S'identifier - S'inscrire - Contact

Calendrier

Septembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Le Brésil dans la crise mondiale et la judiciarisation de sa politique


La planète vit maintenant l’approfondissement de la crise mondiale et le Brésil, qui est connu aussi pour être « le pays du football », est dans l'une des plus profondes crises de son histoire. Parmi d’autres  « drogues » et « religions », et comme l’a montré la Coupe du Monde de 2018, le football s’est transformé pour les capitalistes brésiliens associés à ceux de toute la planète en une industrie de divertissement (et d’aliénation) de masse très lucrative. Le football, comme tous les sports de masse et toutes les diverses religions évangéliques, est devenu un excellent champ de la reproduction élargie du capital financier de l’oligarchie transnationale. Mais si les profits de ces secteurs augmentent, paradoxalement la crise du capitalisme est toutefois le résultat du gigantesque volume du capital accumulé au cours des cinq siècles de la formation et du développement du processus de constitution du capitalisme mondial, qui ne trouve pas – ou de moins en moins, de branches productives (industrielles ou agricoles) capables de se procurer sans cesse des marchés pour leurs produits, y compris pour le capital argent qui trouve chaque fois moins de liquidité réelle. Par conséquent, dans ces conditions il est impossible d’alimenter sans cesse une reproduction élargie des valeurs et des profits. L’absence de profit, ou sa décroissance, est mortifère pour le capital. L’obsession des branches diverses de cette oligarchie pour plus de profits ne fait pas la « fine bouche » pour se mêler aux secteurs « illégaux » divers de la reproduction élargie de son capital. Cela, c’est bien le cas du trafic d’armes, des drogues dures chimiques comme la cocaïne ou comme le crack, mais c’est aussi le cas de la prostitution, du trafic des organes et de la dissémination de l'esclavage dans le monde comme forme pour cette fraction dominante du capital de réussir à ajouter du profit grandissant aux tentacules de sa chaîne mondiale. Si la bureaucratie administrative de l’État ou du capital privé, si la bureaucratie militaire, ainsi que celle de l’appareil juridique et politique (de la société et de l’État) a eu un rôle important pour le développement du capitalisme dans le monde, sous la base du dictât du néolibéralisme les bureaucraties politiques et juridiques ont pris une dimension exacerbée dans le capitalisme ultime que subit la population planétaire. Pour les entrepreneurs et leurs bureaucrates, le mot d’ordre est d’attaquer tous les secteurs sociaux et économiques, y compris ceux qui traditionnellement étaient exploités par l’État, comme c’est bien le cas de la sécurité sociale (donc les retraites), l’éducation nationale, les transports publics, l’eau, l’électricité, la construction publique, mais aussi les loisirs et la religion. Jamais le leitmotiv du capital n’a été si impératif : sous le capitalisme tout, y compris la mort, doit se transformer en profit. C’est bien à partir de ce phénomène réel, de ce caractère destructif de la reproduction élargie du capital dans le monde, qu’il faut voir – dans ce que des économistes, des politiciens, mais aussi des juristes et des communicants désignent comme étant de la croissance, du développement et du progrès - de l’idéologie et de l’aliénation, aussi bien destructives que dominantes, trait majeur de l’époque que nous vivons. → plus
Par Otavio Rocha • Internationale • Dimanche 02/09/2018 • 0 commentaires  • Lu 2227 fois • Version imprimable

Europe: la dislocation en marche

Regarder la réalité en face


 Dans les cercles restreints des politiciens, on commence à s’agiter autour de la question des élections européennes qui se tiendront en 2019, une question qui laisse de marbre l’immense majorité de nos concitoyens. Ces élections devraient d’ailleurs battre de nouveaux records d’abstention. Mais cet indice grave de la crise de la démocratie en France et ailleurs n’inquiète pas les dirigeants tout occupés qu’ils sont à combiner leurs petites manœuvres. Pour ceux – dont je suis – qui avaient mis quelques espoirs dans « La France Insoumise », la situation peut être désespérante. Alors que pendant la présidentielle, Mélenchon semblait avoir rompu avec son tropisme « Europe Sociale », vieux gag qui servait à faire avaler la mauvaise soupe bruxelloise, LFI semble y revenir au grand galop, notamment en raison de l’alliance européenne qu’elle a nouée avec le Bloco portugais et le mouvement Podemos en Espagne. Le « plan B » qui prévoyait une rupture avec les traités et une sortie de l’euro a disparu des perspectives de LFI C’est vraiment inquiétant et interdit de saisir réellement le sens de ce qui se passe en ce moment en Europe. → plus
Par Denis Collin • Internationale • Mercredi 29/08/2018 • 0 commentaires  • Lu 781 fois • Version imprimable

Le pont Morandi, métaphore du capitalisme

"United Dolors of Benetton"


L’effondrement du pont de Gênes sur l’autoroute A10, le pont Morandi du nom de son constructeur, est une tragédie pour l’Italie. Mais la tristesse de tous, le malheur des proches des victimes – 39 morts et peut-être 10 ou 20 disparus sous les décombres – et le désespoir de ceux qui habitent sous le pont et doivent abandonner logement et biens personnels, tout cela se combine à la colère. Le Fatto Quotidiano résume la situation : « nous payons, les ponts s’écoulent, ils encaissent ». Ce titre de « une » annonce un dossier consacré à la gestion privée des autoroutes et au principal actionnaire de la société Autostrada, le groupe Benetton. En France les journalistes macronisés (c’est-à-dire décervelés) s’intéressent à la récupération politicienne du drame et ne manquent pas une occasion de s’en prendre au gouvernement Conte. Car l’affaire est sérieuse et pourrait bien ne pas concerner que l’Italie. Un rapport qui vient d’être rendu public déplore le mauvais état des infrastructures dans notre pays. Les infrastructures allemandes sont également dans un état déplorable. L’effondrement du pont Morandi est un symbole de la crise d’ensemble du mode de production capitaliste, une crise qui n’a pas d’autre cause que la dynamique même de ce mode de production. → plus
Par Denis Collin • Internationale • Vendredi 17/08/2018 • 0 commentaires  • Lu 3240 fois • Version imprimable

Droit à l’IVG en Argentine (suite)


Les grands médias ont relayé le bras de fer entre les pro et les anti droit à l’IVG en Argentine suite à la décision du Sénat (38 sénateurs rejettent la loi votée par les députés et 31 la soutiennent).  → plus
Par Jean-Paul Damaggio • Internationale • Samedi 11/08/2018 • 0 commentaires  • Lu 594 fois • Version imprimable

Faux anti-racisme et héros nationaux

Brève italienne


L'athlète italienne Daisy Osakue a été blessée dimanche 29 juillet par un œuf reçu dans l’œil. Cette agression a immédiatement été interprétée comme la manifestation de la vague de racisme qui submergeait l'Italie. Malgré les mises en garde du procureur chargé de l'affaire, toute la presse française a embrayé, trop contente d'alimenter ses préjugés. Depuis on a appris que les agresseurs n'étaient pas des racistes mais des jeunes cons qui ne trouvaient rien de plus drôle que lancer des œufs à la tête des gens, quelle que soit la couleur de leur peau. Certains journaux français ont corrigé leur erreur, mais on attend toujours les excuses de France-Inter et autres anti-racistes de pacotille. → plus
Par Denis Collin • Internationale • Mercredi 08/08/2018 • 0 commentaires  • Lu 836 fois • Version imprimable

Italie: révolution «fasciste»? Offensive du capital?

L'analyse de Danielle Riva, parue dans Utopie Critique


L’Italie est un pays, où depuis 1948 et surtout à partir des années 1990 avec la « deuxième république » et l’arrivée de Berlusconi au pouvoir, des gouvernements à géométries variables se sont succédé. Coalitions du Centre, centre-droite, gauche, centre-gauche, avec parfois des « gouvernements de techniciens » pour « administrer la continuité » entre deux élections, quand les parts politiques font défaut.

→ plus
Par Danielle RIVA • Internationale • Mercredi 04/07/2018 • 0 commentaires  • Lu 910 fois • Version imprimable

Insurrection électorale au Mexique


Le résultat était attendu mais dépasse toutes les espérances. → plus
Par Jean-Paul Damaggio • Internationale • Mardi 03/07/2018 • 0 commentaires  • Lu 625 fois • Version imprimable

Podemos et les Espagnes


Pendant des siècles les Espagnes n’ont fait qu’une, sous la tutelle de la royauté. Avec l’âge des républiques, les Espagnes ne savaient plus trop comment tenir ensemble. Franco est venu imposer son ordre et ce n’est pas par hasard s’il a souhaité confier sa succession à une dynastie.

→ plus
Par Jean-Paul Damaggio • Internationale • Dimanche 17/06/2018 • 0 commentaires  • Lu 928 fois • Version imprimable

Russie, foot et coca-cola


A la fin de ce mois de mai nous étions à Saint-Pétersbourg sans savoir que c'était le 315 ème anniversaire de la création de la ville. En arrivant, sur la place devant le Palais d'Hiver beaucoup de travailleurs s'affairaient pour installer l'infrastructure d'une fête géante. On ne savait trop si s'était en lien avec le forum économique annuel dont le logo était partout ou avec la fête de la ville. → plus
Par Jean-Paul Damaggio • Internationale • Lundi 11/06/2018 • 0 commentaires  • Lu 819 fois • Version imprimable

Crise italienne, crise de l'UE et stratégie pour les prochaines élections


 La formation, après bien des péripéties de l’improbable gouvernement Lega-M5S marque le début d’une nouvelle phase de la vie politique italienne et un approfondissement de la crise de l’Union Européenne. L’impuissance des gouvernements allemand et français a éclaté au grand jour. Ils avaient joué la carte Matarrella mais celui-ci a dû reculer précipitamment et piteusement après avoir tenté un véritable coup d’État constitutionnel. → plus
Par Denis Collin • Internationale • Vendredi 08/06/2018 • 0 commentaires  • Lu 729 fois • Version imprimable

Le grand rendez-vous mexicain


L’histoire du Mexique a souvent été à contretemps. Si bien que pendant les années 2000 quand l’Amérique latine découvrait de nombreuses politiques de gauche, c’est la droite qui accédait enfin au pouvoir à Mexico. Aujourd’hui, alors que le bilan des dites opérations de gauche est contrasté pour ne pas dire parfois catastrophique (Nicaragua), les élections de juillet au Mexique vont assurer la victoire d’AMLO (Andre Manuel Lopez Obrador). Après trois tentatives, comme François Mitterrand, cet homme issu du parti de gauche le PRD ne peut plus se faire voler la victoire comme c’est arrivé auparavant. Mais cette victoire annoncée, si elle soulève l’enthousiasme d’une partie de la société civile, n’efface pas les craintes d’un échec possible. → plus
Par Jean-Paul Damaggio • Internationale • Jeudi 07/06/2018 • 0 commentaires  • Lu 577 fois • Version imprimable

Encore une fois sur la situation italienne: sortir des vieux schémas

Le peuple italien calomnié n'a pas voté pour des fascistes mais contre la ruineuse politique d'austérité de l'Union Européenne


Dans Libération, le principal représentant de l’opposition à Macron est interrogé, à la veille de la journée dite de « marée populaire » du samedi 26 mai. Au détour d’un long entretien sur lequel il faudrait revenir en détail, on lui pose cette question : « Comment analysez-vous l’alliance entre la Ligue et le Mouvement Cinq Etoiles, en train de prendre le pouvoir à Rome ? » Réponse du président du groupe LFI : « C’est une catastrophe. Cette calamité porte de forts relents d’extrême droite, comme le montre l’interdiction faite aux francs-maçons d’entrer au gouvernement. Le contenu de leur ligne économique est clairement de droite : réduire l’impôt sur le revenu à une flat-tax à 10 % ou à 20 %. La mauvaise nouvelle, c’est qu’ils ont pris le pouvoir. La bonne, c’est qu’on va pouvoir les affronter mieux qu’auparavant ». On reste interdit devant cette réponse qui voit l’insoumis en chef prendre sa place dans le concert des forces qui veulent empêcher à tout prix que soit respectée la volonté du peuple italien. Mélenchon veut donc affronter cette « catastrophe », cette « calamité » qui « porte de forts relents d’extrême droite ». Dans cette bataille contre l’alliance Salvini-Di Maio, il y a déjà beaucoup de monde : Bruno Le Maire, Pierre Moscovici, les dirigeants allemands et français, la presse du capital et quelques autres encore. Et Mélenchon, de façon tout à fait incompréhensible vient brouiller les cartes et apporter un soutien indirect aux dirigeants européistes de la caste en Italie et en Europe. → plus
Par Denis Collin • Internationale • Dimanche 27/05/2018 • 0 commentaires  • Lu 1633 fois • Version imprimable

Ni rire, ni pleurer, comprendre

Quelques pensées sur la nécessité du réalisme en politique, spécialement en politique internationale


Massacre à la frontière entre Israël et la bande de Gaza, dénonciation de l’accord sur le nucléaire iranien par Trump, bruits de bottes en tous genres : parfois on est pris de désespoir. On se demande comment y comprendre quelque chose dans cette « histoire pleine de bruits et de fureur, racontée par un idiot et qui ne signifie rien » (Shakespeare, Macbeth, V, 5). Il faut pourtant essayer de voir clair et de comprendre la dynamique des passions et des raisons des uns et autres pour avoir une chance d’agir sensément. → plus

Conflit israélo-palestinien: quelques réflexions d'ordre général


On penser ce que l’on veut du projet sioniste ; l’État d’Israël est un fait politique que personne ne peut vouloir éliminer. C’est un État déplaisant : un État « théocratique » (il n’y a pas d’état civil en Israël), dont toutes les justifications renvoient à un conte pour enfants, celui de la diaspora et des Juifs qui retourneraient sur la « terre de leurs ancêtres », laquelle leur appartiendrait de toute éternité – en vertu d’un décret de Dieu. Toutes les justifications politiques des partisans et dirigeants israéliens s’ancrent dans cette idéologie religieuse, à peu près aussi sensée que l’idéologie des partisans du « Coran incréé » et autres sornettes de la même farine. Mais ces âneries, au même titre que « nos ancêtres des Gaulois », font partie de l’existence actuelle d’une communauté de vie et de destin qui est celle des Israéliens (et non des Juifs). Du point de vue du droit international, Israël a le droit à l’existence au même titre que n’importe quel État et le fait que cet État ait été fondé sur une violence colonisatrice ne change rien : à ce compte en effet, si Israël n’a pas le droit à l’existence en raison de son origine coloniale, on peut exiger le démentèlement d’à peu près tous les États existant au monde, qui ne diffèrent les uns des autres que par la plus ou moins grande ancienneté de la violence qui les a fondés ! On remarquera également qu’il n’a jamais existé d’État palestinien, le dernier État en date sur cette terre étant … le royaume de Juda qui disparaît au Vie siècle avant notre ère. Depuis cette région a toujours fait partie d’empires puissants (perse, romain, arabe, ottoman). → plus

Italie : la révolte contre l’Union Européenne

ou comment l’Italie nous raconte l’Europe de demain


On a souvent remarqué que l’It   alie était une sorte de laboratoire de la politique moderne. Des cités médiévales à la Florence de Machiavel, de l’humanisme civique au rigoureux réalisme de Messer Nicolò, c’est bien en Italie que s’est inventée la politique moderne, comment l’ont si bien montré Pocock et Skinner. C’est encore en Italie qu’est inventé le fascisme et après la Seconde Guerre Mondiale, cette étrange cogestion entre le PCI et la DC. C’est aussi l’Italie qui a vu la vie et la mort de l’eurocommunisme et la dissolution pure et simple de la gauche. L’incroyable gouvernement M5S/Lega né des dernières législatives nous interpelle de la même façon : c’est l’Europe de demain qu’annoncent Di Maio et Salvini. → plus
Plus d'articles (303 articles sur 21 pages):

Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato

Calendrier

Septembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930