S'identifier - S'inscrire - Contact

Le revenu universel est-il une "mesure de gauche"?

La question du revenu universel est à nouveau sur le tapis. Défendue par les courants hostiles au travail, par tous les partisans de la « fin du travail », la revendication d’un revenu universel pour tous est aussi soutenue par de nombreux libéraux. Le revenu universel se substituerait dans leur esprit à toutes les prestations sociales et pourrait permettre, paradoxalement en apparence, de balayer l’édifice de « l’État providence » et du code du travail. Je donne ici un extrait consacré à cette question dans mon livre Morale et Justice Sociale (Seuil, 2001). J’y qualifiais le revenu universel de « petit paradis néolibéral de gauche. » Je n’ai rien à changer.

→ plus

Par Denis Collin • Actualités • Jeudi 28/04/2016 • 0 commentaires  • Lu 357 fois • Version imprimable

Debout au grand jour pour le retrait de la loi El Khomry

Quelques réflexions sur la situation actuelle et notamment le mouvement des "Nuits debout"

Le mouvement « Nuit Debout » occupe une bonne partie des commentaires. De l’extrême gauche à Florient Philippot on s’extasie devant cette irruption de la jeunesse sur le scène politique. Un « podemos » ou un « Occupy Wall Street » à la française disent les uns pendant les autres couvrent de boue ces quelques milliers d’exaltés qui feraient mieux de travailler le jour plutôt que de passer leurs nuits sur les places publiques. Ces visions caricaturales, comme toujours, évitent de penser.

→ plus

Par Denis Collin • Actualités • Vendredi 22/04/2016 • 6 commentaires  • Lu 558 fois • Version imprimable

Fatima moins bien notée que Marianne. Cette nouvelle sociologie contre la science et contre l’intelligence.

Par Fatiha Boudjahlat, secrétaire nationale du MRC à l’éducation

Ce livre offre l’archétype de cette gauche qui s’est égarée et abîmée dans le relativisme culturel et qui sert de caution scientifique et politique aux radicaux du PIR et des islamistes. Un cas d’école…se proposant de faire le procès de l’école. C’est un livre léger et lourd. C’est un livre léger dans la mesure où il se compose de 110 pages, dont une dizaine de pages d’illustrations, alors qu’il s’agit d’évoquer un sujet aussi ambitieux que celui des discriminations scolaires ethnico-religieuses (dont on verra dans le livre que pour les auteurs, les deux ne font qu’un) institutionnelles et individuelles, de les prouver et de les réduire. C’est un livre d’une grande lourdeur parce qu’il se réduit à un réquisitoire contre la République, contre la France, contre ses valeurs. C’est un manuel appelant à l’esprit de revanche.

→ plus

Par Fatiha Boudjahlat • Actualités • Jeudi 21/04/2016 • 0 commentaires  • Lu 809 fois • Version imprimable

Elections présidentielles, que faire sur une ligne de rupture...

Lettre adressée aux participants au meeting d'unité du 26 janvier pour la levée de l'état d'urgence et aux 22 orateurs présents à la tribune

Chers amis, le 26 janvier 2016 nous étions rassemblés en meeting, plus de 1500 à Paris, après avoir récolté plus de 10 000 signatures sur l’appel « pour la levée de l’état d’urgence ». Le 26 janvier, c’était hier et pourtant cela semble déjà bien lointain. La situation a terriblement évolué. Le recul du gouvernement sur la constitutionnalisation de l’état d’urgence et de la déchéance de nationalité -dont nous pouvons nous féliciter, comme tous ceux qui ont combattu dans ce sens- fait place à une « obstination acharnée » sur la loi El Khomri qui organise une régression sans précédent du droit du travail… La politique de François Hollande et de son gouvernement est une des plus réactionnaires que le pays ait eu à subir depuis plusieurs décennies. Comme celle de ses « opposants » de tout bord, elle fait système. Contre cette politique se dresse un puissant mouvement de masse parfois sous des formes inattendues qui toutes expriment une aspiration politique au plus haut point. C’est dans ce mouvement général que s’inscrit le meeting d’unité qui nous a rassemblé. Mouvement social, aspirations politiques, volonté de mettre en échec les lois réactionnaires que le gouvernement veut imposer… Il est urgent d’ouvrir une réelle discussion sans tabou, sans sectarisme, sans arrière pensée entre nous qui avons participé au meeting du 26 janvier, entre tous les participants, entre tous les orateurs qui se sont succédés, et plus largement entre tous ceux pour qui la « République sociale » n’est pas un vain mot. Comment nous saisir de l’échéance électorale qui vient pour faire valoir le combat politique qui vise à défaire le système ? S’abstenir, boycotter, se rallier à un candidat déclaré, décider d’engager la campagne pour en présenter un ? Il s’agit de définir la meilleure façon d’exprimer le rejet des responsables de la situation faite à la quasi totalité de la population, le rejet des institutions anti démocratiques de la 5ème république, la meilleure façon de porter la parole du mouvement populaire qui cherche les moyens de balayer la 5ème république et de rompre avec l’Union Européenne. Il s’agit de s’inscrire dans la lignée de de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, de la constitution de 1793, qui indique dans son article 35 : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs », de s’inscrire dans celle de 1789 qui consacre la « résistance à l’oppression » comme un des « droits naturels imprescriptibles ». → plus

Par Jacques Cotta • Actualités • Mardi 12/04/2016 • 2 commentaires  • Lu 681 fois • Version imprimable

Le barnum médiatique des révélations et les questions politiques sérieuses

Les révélations sur la « Panamean connection », aussi extraordinaires qu'elles paraissent ne nous apprennent pas grand-chose sur le fond. On feint de découvrir le rôle des banques françaises! On nous prend vraiment pour des c…

→ plus

Par Denis Collin • Actualités • Mardi 05/04/2016 • 0 commentaires  • Lu 557 fois • Version imprimable

L'imposture Hollande

Une interview e Jacques Cotta sur SUD RADIO . A écouter et à faire connaître.

Par la-sociale • Actualités • Lundi 04/04/2016 • 1 commentaire  • Lu 749 fois • Version imprimable

États-Unis: accentuation du tournant politique

La situation américaine a ceci de remarquable que chaque fois que médias et commentateurs annoncent que tout va immanquablement rentrer dans l'ordre et se passer comme prévu - « comme prévu » signifiant soit : H. Clinton élue face à Trump ou encore H. Clinton élue face à un candidat républicain, vraisemblablement le redoutable évangéliste Ted Cruz – tout est en fait immanquablement remis en cause, comme si le chaos devenait l'horizon hypnotique d'un système qui ne parvient plus à assurer son propre fonctionnement. → plus

Par Vincent Présumey • Internationale • Samedi 02/04/2016 • 0 commentaires  • Lu 511 fois • Version imprimable

Gouvernement Hollande et Parti Socialiste dans l'impasse

Encore un effort... Après l'abandon de la réforme constitutionnelle, retrait de la loi El Khomri!

L’année qui nous sépare des prochaines échéances présidentielles s’annonce comme un véritable calvaire pour le régime, les institutions, l’exécutif, le chef de l’état, les ministres et le parti du président, le parti socialiste. La « reculade » sur la « constitutionnalisation » de l’état d’urgence et de la déchéance de nationalité, intervenue le 30 mars, et les mobilisations contre la loi El Khomri sont éloquentes. → plus

Par La Sociale • Actualités • Vendredi 01/04/2016 • 0 commentaires  • Lu 811 fois • Version imprimable

Code du travail et organisations syndicales: deuxième partie

Quand El Khomri se réclame de la flexisécurité, de la sécurité sociale professionnelle… Et la CGT dans tout ça…

La loi El Khomri qui remet en cause le code du travail pose assez clairement le dispositif politique sur lequel compte s’appuyer le gouvernement Hollande Valls pour atteindre son but. La pièce maitresse est la CFDT et quelques autres syndicats qualifiés pour l’occasion de « réformistes » en opposition à la CGT, FO, l’UNEF, la FSU et Solidaires qui réclament l’abandon pur et simple d’un texte jugé inamendable. Celui-ci en effet dés son premier article indique qu’il s’agit de soumettre le salarié à l’intérêt de l’entreprise, ce qui indique clairement que tout acquis social qui pourrait être considéré contraire au dit intérêt pourrait être légitimement supprimé.  Dans le « premier volet » concernant ce sujet http://la-sociale.viabloga.com/news/code-du-travail-et-organisations-syndicales-premiere-partie, m’appuyant sur des enquêtes menées pour la rédaction de plusieurs de mes livres –« 7 millions de travailleurs pauvres » ou encore « l’Imposteur »- j’ai abordé les raisons pour lesquelles la CFDT permet toujours aux contre-réformes gouvernementales d’être appliquées. Toute vision policière qui limiterait le sujet aux intérêts de quelques chefs qui vendraient leur âme pour un plat de lentilles serait limitée. C’est dans l’histoire, dans les gênes de la CFDT qu’il faut chercher pour comprendre, en interrogeant sur la véritable nature de cette organisation. Dans ce second volet, je voudrais poser une question : la CFDT seule a-t-elle les moyens de jouer le rôle qu’elle occupe ? Certes ses liens au parti socialiste, à la « deuxième gauche », ses références au catholicisme social sont autant d’éléments qui en font le syndicat rêvé pour l’application des directives européennes et de la politique réactionnaire du parti socialiste. Mais cela est-il suffisant ? La place qu’occupe la CFDT serait incompréhensible si on ne revenait pas sur les fluctuations qui ont traversé durant tout un temps la CGT, lorsque l’unité avec la CFDT était un dogme indiscutable. Certaines des orientations de la CGT ont en effet ouvert la porte avec celles de la CFDT, au nom d’un syndicalisme de propositions, aux contre réformes du gouvernement et en l’occurrence à la loi El Khomri qui reprend à son compte plusieurs de leurs propositions. Il ne s’agit pas ici de renvoyer tout le monde dos à dos, d’autant que les engagements pour rejeter le loi El Khomri tranchent sans ambiguïté. Mais l’inscription dans le temps d’une unité syndicale –comme elle existe aujourd’hui entre la CGT, la CGT-FO, Solidaires par exemple- sur une ligne qui défende sans concession les intérêts matériels et moraux des salariés du public comme du privé, demande que la discussion sur le bilan de chacun soit tiré en toute clarté. Pour aider cette discussion je reprends ci-dessous quelques extraits du livre « Un CDD sinon rien » que j’avais consacré à ces sujets en 2012. → plus

Par Jacques Cotta • Actualités • Vendredi 25/03/2016 • 0 commentaires  • Lu 1021 fois • Version imprimable

Code du travail et organisations syndicales: première partie

La CFDT encore et toujours

Le scénario qui se dessine pour la loi El Khomril n’a pas grand chose de surprenant. Il met en scène principalement François Hollande, son gouvernement, le parti socialiste et la CFDT. La presse avait donné le ton en qualifiant de « syndicats réformistes » ceux qui ont pour tâche d’avaliser la contre réforme El Khomri dont le premier point indique que les droits fondamentaux des personnes sont limités « par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise ». En d’autres termes il s’agit de codifier la subordination totale des droits des salariés à l’intérêt de l’entreprise. Face aux premières résistances qui se sont manifestées sur le terrain social, le gouvernement par la voix de Manuel Valls a indiqué qu’il se donnait un délai de quinze jours pour « revoir sa copie ». Ce délai dépassé, il apparaît que la philosophie générale du texte n’a pas changé, malgré toutes les déclarations, notamment du secrétaire général de la CFDT qui voit de multiples raisons pour se rallier au texte gouvernemental. Depuis des années la CFDT s’est affirmée comme la béquille indispensable de tous les gouvernements qui appliquent lorsqu’ils ne la devancent pas la politique de l’Union Européenne. Une vision policière de l’histoire fera reporter la responsabilité de cette situation sur quelques responsables qui imposeraient au compte de leurs propres intérêts leur volonté. Mais cela est un peu court et ne permet pas de comprendre l’origine de la politique cédétiste, sa nature, sa portée réelle et surtout de conclure sur la véritable nature de cette centrale. S’agit-il d’une organisation syndicale ouvrière classique, avec ses contradictions, ses courants, ses oppositions internes ? S’agit-il d’un syndicat « jaune » qui endosse le gilet syndical pour mieux liquider en toute circonstance importante les intérêts matériels et moraux des salariés ? → plus

Par Jacques Cotta • Actualités • Dimanche 20/03/2016 • 3 commentaires  • Lu 2380 fois • Version imprimable
Plus d'articles (1044 articles sur 105 pages):

Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato

Calendrier

Avril 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930