure la crise des Gilets jaunes, et qui sans aucun doute, lui reviendront en pleine poire! Et comme lr et le ps, il n’aura aucune échappatoire possible, sa secte, lrem, disparaîtra aussi rapidement qu’elle apparue, au point de ne pas avoir le temps de concrétiser une quelconque implantation locale! Ce petit môssieu c’est évertué à insulter copieusement et consciencieusement des millions de provinciaux, Provinces françaises d’où sont issus les volontaires du mouvement des Gilets jaunes (mais pas que), et plus largement de la grogne antimacronienne…    


Re: projections par Jean-Paul B. le Jeudi 06/06/2019 à 07:53

 Bonjour,
afin d'enrichir notre réflexion sur la situation politique actuelle d'après 26 mai,j'invite à lire sur Le Blog de Bertrand Renouvin l'excellente chronique du 28 mai intitulée "Après les européennes,la guerre des classes". 



Re: projections par jcotta le Jeudi 06/06/2019 à 09:50

 En effet la chronique de Bertrand Renouvin est excellente. La place de Macron dans la guerre sociale engagée par la bourgeoisie contre le peuple est bien décrite, comme la nature de l'affrontement engagé non entre gauche et droite mais entre le haut -l'oligarchie- et le bas. A lire absolument pour ceux qui ne l'ont déjà fait...



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato