S'identifier - S'inscrire - Contact

Le jeune Staline

Un livre de Simon Sebag Montefiore

Par Jean-François Collin • Histoire • Lundi 08/12/2008 • 7 commentaires  • Lu 4811 fois • Version imprimable


Cette biographie commence ne 1878 et s’arrête en 1917, quand commence l’ascension du petit père des peuples.
Un peu longue pour ce qu’elle dit ; parfois répétitive et pas très bien construite, cette biographie est intéressante par ce qu’elle dit de cette partie mal connue de la vie de celui qui ne s’appelait pas encore Staline, mais « Sosso » le fils du cordonnier de Gori, en Géorgie, ou bien Sosselo, pseudonyme sous lequel il publie des poèmes qui deviendront des classiques mineurs de la littérature géorgienne. On y apprend qu’avant d’être l’autocrate sanglant qu’il fût, Staline fût un élève doué, à l’école d’abord, au séminaire ensuite, avant d’être un élève révolté. Cultivé, pour son temps au moins, respectant le talent artistique, qu’il s’agisse de la musique ou la littérature. S’il n’hésitait pas à liquider un communiste, il préservait les artistes. Ainsi, lorsque Mandelstam fut arrêté, il ordonna « à isoler, mais à préserver ». Son sort aurait été scellé autant par l’incapacité de Pasternak à répondre à la question que lui posait Staline sur le fiat de savoir si Mandelstam était bien un génie, que par le parti pris par ce dernier de se moquer ouvertement du dictateur.

Après le séminaire, le voici employé au service météorologique de Tiflis, une couverture commode de son activité « révolutionnaire », puisqu’il est devenu alors membre du POSDR. Son activité consistera pour l’essentiel à organiser des coups de mains, Hold-up et autres attaques à mains armées pour alimenter les finances du parti de Lénine. Organisant ceux-ci de Tiflis à Bakou, en passant par Batoumi où il travaille pour la compagnie pétrolière détenue par les Rothschild, avant de mettre le feu, semble-t-il, aux entrepôts de son employeur.

Les proches de Staline étaient des personnages inquiétants, en particulier Kamo, un genre de psychopathe, assassin, ami d’enfance et totalement dévoué à Staline, qui sera son homme de mains dans de nombreuses attaques, que Staline organisait, mais auxquelles il ne participait pas. Kamo fréquentera, avec Staline, Lénine et Kroupskaïa en exil. Un autre de ses proches est un dandy arménien, Souren Spadarian, qui partageait avec Staline ses frasques, les femmes et l’argent de son père.

Ce que montre de façon détaillée ce livre, c’est la proximité de la relation entre Staline et Lénine, au contraire de ce que laisse penser l’historiographie trotskiste. Les deux hommes étaient en relations épistolaires fréquentes et se sont rencontrés régulièrement à partir de 1905. Staline devient un homme clé dans le dispositif, notamment parce qu’il organise les hold-up qui contribuent au financement de la petite secte que redevient les socio-démocrates après 1905. Staline participera d’ailleurs au congrès social démocrate en Suède en 1905 puis à celui de Londres en 1907. Staline révérait Lénine pour son charisme, son autorité et sa volonté toute entière tendue vers la conquête du pouvoir. Mais il a toujours gardé son autonomie de pensée, semble-t-il, sachant se servir de l’aura du chef vénéré pour favoriser sa propre ascension, sans être dupe du culte qui se développe et qu’il développe, autour de la personnalité de Lénine.

Staline apparaît comme un personnage complexe, mélange de courage physique réel et de rouerie. Aimant nouer des intrigues, dresser les uns contre les autres. Multipliant les conquêtes féminines, malgré ses handicaps physiques réels, notamment un bras quasi paralysés depuis un accident d’enfance. Staline a un goût pour les jeunes femmes qu’il domine et abandonne, sans grands regrets semble-t-il.

Souvent arrêté et déporté, il partagera le sort de la plupart des socio-démocrates à cette époque, allant de périodes de clandestinité, à des arrestations puis des déportations.

Montefiore examine longuement la thèse de Staline « agent de l’Okhrana », pour la rejeter, même si les relations de Staline avec la police sont complexes.

En revanche, ni lui ni Lénine ne sauront démasquer Roman Malinovski, bien payé par l’Okhrana lui, et qui enverra d’ailleurs Staline en prison et en exil en 1913. Lénine n’en continuera pas moins à accorder son entière confiance à Malinovski.

Staline apparaît beaucoup plus présent que ne l’ont dit les Trotskyste dans la révolution d’octobre 1917. Il n’était pas l’abruti que considérait Trotski, à tort, la suite le démontrera. Mais un individu raisonnablement cultivé, doué d’une intelligence manœuvrière réelle et sans doute aussi d’un réel charisme qui en faisait un leader là où il se trouvait. Il n’avait pas de talents d’orateurs. Fils d’un cordonnier alcoolique, il n’avait pas non plus l’aisance d’un Lénine ou d’un Trotski. Mais il était peut-être plus en phase avec la réalité de la Russie de cette époque et la mentalité de la masse de ceux qui constituaient le parti communiste, même si on peut le déplorer.

Le plus frappant est sans doute la grande proximité qui existait entre lui et Lénine. Celle-ci ne se brisera qu’après un conflit opposant Staline à Kroupskaïa, et sans doute aussi parce que Staline prenait du champ par rapport à un Lénine vieillissant. Celui-ci s’en rendait compte, tardivement, et tenta de le contenir avec son fameux « testament » qui venait trop tard.

Simon Sebag Montefiore: Le jeune Staline. Calmann-Levy, 2008, 501 pages


Partager cet article


Commentaires

par quent1 le Lundi 08/12/2008 à 21:22

Le Touquet : Simon Sebag-Montefiore lauréat du grand prix de la ... glurps !  Gluksmann, Ockrent, Lauvergeon et femmes chefs d’entreprises dans le jury ! Le Touquet ville d’eaux, de bobos, de casinos, de chevaux tout comme Deauville, St Amand les Eaux..

éd. Zones Les Bandits : un livre érudit et passionnant à lire, livre qui bien qu’initialement paru en GB en 1969 puis traduit en 1972 en FR, n’a rien perdu de son actualité et nous interroge par ex. sur ce qui s’est passé au travers des siècles, que ce soit en Russie, en Yougoslavie, en Italie, en Espagne, etc.. ce livre vient de reparaître en nouvelle édition revue et augmentée (sept.2008) par l’auteur Franc-tireur E.J. Hobsbawm, de Cambridge élève aussi mais un peu plus âgé car né en 1917, Homme et Historien qui aura traversé en 2 siècles L’Age des extrêmes et il travaille toujours à comprendre l'Histoire et ses drames de guerres totales.

Mauvais karma avec quelques extraits du chapitre 9 Les expropriateurs p.130 « Le défunt Kamo terroriste arménien particulièrement brave et coriace, qui lia son sort à celui des bolcheviks, est l’exemple parfait de ce genre de combattant politique. Il fut le principal organisateur de l’expropriation de Tiflis, lui qui, par principe, ne dépensait jamais plus de cinquante kopeks par jour pour ses besoins personnels. La fin de la guerre civile lui permit de réaliser sa vieille ambition, qui était d’acquérir une connaissance correcte de la théorie marxiste, mais il éprouva rapidement la nostalgie de l’action directe, pour lui beaucoup plus excitante. Il mourut d’un accident de bicyclette… »

(Question ouverte la fin justifie les moyens ?! p.128-129) " Le hold-up de Tiflis (Tbilisi) en 1907 rapporta plus de 200 000 roubles au Parti. Le record appartient sans doute au hold-up de Moscou en 1906, qui lui rapporta 875 000 roubles. Malheureusement, ces roubles étaient surtout en grosses coupures faciles à identifier et, quand ils essayèrent de les changer, certains révolutionnaires exilés, par exemple Litvinov (par la suite commissaire aux Affaires étrangères en URSS) et L. B. Krassin (plus tard à la tête du Commerce extérieur soviétique) eurent des ennuis avec la police occidentale. L’affaire permit de fustiger Lénine, toujours suspect aux yeux des autres secteurs de la social-démocratie en Russie pour ses prétendues tendances « blanquistes », et fut également utilisée par la suite contre Staline, qui, en tant que responsable bolchevique en Transcaucasie, s’y trouvait intimement mêlé. Ces accusations étaient injustes. La seule différence entre les bolcheviks de Lénine et les autres sociaux-démocrates, c’est qu’ils ne condamnaient a priori aucune forme d’activité révolutionnaire, y compris les « expropriations » ; ou, si l’on veut, qu’ils n’avaient pas l’hypocrisie de condamner officiellement ces opérations que, nous le savons maintenant, non seulement les révolutionnaires agissant dans l’illégalité, mais les gouvernements de toutes tendances pratiquent chaque fois qu’ils le jugent nécessaire. Lénine fit de son mieux pour séparer les « expropriations » des crimes ordinaires et du pillage aveugle et, pour ce faire, mit au point tout un système de défense : les « expropriations » ne devaient être organisées que sous les auspices du Parti et dans le cadre de l’idéologie et de l’éducation socialistes, afin de ne pas dégénérer en crime et « prostitution » ; elles ne devaient viser que la propriété de l’État, etc. Staline, même s’il ne fait aucun doute qu’il exerça ces activités avec son manque habituel de scrupules humanitaires, ne faisait qu’appliquer la politique du Parti…."  (bis reste La Question toujours ouverte ou fermée? la fin justifie les moyens ! ?). Ce livre peut-etre lu en ligne mais il est bien plus passionnant de le lire sur papier et puis restent nécessaire d'aider le monde des livres et bonnes maisons d'édition


par Anonyme le Mardi 09/12/2008 à 10:34

Question subsidiaire:serions-nous à ce point menacés par un regain de léninisme,voire de trotskisme(en sus du "retour "de Marx)qu'il faille s'en préserver en se remémorant les mauvaises fréquentations des révolutionnaires russes, inversant l'adage populaire,soit :qui s'assemble se ressemble?...(principe de l'amalgame?)

Ne serait-ce pas là,d'ailleurs, le propos de l'ouvrage?


Re: par quent1 le Mardi 09/12/2008 à 18:40

De l’utilité de l’Histoire ! RE à anonyme et éventuellement en y ajoutant lectrices et lecteurs des articles et commentaires de la sociale : qui ignore l’histoire, ses drames, etc. prend de grands risques et sera peut-être un jour prochain contraint à la voir se répéter sans pouvoir parvenir à y comprendre quelque chose. Si vous n’aimez pas l’Histoire et les Hommes qui l’ont faite, il vaut mieux n’en pas dégoutter les autres, cela qu’ils soient anonymes ou connus. L’Histoire des pays et des Hommes a toute sa place dans La Sociale me semble-t-il ? Et que s’est-il passé au 20ème siècle et dans les années 80 en ex-Yougoslavie ? Pays qui se situait bien en Europe ? Cet article était classé en rubrique histoire, continuons l’histoire des temps modernes ou/et archéologiques, La machine à remonter le temps.

Souvenirs de lecture du 04 Sep 2006 avec quelques petites notes prises Cette année là. Sujets connexes, l’Histoire serait sans fin et se répèterait de millénaires en millénaires ? je le crois, à tort ou à raison ?

Retour en arrière sept.2006 : je viens de lire de très bons articles dans le mensuel L’Histoire de Septembre, un de ceux-ci : « Pourquoi les Turcs ont pris Constantinople ? »  la chute de l’Empire byzantin, l’Europe chrétienne occidentale a tout fait pour, le commerce et les routes maritimes avant tout !elle avait exécuté la 1ère prise, et  ça me rappelle nos « temps modernes » c’est presque du marxisme ou du matérialisme ou je ne sais comment la nommer cette analyse historienne du temps des chutes et guerres.

Seuls les Hongrois s’engagèrent (n’appelez pas le petit Nicolas) et ils furent battus à 2 reprises, 1 à Varna et l’autre à Kosovo ! les Détroits, les Dardanelles, le Bosphore, les Balkans, le Kosovo,  etc…décidément l’Histoire ! les Turcs ont profité des divisions des chrétiens occidentaux, de la lenteur voulue de Gênes et Venise pour défendre cette ville datant de 753 avant JC et de la technologie nouvelle en face des forts antiques : un Saxon de Transylvanie Urban fabriqua à Erdine, capitale ottomane de l’époque, une pièce capable de projeter des boulets de 400 kg ! L’unioniste byzantin Isidore de Kiev avait l’injonction de réunifier les églises mais le patriarche unioniste Grégoire III, en exil à Rome, car interdit de séjour à Constantinople, était absent mais aussi étaient absents, et là de façon décidée le grand duc Lucas Notaras, 2ème personnage de l’empire et le futur patriarche Gennadios Scholarios. Et l’union proclamée au lieu d’apaiser les dissensions, les accentua et de troubles en troubles, Constantinople fut prise. L’Histoire ancienne nous mord la nuque et se répète ? Malheureusement l’auteur né à Istanbul en 1942, à la culture grecque, turque et française est décédé le 19/07/2005, professeur à Paris VIII, il avait publié plusieurs livres et l’histoire de Byzance-Constantinople m’a toujours intéressée, je ne sais pourquoi ? ou plutôt si : en 2004 il me semblait y retrouver des ressemblances avec nos divisions partisanes ou européennes, sommes nous en décadence ou près de la chute ? L’Histoire a souvent du bon.

Le n° spécial de juillet-août est consacré à « la guerre civile, 2000 ans de combats fratricides », là aussi c’est très intéressant, Vendée, Espagne, Russie, Algérie, Rwanda, Tchad, Yougoslavie, Commune de Paris, Armagnacs et Bourguignons, etc…La guerre est finie ?  Il y a aussi un article où Messali et Ferhat ne sont pas oubliés, pour Abane le kabyle je crois que je ne connaissais pas l’assassinat perpétué par ses pairs.

Le Temps des guerres Pub : 6,10 euros et 5,80 euros les deux n°s cités.

 


par giorgio le Jeudi 11/12/2008 à 19:28


enfin un peu d'air frais qui nous change des histoires  , souvent inventées  ( par ex Staline empoisonnant Lénine), cent fois ressassées sur Staline, nabot , sans intelligence, sanguinaire, mauvais stratège, théoricien nul qui est tout mêmle arrivé à construire la deuxième puissance mondiale après avoir porté et gagné pratiquement seul le fardeau de la guerre en Europe. Rappelons que l'URSS a été envahie en juin 41 et que le débarquement allié , "le deuxième front" tant réclamé par l'URSS à Roosevelt et Churchill , n'est intervenu qu'en juin 44. le sort de l'Allemagne hitlérienne quasiment scellé à l'Est.
Staline n'était pas un saint , pas un tendre, il a régné d'une main de fer sur l'URSS à une époque où l'acenir du régime était en jeu, ses méthodes étaient  brutales, expéditives, mais on a trop chargé la barque à trop vouloir le diabiliser. Les moralistes de salon diront que le fin ne justifie jamais  les moyens.  Dans la vie réelle, lorsque les enjeux sont vitaux, les détenteurs  du pouvoir n'hésitent jamais sur les moyens ou leur oeuvre disparait et eux avec.

l'URSS disparue, dilapidée par  des successeurs incapables, Staline mort depuis presque 60 ans , le moment est venu d'une étude Historique sans passion de l'homme et de son époque

PS à propos des récupérations, les maquis en France  ne "réquisitionnnaient"-ils pas ce dont ils avaient besoin (nourriture, véhicules, argent), Je lis dans une monographie concernant mon modeste village entre 1939 et 1945 que le  bureau de poste d'un hameau ayant  été dévalisé par le maquis, ce dernier a laissé un papier  attestant la réalité de l'opération.


Re: par quent1 le Jeudi 11/12/2008 à 22:27

je lis "enfin un peu d'air frais..."
Oui mai, mais, mai Pari mais mai mais Pari ...Un fin stratège que le petit père....De mai à août 1939 quel type d'accord ? Le fond de l'air était bien frais.. Ensuite qui a défendu rues par rues, maison par maison Leningrad, Stalingrad ?... Quels ont été ensuite à la fin de la guerre les répercussions de cette Résistance acharnée, les premières purges et victimes des rescapés de l’enfer et envers qui se sont faits les nouveaux procès et emprisonnés ou exécutés ? Les Faits sont têtus !
1941-1944: 900 jours de siège allemand à Leningrad...au fait que sont devenus les réels résistants dont des chefs comme le maréchal Joukov et d’autres dont les noms m’échappent sur le moment, mémoire FMR (pas front marxiste révolutionnaire mais adjectif éphémère) du temps des guerres et paix? Chefs non peureux ni planqués pour l’assaut et la conduite des Résistants ?

Au fait un peu d'air frais avec un bon livre bis qui par ex. analyse la conduite impérialiste  anglaise et les profits que pourraient apporter la guerre contre l'URSS, etc : L'Age des Extrêmes, Histoire du Court XXe siècle - E.J. Hobsbawm et puis aussi Lénine - Jean-Jacques Marie, L'Orchestre rouge Trepper - Gilles Perrault, Sans patrie ni Frontières - Jan Valtin et puis surtout Vie et Destin -Vassili Grossman.. La no stal gie n'est plus ce qu'elle était, j'arrête La Liste. Une moraliste de salon encore un peu marxiste idéaliste (ça se soigne pas ! maladie orpheline!) fréquentant le salon de musique de La Dame de pique et qui pourtant se demande toujours tout comme au XXème siècle qui détermine et définit la fin et les moyens au XXIème siècle ? on ne fait pas d'omelette sans casser les œufs, mais montrez moi l'omelette S'il est minuit dans le siècle.. Non pas encore, horloges arrêtées au cadran de l’horloge qui n’a plus d’heure, Vive la crise ?Livi, Tapis, etc…Les années 80 commençaient bien..


Lien croisé par Anonyme le Vendredi 12/12/2008 à 19:46

Le jeune Staline : " Un article issu de : Le jeune StalineÀ voir en ligne ici : http://la-sociale.viabloga.com/news/le-jeune-staline"


Simon, l'homme à la torche par valentini le Vendredi 23/04/2010 à 10:20

Enfin the Livre qui dit la vérité, ma brave dame! Tiens! Donnez-moi un kilo de bananes!
C'est pas tous les jours qu'on tient le book qui éclaire tout et surtout, comme prévu, réhabilite Staline, mais pourquoi?
Parce que l'idéologie capitaliste a besoin, pour un avenir proche, de justifier la terreur d'état.
Avec Staline, à n'en pas douter, elle a fait le bon choix. Ce type est éminemment doué, en les sciences administratives. Lire, écrire, compter, ça, ce fondamental-là, ça plaît à l'idéologue capitaliste. L'homme est si imprévisible. On ne parlera pas non plus des croupières taillées par l'armée polonaise au maréchvilissime Staline. Ce dernier s'en souviendra à Katyn.
Dopo di ché, qu'il ait été ou non un agent double de l'Okhrana, franchement!
Nous ne sommes pas des bâtisseurs stercoraires d'empire, avides de Schmurz et de romans à deux balles!
L'essentiel, comme l'histoire l'a montré, et les faits sont têtus, il a avant tout été un agent du capitalisme en Russie. D'où le retour en grâce! Tous les crocodiles pleurent des larmes nihilistes à l'évocation du petit père des peuples, l'un des 99 noms du capitalisme. Nombreux, en effet, sont ses modèles!
Quant au reste, nous allons le régler bientôt, sous forme d'une nouvelle Saint-Barthélémy, mais attention! Avec un minimum d'éducation et de culture propre à notre temps adossé sur toute la merveilleuse histoire du XX°siècle. Une histoire caucasienne.
Allez tous ensemble! Vive Simon Airbag Ratafiore! Le romancier gonflé à bloc, star de toutes les réussites, paf! Oh! La belle bleue! Regardez comme il brûle
de parvenir!
Idéologues, en avant, derrière la Vérité nouvelle! Mais oui! Vous brûlez!



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato