S'identifier - S'inscrire - Contact

Le laboratoire Equateur

Le 1er janvier 2017 le traité de libre échange Equateur-Union européenne est entré en vigueur. Qui en a été informé en France ? Personne. Car le petit Equateur c’est Personne ! Pour cet accord U.E.-Equateur, la «générosité» des dirigeants de l’U.E. étant bien connue, ils indiquent en conséquence, dans leur communiqué que les droits de douane vont baisser pour les 206 millions de ventes européennes au pays latino alors qu’elles vont baisser pour les 240 millions qui vont dans l’autre sens : «Cet accord asymétrique est conçu pour répondre aux besoins de développement de l’Equateur». Ceci étant l'Europe a obtenu une clause pour protéger les bananes venues d'Afrique. Rafael Correa a hésité avant de signer. La négociation avait commencé avec le Pérou et la Colombie. Puis en 2009 l’Equateur est sorti de la négociation mais finalement il y est revenu. Traduction pratique dans le pays ? Sur la route entre Quito et Otavalo on croise les immenses serres qui, tout au long de l’année, produisent les roses qui arrivent sur le marché européen. Inutile de préciser que les conditions de travail dans ces serres sont dramatiques pour la santé des employés qui viennent souvent de loin car, c’est vrai, les salaires sont bons. Faut-il développer cette agriculture d'exportation ? → plus

Par Jean-Paul Damaggio • Internationale • Lundi 06/03/2017 • 0 commentaires  • Lu 191 fois • Version imprimable

Equateur : Lenin face à Stalin !

Le parti Alliance Pais a désigné Lenin Moreno pour succéder à Rafael Correa. Tout indique à une semaine du scrutin qu'il peut être élu ce qui change de la tendance générale aux Amériques. Les affaires de corruption ne sont pas absentes du pouvoir en place mais restent sous contrôle avec des mesures rapides. La droite divisée entre Cynthia Viteri et Guillermo Lasso a des difficultés (l'argument majeur c'est comme toujours la baisse des impôts). Par contre, ce pouvoir de gauche a une forte contestation sur sa gauche. Je l'ai déjà évoquée dans cet article : ICI ou ICI. → plus

Par Jean-Paul Damaggio • Internationale • Mercredi 15/02/2017 • 0 commentaires  • Lu 266 fois • Version imprimable

Explosion de colère au Mexique

Pour une raison qui m'échappe la dernière explosion de colère mexicaine a franchi les murs des médias. Or, elle n'est qu'une parmi tant d'autres aux Amériques, mais l'augmentation du prix des carburants (20% pour l'essence et 16% pour le diesel) semble susciter quelques attentions. Pourquoi ? Car il existe trop de paradoxes. → plus

Par Jean-Paul Damaggio • Internationale • Dimanche 08/01/2017 • 0 commentaires  • Lu 529 fois • Version imprimable

Podemos, trois tendances et quelques miettes

L’Espagne préfigure une part du destin de l’Europe. Pas parce que le pays est géré à présent en commun par le PSOE et le PP : l’Allemagne a depuis longtemps ouvert la voie à une telle coopération, mais à cause de la féodalisation capitaliste. Par la puissance des Landers l’Allemagne peut, elle aussi, paraître émiettée mais, la réunification l’a prouvé, les forces régionales n’effacent pas mais renforcent les forces nationales.

→ plus

Par Jean-Paul Damaggio • Internationale • Lundi 26/12/2016 • 0 commentaires  • Lu 383 fois • Version imprimable

L’esclavage au cœur de l’Union Européenne !

« Ce n’est pas de l’esclavage » ! « Nous ne faisons pas de politique, seulement du business » !

Telles sont les justifications des négriers européens qui « esclavagisent » des travailleurs nord-coréens avec la complicité du régime de Pyongyang et de l’Union Européenne. De quoi s’agit-il ?→ plus

Par Jean-Louis Ernis • Internationale • Samedi 26/11/2016 • 1 commentaire  • Lu 721 fois • Version imprimable

Aujourd'hui, la bataille de l'eau de Bolivie

Un des combats associatifs des années 2000 qui fit référence dans l'évolution de la politique en Bolivie, fut celui conduit contre la privatisation de l'eau. A Chocabama comme sur les hauteurs de La Paz, à El Alto, les peuples se sont révoltés contre les entreprises françaises qui souhaitaient s'enrichir sur le dos des habitants, ou contre la multinationale Bechtel et les consortiums variés. Les augmentations des tarifs furent l'étincelle qui poussa à la révolte. Parmi les héros d'une véritable guerre qui secoua La Paz, Oscar Olivera et sa sœur Marcela qui depuis n'ont pas cessé la lutte. → plus

Par Jean-Paul Damaggio • Internationale • Vendredi 18/11/2016 • 0 commentaires  • Lu 385 fois • Version imprimable

Les deux USA

Un jour de 2001, j’ai croisé, Ted Margadant, un professeur d’histoire de l’Université de San Francisco (comme son épouse) pour cause d’une passion commune : l’insurrection de 1851 en France. Quand je lui ai indiqué mon travail de deux ans en Louisiane, j’ai compris que je perdais un peu de son estime. Il ne me cacha pas son mépris : « La Louisiane ce n’est pas les USA ! ». → plus

Par Jean-Paul Damaggio • Internationale • Jeudi 10/11/2016 • 0 commentaires  • Lu 452 fois • Version imprimable

L'Espagne dans la tourmente

L’histoire grecque va-t-elle se répéter ? En choisissant de soutenir Rajoy, le PSOE a tourné une nouvelle page de son histoire. En Grèce, ce choix a conduit à la marginalisation du PASOK au profit de Syrisa. Va-t-il en être de même pour Podemos avec en prime un glissement à droite comme pour Syrisa ? → plus

Par Jean-Paul Damaggio • Internationale • Mercredi 02/11/2016 • 0 commentaires  • Lu 358 fois • Version imprimable

La tragédie syrienne et les moyens d'y mettre fin

Sur les événements de Syrie et ce qui se prépare à Mossoul, la confusion est à son comble. Dans une ambiance style « guerre froide » qui menacerait de se transformer en guerre mondiale, passant du sol proche-oriental au sol européen. La propagande, de tous les côtés, fonctionne à plein régime. On est sommé de choisir son camp. D'internement? Faut-il rappeler que le régime de Damas fut un temps un allié très présentable, pour les USA qui utilisèrent ses prisons pendant la guerre contre l'Irak en 2003, pour Sarkozy qui reçut en grande pompe Bachar El Assad ? Faut-il rappeler que la guerre a commencé quand l'insurrection populaire pacifique menaça le boucher de Damas dans la foulée des printemps arabes ? Connaissant bien son monde, Bachar El Assad a manœuvré, libérant les jihadistes emprisonnés et faisant des partisans d'Al Qaïda l'oppostion qu'il s'était choisie afin de laminer toute réelle opposition démocratique et se poser en protecteur des minorités (chrétiennes par exemple) contre la menace de l’intégrisme sunnite. De leur côté, les Occidentaux qui ont toujours redouté les pouvoirs démocratiques dans cette région ont cherché une solution de rechange à Bachar en créant un « Sunnistan » en Syrie. L'Arabie Saoudite et le Qatar n'ont pas ménagé leurs efforts pour armer et aider le Front Al Nosrah (filiale locale d’Al Qaïda) dont l’ineffable Fabius disait qu’il faisait « du bon boulot »… La situation se compliqua encore avec la proclamation de l’État islamique. La Turquie, membre de l’OTAN apporta de son côté un soutien franc et massif à Daech. La Russie entra ensuite dans la danse, aux côtés de l’Iran, pour soutenir Bachar. On voit dès lors se dessiner un front des plus embrouillé. Un axe Damas/Téhéran/Moscou d’un côté, un axe Turquie/EI contre les Kurdes, d’un autre côté et enfin un axe Al Qaida/USA/France contre l’EI et contre Bachar mais soutenant Al Qaida contre l’opposition démocratique. L’Irak, allié de Téhéran est confronté à l’EI, mais il est en même temps un allié des USA. Nouvelle complication : après quelques accrochages sérieux, la Turquie et la Russie se réconcilient – peut-être pas pour très longtemps en dépit des spéculations délirantes des partisans de « l’Eurasie ». En dépit de phases de friction, la collaboration entre Russes et Américains demeure pour maintenir la guerre à un niveau acceptable pour les deux grandes puissances, la France se contentant du rôle de poisson pilote des USA. Pendant ce temps, des millions de Syriens ont fui leur pays – principalement pour les pays limitrophes, Liban, Jordanie, Turquie. Des centaines de milliers de Syriens sont morts. Des villes sont détruites. Le pays est ravagé. La Syrie est déjà de fait dépecée. → plus

Par Denis Collin • Internationale • Mardi 18/10/2016 • 1 commentaire  • Lu 494 fois • Version imprimable

Analyse sur la situation en Equateur.

L'Equateur est en campagne électorale. Correa ayant accepté de ne pas se représenter après dix ans de pouvoir c'est l'heure des bilans. Alberto Acosta et John Cajas Guijarro ont publié un article à ce sujet. Alberto Acosta a été un ministre de Correa mais depuis longtemps il juge le bilan très négatif du point de vue des intérêts profonds du pays. Après la référence à la célèbre citation de sur l'histoire qui se répète deux fois, la première phrase de l'article indique : "Le gouvernement de Correa - qui fut le produit de mobilisations sociales - a fini par affirmer l'hégémonie de la bourgeoisie sur l'Equateur." → plus

Par Jean-Paul Damaggio • Internationale • Dimanche 09/10/2016 • 1 commentaire  • Lu 531 fois • Version imprimable
Plus d'articles (270 articles sur 27 pages):

Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato

Calendrier

Mars 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031