S'identifier - S'inscrire - Contact

Calendrier

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

La scène politique libanaise à son tournant : une nouvelle opposition se prépare à la course aux législatives

Par Marina Ader et Nada Maucourant Atallah


Avec l'accord des auteurs, nous publions à l'attention des lecteurs de "" cette très intéressante étude, déjà publiée par site "Le vent se lève" (lvsl.fr).

→ plus
Par la-sociale • Internationale • Mardi 17/10/2017 • 0 commentaires  • Lu 26 fois • Version imprimable

Spécificités catalanes et leçons de Catalogne…

… utiles pour la Flandres, l’Ecosse, la Corse, etc.…


Depuis le résultat du référendum qui a donné à plus de 92% des votants une majorité écrasante à l’indépendance en Catalogne, le ton ne cesse de monter pour laisser prévoir un affrontement imminent. Non seulement en Espagne où Madrid ne cesse de répondre verbalement, mais aussi physiquement, à la volonté catalane avec violence, mais aussi dans la Presse et le monde politique européen qui suppute sur la réaction de l’état central sans affirmer la moindre opposition à ses accents guerriers.
→ plus
Par Jacques Cotta • Actualités • Mercredi 11/10/2017 • 4 commentaires  • Lu 946 fois • Version imprimable

Les services publics, un modèle de société…

… que le gouvernement Macron Philippe menace un peu plus au profit de l’oligarchie, au détriment du plus grand nombre.


Alors que le ministre de « l’Action et des comptes publics » va lancer les « états généraux de la fonction publique » dans les semaines qui viennent, dans le but de « consulter les syndicats » pour revoir « le statut des fonctionnaires », « les salaires » et « l’externalisation des missions », Emmanuel Macron a personnellement donné le ton. En plein débat sur les ordonnances destinées à détruire le code du travail, le président de la république et le gouvernement mettait sur l’ouvrage le dossier de la SNCF et des cheminots. Les termes ne sont pas nouveaux. « Implication », « politique du résultat », « évaluation », « reconnaissance du mérite contre les avantages acquis », « individualisation du revenu », « privilèges » ... Derrière la façade « réformatrice », c’est la liquidation qui est à l’ordre du jour, liquidation du statut, de la fonction, des postes. Dans les quinquennats précédents, les présidents Sarkozy et Hollande ont respectivement mis en œuvre la RGPP et la LOFT censées diminuer le nombre de fonctionnaires et imposer au détriment du service rendu une politique du chiffre et du rendement. Avec les dernières primaires, leurs adeptes se sont lâchés. François Fillon préconisait la suppression de 800 000 postes, puis 500 000, nombre auquel se ralliait Bruno Le Maire. Et Macron 120 000. Mais la question n’est pas comptable. Il s’agit d’abord de la possibilité pour l’état d’assurer un minimum de liens, de vie aux citoyens en tous lieux du territoire. Il s’agit de respecter les principes qui nous fondent d’égalité, de solidarité, de liberté, de fraternité et de laïcité. Moins d’écoles, moins d’hôpitaux, moins de postes, moins de trains, moins de… représentent autant de difficultés insurmontables pour ceux qui en ont le plus besoin. Mais il y a plus grave. Derrière cette politique constante alignée sur les diktats de l’union européenne, c’est une conception de la vie qui s’affirme, celle du chacun pour soi et du tous contre tous, celle qui ne peut profiter qu’aux fortunés au détriment du plus grand nombre. Dans deux de mes livres « Qui veut la peau des services publics[1] » et « Un CDD sinon rien[2] », je reviens sur ces enjeux qui tracent une frontière indépassable et qui donnent l’importance des mobilisations pour la défense et l’extension des services publics. Un peu d’histoire notamment pour venir au secours du bien commun. En voici ici quelques extraits. → plus
Par Jacques Cotta • Actualités • Dimanche 08/10/2017 • 0 commentaires  • Lu 1427 fois • Version imprimable

Coup d'oeil dans le rétroviseur : Alstom 2014, une « nationalisation » qui ne sert à rien ?

Ecrit en 2014, au moment du dépeçage d'Alstom, un article fort utile aujourd'hui


Encore une fois, les commentateurs politiques accrédités arrangent la réalité à leur façon et ne manquent pas une occasion de dénoncer l’intrusion de l’Etat dans les affaires du privé. La prise de participation de ce dernier au capital d’Alstom ne servirait à rien, puisqu’il faut posséder 50% des actions (au lieu de 20%), et une majorité d’administrateurs (au lieu de 2 sur une douzaine), pour contrôler une entreprise. Cette entrée de l’Etat au capital d’Alstom ne serait qu’une concession onéreuse faite au ministre Montebourg et à la gauche du PS, au moment où l’Etat ferait bien mieux de réduire sa dette. Pire : cette «nationalisation », même transitoire, pourrait dissuader les investisseurs étrangers de placer leur argent dans l’Hexagone, traumatisés à l’idée que l’Etat pourrait à nouveau intervenir. Or, comme nous allons le voir, tous ces arguments sont biaisés ou faux.

→ plus
Par Tony Andréani • Actualités • Jeudi 05/10/2017 • 0 commentaires  • Lu 879 fois • Version imprimable

Quand le shérif américain sort de son territoire

ou : l’impérialisme par le judiciaire


Vous êtes une entreprise, française par exemple, qui exportez des produits de haute technologie (pas du fromage) en divers endroits du monde, mais pas aux Etats-Unis. Comme vous avez des concurrents, vous ne rechignez pas à offrir quelques pots de vin, puisque les autres le font, ni vu ni connu. Les services anti-corruption de votre pays ne l’ont pas su ou ont laissé faire. Mais voilà que le Département de la Justice états-unien en a eu vent. Comment ? Eh bien, grâce aux formidables services de renseignement américains, qui inspectent tout ce qui se passe sur la planète. Ou encore grâce à un délateur, qui peut même être un employé de votre entreprise -  probablement moins mu par un souci d’honnêteté commerciale qu’appâté par une récompense très élevée (il peut s’agit de millions de dollars) offerte par le procureur américain. Un beau jour l’un de vos cadres, qui débarque dans un aéroport états-unien, ne serait-ce que pour un séjour touristique, se voit appréhendé et conduit en prison. Dans le même temps vous êtes averti qu’une action en justice est diligentée par un procureur américain pour faits de corruption, et que vous risquez une très lourde amende, qui pourrait mettre votre société au tapis. Alors le procureur vous propose une transaction, comme il est courant aux Etats-Unis en matière pénale. Si vous payez, même sans vous reconnaître coupable, il n’y aura pas d’instruction ni de procès, ce qui vous fera gagner du temps et, croyez vous, vous reviendra quand même moins cher que l’amende dont vous êtes menacé, et vous pourrez continuer à produire et exporter, mais sérieusement affaibli.

→ plus
Par Tony Andréani • Internationale • Jeudi 05/10/2017 • 0 commentaires  • Lu 704 fois • Version imprimable

Ecoles de commerce : formatage de la pensée et mépris de classe


Les écoles de commerce sont souvent présentées comme les piliers de la société contemporaine, leurs élèves comme “l'élite de la nation”. Elles permettent aux étudiants de s'initier à l'art mystérieux et sacré du “management”, de devenir des “acteurs du changement” pour “libérer les formidables opportunités” que contient notre “start-up nation”. Derrière cette novlangue managériale se cache une bien triste réalité : les écoles de commerce ont pour fonction de préparer leurs élèves à devenir des rouages du système économique dominant. Pour cette raison, toute forme de réflexion critique ou de remise en question doit être écarteée; il s'agit de convertir les élèves en agents dociles du néolibéralisme.  → plus
Par Henry Baskerville • École • Mercredi 04/10/2017 • 0 commentaires  • Lu 877 fois • Version imprimable

Alstom-Siemens ou la volonté consciente de détruire l’industrie française...

... Lorsque Macron vend le patrimoine français


Quelques jours seulement après l’affaire Alsthom – Siemens qui durant une petite journée aura défrayé la chronique, il n’est plus question dans le débat public de ce qui pourtant aurait dû être considéré comme un événement de première importance. Le silence qui s’est abattu est à la hauteur du dérangement causé dans les hautes sphères politiques et économiques. En effet, l’affaire Alstom est démonstrative d’une politique consciente qui vise la liquidation de notre industrie. L’affaire Alstom est de plus annonciatrice d’une débandade généralisée qui malheureusement dépasse la seule industrie ferroviaire. → plus
Par Jacques Cotta • Actualités • Mercredi 04/10/2017 • 0 commentaires  • Lu 1308 fois • Version imprimable

Avec la loi sur la sécurité intérieure, que deviennent les libertés démocratiques…

… Lorsque Macron creuse le sillon de Sarkozy et Hollande.


Depuis des mois les responsables politiques de la majorité LREM -socialistes ou LR en tête- tentent de « rassurer » en expliquant que la fin de l’état d’urgence est proche. Les mesures qui définissaient l’état d’urgence devaient donc être supprimées. Avec le projet de loi « renforçant la lutte contre le terrorisme et la sécurité intérieure », le gouvernement d’Emmanuel Macron et d’Edouard Philippe a « tenu promesse » en faisant entrer l’état d’urgence dans le droit commun et en faisant de « mesures exceptionnelles justifiées par les circonstances » des mesures permanentes. C’est donc un état d’urgence permanent que le gouvernement actuel veut mettre en place. Un état d’urgence permanent dont les mesures ont dès le début été dénoncées par nombre d’organisations et associations comme particulièrement liberticides. Le 23 janvier 2016, soit deux mois environ après la promulgation de l’état d’urgence, nous étions -notre site «  » et notre association « devoir de résistance »- à l’initiative d’un grand meeting d’unité rassemblant notamment plus de 1500 personnes à Paris, dont nombre de responsables syndicaux de la CGT, de la CGT-FO, du SM, de la FSU, associatifs avec la FIDH notamment, mais aussi politiques du PG, du PCF, du POID, du NPA, avec la présence de députés verts ou PS « dissidents », pour exiger la levée d’un état d’urgence dont il apparaissait déjà qu’il était plus destiné à réprimer dans le temps manifestants et opposants au régime que des terroristes avertis, aguerris et organisés pour accomplir leurs basses œuvres.
→ plus
Par Jacques Cotta • Actualités • Vendredi 29/09/2017 • 0 commentaires  • Lu 977 fois • Version imprimable

Festival de langue de bois et mépris du peuple


La « langue de bois » a décidément infecté tout le débat public dans ce pays. Les LREM et leurs amis, y compris nombre de posts FB ne savent visiblement plus ce que parler veut dire -- à moins qu’ils ne le fassent exprès. « Mais non ce n’est pas la rue qui a chassé les nazis » ou « la rue amène le nazisme ». Ou, plus sophistiqué, « c’est la classe bourgeoise qui a fait la révolution française » et des centaines de sornettes de la même farine.

→ plus
Par Denis Collin • Actualités • Lundi 25/09/2017 • 1 commentaire  • Lu 684 fois • Version imprimable

Pourquoi les ordonnances contre le code du travail sont bien un «coup d'État social»


Les classes dominantes et leurs porte-plume, porte-voix, sicaires et spadassins ont bien raison de s’en prendre à Jean-Luc Mélenchon et sa formule de « coup d’État social » qui serait une nouvelle manifestation de « l’outrance » bien connue du dirigeant de la France Insoumise. En effet, c’est là que se trouve le nœud de l’affaire. Les ordonnances – même si elles ne vont pas aussi loin que l’avaient rêvé les plus fanatiques des « libéraux » – organisent une inversion de la hiérarchie des normes et font triompher le contrat de droit privé sur la loi. Au sens strict du terme, c’est bien une opération séditieuse, une subversion de l’ordre républicain, organisée en usant de toutes les ficelles que permet la constitution bonapartiste de la Ve République, avec une chambre aux ordres. Si la loi n’est plus souveraine dans un domaine, il n’y a plus d’ordre républicain dans ce domaine. C’est simple à comprendre, non ? → plus
Par Denis COLLIN • Actualités • Dimanche 24/09/2017 • 0 commentaires  • Lu 705 fois • Version imprimable

Catalogne: les pauvres coûtent cher aux riches?


Pendant longtemps les "pauvres" voulaient être indépendants des "riches" pour moins se faire exploiter. Ainsi dans le Sud de la France (exploité par le Nord) certains inventèrent le thème erroné du colonialisme intérieur.

→ plus
Par Jean-Paul Damaggio • Internationale • Jeudi 21/09/2017 • 0 commentaires  • Lu 436 fois • Version imprimable

Mais qu’allait donc faire Danièle Obono dans cette maudite galère …

… ou lorsqu’avec le NPA ou autres se rejoue le coup provocation-répression-mobilisation.


Nous avons insisté dans les colonnes de «  » depuis des semaines sur la nécessité de combattre la division, de réaliser l’unité des salariés, des ouvriers, des jeunes, des retraités. A l’approche de l’échéance, des énergies se sont décuplées, à gauche notamment, pour limiter la portée de la mobilisation du 23 septembre, et de la FI comme principale force d’opposition à Macron et son gouvernement. Les tentatives de diversions, les provocations au secours du gouvernement et de sa politique n’ont pas manqué.
→ plus
Par Jacques Cotta •  • Mercredi 20/09/2017 • 5 commentaires  • Lu 2365 fois • Version imprimable

Un cadavre

La fin sans gloire de la vieille social-démocratie. Ou pourquoi on devrait définitivement se défaire des illusions de l'union de la gauche


Le PS a semble-t-il sombré corps et biens dans la dernière séquence électorale. Le candidat du PS désigné par les primaires de la « Belle Alliance Populaire » (sic) a quitté son parti pour fonder un « mouvement du 1er juillet » dont les objectifs comme les effectifs semblent assez évanescents. À l’Assemblée, le PS a bien un groupe mais ce n’est plus le groupe socialiste mais un groupe nommé « Nouvelle Gauche » qui se nomme ainsi par antiphrase. Dirigé par des génies politiques comme Stéphane Le Foll et Olivier Faure ce groupe est un ectoplasme sans la moindre ligne politique. Ses porte-parole affirment vouloir « la réussite de Macron » mais se dit, de temps en temps, dans l’opposition. Concernant la loi travail XXL, une simple extension de la loi El Khomry dont Faure était un chaud partisan, la « Nouvelle Gauche » soutient les manifestants sans appeler à manifester. En outre, Gérard Collomb et Jean-Yves Le Drian, ministres macronistes, se disent toujours socialistes et n’ont pas été exclu de ce parti. La fameuse université d’été du PS à La Rochelle a été annulée. Un plan social est route pour les « collaborateurs » du Parti à l’immeuble de la rue de Solferino dont la vente est plus que sérieusement envisagée. → plus

La surveillance de masse

Inefficacité, coûts et dérives de la privatisation de la sécurité publique


On sait que l’actuel gouvernement envisage de confier à des entreprises privées le relevé des infractions au code de la route. Mais ce n’est là qu’un petit détail dans un contexte de privatisation croissante, directe ou indirecte, en Occident, de la sécurité des citoyens, au nom de la prévention des actes terroristes. Alors qu’il s’agit là de la première mission de l’Etat régalien. Il faut visionner le remarquable et formidablement instructif documentaire diffusé par Arte le 13 septembre (qu’on peut voir ou revoir en replay pendant 7 jours), « La guerre du renseignement », pour mesurer l’ampleur des conséquences de la cession à de grandes entreprises privées d’un marché qui représente, rien qu’aux Etats-Unis, cent milliards de dollars par an. Mais ce que le documentaire montre également, c’est que la surveillance de masse vise aussi le citoyen lui-même.  → plus

Avec la France insoumise contre Macron et son gouvernement…

… Le 23 septembre, déferlons !


La manifestation du 23 septembre à l’appel de la France Insoumise cristallise toutes les questions politiques du moment. Non pas que les initiateurs de la journée l’aient voulu ainsi, mais les tensions sont telles que toute initiative peut donner lieu à des développements imprévus, donc met chacun devant un choix fondamental. Au cœur de la situation se trouve en effet une contradiction dont nul ne sait exactement comment elle trouvera sa solution. D’une part un président élu avec moins d’un inscrit sur quatre, d’autre part une prétention politique de tout casser et le plus vite possible qui n’a pas –malgré les prédécesseurs de Macron- de précédent aussi brutal et grossier[1].. La légitimité de ce gouvernement est celle de la 5ème république qui donne à un élu ultra minoritaire dans le pays tous les pouvoirs, toutes les majorités. Mais du point de vue de la démocratie, le président, le gouvernement, sa majorité ne sont pas légitimes. La situation ainsi créée est explosive. → plus
Plus d'articles (1226 articles sur 82 pages):

Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato

Calendrier

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031