S'identifier - S'inscrire - Contact

La Troïka choisit Paris

Honte à Hollande, Valls, la gauche et la gauche de la gauche….

La politique menée par le gouvernement Hollande - Valls 2, dans la continuité des précédents, met en musique avec zèle les décisions prises au sein de l'Union Européenne au compte du capital et au détriment du travail. La soumission de la "gauche" et de la "gauche de la gauche" à l'Union Européenne -les premiers ouvertement, les seconds sous le vocable d'une "autre Europe" ou encore d'une "Europe sociale"- a laissé le terrain libre à Marine Le Pen qui peut à loisir faire preuve de démagogie. Lorsqu'à l'unisson les responsables "socialistes" déplorent le "danger Le Pen", ils omettent de préciser que ce sont eux qui créent les conditions de son succès.
→ plus

Par Jacques Cotta • Actualités • Vendredi 12/09/2014 • 3 commentaires  • Lu 739 fois • Version imprimable

Gaza, Alep, Mossoul.

Gaza, Alep, Mossoul, sont trois villes martyrisées, la première par Netanyahou et l’Etat israélien, la seconde par Bachar al Assad et l’Etat syrien, la troisième par Abou Bakr al Baghdadi et l’ « Etat islamique de la Syrie et du Levant ».
→ plus

Par Vincent Présumey • Internationale • Jeudi 11/09/2014 • 0 commentaires  • Lu 278 fois • Version imprimable

Les Mistral et l’alignement français

Il est plus facile d’énumérer les actes sensés de l’exécutif français que de dénombrer ses bévues.

Un curieux volte-face : la suspension de la livraison du premier navire militaire à la Russie est une bévue économique, diplomatique, politique et militaire. Président et gouvernement naviguent à vue, à la godille, sans boussole nationale, hormis l’alignement économique sur l’Allemagne (et les marchés) et l’alignement diplomatique sur les Etats-Unis (via l’OTAN). L’atlantisme ne s’est jamais si bien porté, agrémenté d’un zeste de fanfaronnade à l’occasion, comme dans le cas de la Syrie.

→ plus

Par Gabriel Galice • Actualités • Vendredi 05/09/2014 • 0 commentaires  • Lu 336 fois • Version imprimable

Mais qui est vraiment cet Emmanuel Macron...

... Ou quelle est la signification politique réelle de sa nomination au ministère de l'économie?

 La constitution d’un gouvernement est toujours l’occasion d’affirmer une politique, d’indiquer la voie qui sera suivie, de prévoir les décisions qui seront prises et qui nous concernent. Le gouvernement Valls 2 n’échappe pas à la règle. Deux éléments sont ainsi particulièrement marquants, incarnés notamment  par le nouveau ministre de l’économie, Emmanuel Macron.
→ plus

Par Jacques Cotta • Actualités • Mardi 02/09/2014 • 1 commentaire  • Lu 781 fois • Version imprimable

Docteur Lordon au chevet de la gauche agonisante

À propos de "la gauche ne peut pas mourir", un article paru dans le "Monde Diplomatique"

Dans la dernière livraison du Monde Diplomatique, Frédéric Lordon, économiste favori de la gauche radicale, annonce la bonne nouvelle : la gauche ne peut pas mourir. Comme le Monde Diplomatique lui accorde une place imposante, le court essai de Lordon mérite d’être commenté puisque, on n’en doute pas, ses propos seront lus largement et relayés dans toutes les sphères de cette « gauche critique » hostile au PS, mais acharnée à maintenir l’illusion politique par excellente que fut « la gauche ». Selon Lordon, il convient de combattre les « poisons » que seraient « toutes les navrances complaisamment relayées par la cohorte des experts et éditorialistes, la plus toxique est sans doute celle qui annonce avec une gravité prophétique la fin des catégories « droite » et « gauche », et le dépassement définitif de leur antinomie politique. » Comme nous soutenons avec une certaine constance cette « navrance » que Lordon rapproche immédiatement des thèses de « l’extrême droite » et du « dépassement de la droite et de la gauche (« qui ne veulent plus rien dire ») de l’extrême centre », nous nous sentons obligés de revenir sur ces questions. Nous verrons une fois de plus (voir notre recension Capitalisme et servitude. Marx et Spinoza) que le radicalisme verbal de Lordon n’est qu’une ultime tentative pour sauver « à gauche » un système immanquablement conduit à la faillite. La lecture suivie que nous proposons de l’article de Lordon permettra d’éclairer ce dernier propos.

→ plus

Par Denis Collin • Actualités • Jeudi 28/08/2014 • 4 commentaires  • Lu 1160 fois • Version imprimable

Crise et pourriture de la cinquième république...

Jusqu'où et jusqu'à quand?

Les processus qui ont conduit à la démission du gouvernement Valls 1 et les réactions qui ont été enregistrées tant du côté du PS que de l’UMP indiquent qu’un nouveau pas est franchi dans la crise de la 5ème république mettant à jour son caractère totalement anti démocratique. A défaut d’une constituante ouvrant la voie d’une sixième république, la situation pourrissante repose sur le pouvoir absolu d’un monarque élu… Trois faits relèvent cette réalité : → plus

Par Jacques Cotta • Actualités • Jeudi 28/08/2014 • 0 commentaires  • Lu 765 fois • Version imprimable

Jaurès assassiné

Lettre à Jean Jaurès

Mon cher Jean,

Le bien nommé Villain t’a expédié ad patres, voici cent ans, la veille de la déclaration de guerre à la Russie par l’Allemagne, trois jours avant l’entrée de la France dans cet affrontement que tu repoussais, dont tu percevais l’horreur.

→ plus

Par Gabriel Galice • Actualités • Mercredi 20/08/2014 • 0 commentaires  • Lu 551 fois • Version imprimable

Amos Gitaï en contretype

Lettre à Amos Gitaï

Mon cher Amos,
Tandis que l’armée israélienne s’acharne sur la population gazaouie au prétexte d’éradiquer les installations militaires et les tunnels de l’insaisissable Hamas, tu présentes ton dernier film, Ana Arabia,(« Je suis une Arabe ») utopie pacifique de coexistence entre Israéliens et Palestiniens sur fond d’histoire d’amour.

L’histoire, tirée d’un fait réel, est tournée dans un quartier où se côtoient, s’aiment parfois, Juifs et Arabes. Fidèle à toi-même, tu mêles tendresse et violence, poésie et politique, esprit et chair, chagrin et espoir.

→ plus

Par Gabriel Galice • Actualités • Mercredi 20/08/2014 • 0 commentaires  • Lu 420 fois • Version imprimable

La grande dévalorisation

À propos du livre de Ernst Lohoff et Norbert Trenkle

La grande dévalorisation. Pourquoi la spéculation et la dette de l’État ne sont pas les causes de la crise. Par Ernst Lohoff et Norbert Trenkle. Traduit de l’allemand par Paul Braun, Gérard Briche et Vincent Roulet. Éditions « Post-éditions », 2014, 352 pages. Prix 23€.

Le livre de Lohoff et Trenkle n’aura pas la gloire médiatique de celui de Thomas Piketty, le Capital au XXIe siècle. Il y a, à cela une excellente raison. Piketty est un de ces producteurs d’idéologie qui, en vous assommant de statistiques, se font passer pour des scientifiques sérieux alors même qu’ils ne connaissent qu’une seule loi, celle de l’éternité du mode de production capitaliste démontrée par les prémisses de l’économie néoclassique. Lohoff et Trenkle, au contraire, repartent de , non pas du marxisme standard, sérieusement étrillé dans leur livre, mais du du Capital et leur analyse de la crise ne vise pas à justifier les médications dont ne sont pas avares les médecins de Molière (voir mon article de 1998 sur ce thème ou plus récemment en octobre 2012) qui colonisent rédactions et maisons d’éditions de droite ou de gauche : ils montrent au contraire que l’effondrement du mode de production capitaliste est inscrit dans la marche même des événements. Pas de quoi recueillir les applaudissements de Krugman et de toute la gente néokeynésienne en qui la gauche (et même la gauche radicale) a placé son salut.

→ plus

Par Denis Collin • Bibliothèque • Dimanche 17/08/2014 • 4 commentaires  • Lu 863 fois • Version imprimable

Daniel Bensaïd: je m'insurge contre ceux qui prétendent parler au nom des miens

L'article suivant est disponible sur le site de Daniel Bensaïd, un site riche en contributions sur le conflit israélo-palestinien. Remercions Michel Peyret qui nous a communiqué cette interview donnée il y a dix ans par le regretté Daniel Bensaïd. L'actualité de ce texte n'échappera à personne. Remercions également Sophie Bensaïd qui a nous permis de revenir à la source du texte.

« Israël dans Israël »

Entretien de Marc Perelman avec Daniel Bensaïd

septembre 2004

Les trotskistes (Trotski, la IVe Internationale, les sections nationales…) ont été hostiles à la création de l’État d’Israël en terre de Palestine. Trotski : « La tentative de résoudre la question juive grâce à l’émigration des juifs en Palestine révèle à présent sa vraie nature : c’est une tragique mystification pour les juifs. […] Les développements futurs de la guerre pourraient bien transformer la Palestine en un piège meurtrier pour des centaines de milliers de juifs. Jamais aussi clairement qu’aujourd’hui le salut des juifs n’est apparu si indissociablement lié au renversement du capitalisme » (juillet 1940). Quelques années auparavant (1937), Trotski allait jusqu’à imaginer l’assimilation et donc la disparition des Juifs et de leur culture (dont leur langue traditionnelle, le yiddish) au sein de leurs pays respectifs. La question d’un espace de regroupement sur le territoire même de l’URSS fut évoquée : le malheureux exemple du Birobidjan, mais cela ne semblait pas recevoir l’assentiment de Trotski qui parlait de « farce bureaucratique »… Plus généralement, le socialisme à venir semblait pouvoir résoudre la question juive (culture, langue…) par l’assimilation générale. Trotski reconnaissait cependant l’existence d’une nation juive capable de se maintenir par l’adaptation à la modernité.

→ plus

Par la-sociale • Internationale • Samedi 09/08/2014 • 0 commentaires  • Lu 2345 fois • Version imprimable
Plus d'articles (887 articles sur 89 pages):

Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato

Calendrier

Septembre 2014
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930