S'identifier - S'inscrire - Contact

Et si l’explication des gilets jaunes se trouvait en Italie…

… qui permet aussi de comprendre l’attitude des Macron, Philippe, Cohn-Bendit, Martinez et quelques autres…

Par Jacques Cotta • Actualités • Mercredi 21/11/2018 • 3 commentaires  • Lu 2050 fois • Version imprimable


Dans le bras de fer qui oppose le gouvernement italien à l’union européenne, la tension est montée d’un cran. L’UE a en effet rejeté une nouvelle fois ce 21 novembre le nouveau projet de budget italien de la coalition M5S-Lega et annoncé qu’elle ouvrait la voie à des sanctions financières. Tous les arguments sont utilisés pour tenter de justifier le bien-fondé de la position des instances européennes qui nient la souveraineté du peuple italien qui a porté la nouvelle coalition au pouvoir. Ainsi selon le vice-président de la CE Valdis Dombrovskis, il est question d’un risque de voir « le pays s'enfoncer aveuglément dans l’instabilité » ce qui justifierait évidemment « l'ouverture d'une "procédure de déficit excessif" fondée sur la dette ». Mais le fond de la question est ailleurs. La décision des institutions européennes n’est en réalité pas fondée par des impératifs économiques, mais bien par des objectifs politiques. Ce qui est reproché à l’Italie est de s’engager dans « une déviation claire, nette, assumée, et par certains revendiquée », dénoncée par Pierre Moscovici, l’ancien ministre socialiste de François Hollande, aujourd’hui commissaire européen.

Ce qui est insupportable aux institutions européennes et à leurs hommes de main est le risque de voir en Europe l’affrontement engagé avec l’Italie faire tâche d’huile. Le gouvernement italien a en effet décidé de laisser creuser le déficit à 2,4% du PIB pour accomplir un certain nombre d’engagements sociaux pris essentiellement par la composante M5S de la coalition. Il s’agit de revaloriser les pensions des retraités, d’investir dans les équipements publics, d’apporter une aide aux plus démunis… Cette situation permet de comprendre quelques réalités qui nous concernent directement:

1-S’il tiennent bon, les italiens enfoncent un coin dans la politique austéritaire de l’Union Européenne. En cela, tous les peuples d’Europe ne peuvent être qu’attentifs à la suite, car ils sont directement concernés par les conséquences qui découleront de cet affrontement.

2-Cette situation est source de crise au sein de l’Union Européenne, mais aussi au sein même de l’Italie. Dans le gouvernement italien, c’est le mouvement 5 étoiles qui se trouve à l’origine de l’affrontement avec l’UE lorsque Matteo Salvini, le patron de la Lega, ami naturel de Berlusconi et de son parti, est en réalité un européiste bon chic bon genre. Les tensions avec l’UE risquent fort de trouver leur prolongement au sein même de la péninsule.

3-Jean Luc Mélenchon fait bien, au nom de la souveraineté des différents peuples, donc du peuple italien en l’occurence, de soutenir dans ce bras de fer le gouvernement italien sans aucune hésitation. A l’inverse, toutes les positons -telle celle exprimée par Jean Christophe Cambadélis, l’ex premier secrétaire du PS, ou par d’autres éminents représentants de la « gauche »- qui condamnent ce soutien au prétexte que « les fascistes sont présents dans le gouvernement italien », reviennent à soutenir contre les peuples l’union européenne et sa politique d’austérité.

4-L’attitude de la presse en France ne fait pas exception. Lorsque ce n’est pas le silence, c’est l’anathème anti-péninsule qui domine. J’en connais quelque chose avec « le Média » qui après avoir interdit mon émission « Dans la gueule du Loup » sur « la péninsule des paradoxes », a utilisé à mon encontre les plus basses calomnies sous la plus d’Aude Lancelin qui alors démontrait son incompréhension totale du sujet.

Concernant plus précisément la France, on comprend mieux les différentes attitudes au sujet de la mobilisation des « gilets jaunes ».

1-L’embarras est général sur « la multiplicité des revendications » qui se font jour. Du fuel, de l’essence, du gasoil, le mécontentement est passé assez vite à la question du pouvoir d’achat, des salaires, des services publics. Cela met directement en porte-à-faux tous les partisans de l’UE sous quelque forme que ce soit, l’UE actuelle, « l’UE des progressistes » à la Macron, ou « l’UE sociale » comme osent encore le revendiquer quelques éminences du PS ou de ses résidus.
 
2-La crise profonde du gouvernement Macron-Philippe dans le conflit avec les gilets jaunes trouve en partie là son origine. Le lien à l’UE ôte toute marge de manoeuvre et ne rend comme seule réponse possible que la matraque avec à terme une augmentation -aujourd’hui ou demain- des tensions existantes.

3-Sur le front de la mobilisation, difficile de ne pas évoquer la positon de Philippe Martinez. Le propre des staliniens dans l’histoire a toujours été lors des mobilisations, lorsqu’il s’agissait de préserver le pouvoir en place, d’appeler soit trop tôt, soit trop tard à la mobilisation, ou d’appeler en ordre dispersé et à répétition, pour organiser division et échec. Là, alors que le mur de Berlin est tombé, que l’URSS n’est plus que dans les manuels d’histoire, Martinez se surpasse. Il appelle d’abord à ne pas manifester avec les gilets jaunes car « il y a le FN et les patrons », comme si en réalité telle était la principale caractéristique de ce mouvement. Puis sentant monter la gronde jusque dans les rangs de la CGT, le voila appelant à manifester le 1er décembre. Pourquoi pas le soir du 24 décembre, ou encore du 31 décembre? Nul doute qu’il porte là un coup terrible au syndicalisme et à la CGT. Mais pourquoi? N’est-ce pas là encore le lien avec la confédération européenne des syndicats, le bras armé de l’UE dans le monde syndical, qui permettrait de comprendre?

De Rome à Paris, sous des formes différentes, ce sont les mêmes obstacles qui se mettent en travers des peuples. Obstacles politiques dictés par l’UE, combattu par le gouvernement italien sur le budget. Obstacle relayé et consolidé par Macron et le gouvernement français ici qui applique les décisions prises à Bruxelles lorsqu’il ne devance pas l’appel… Mais à Rome comme à Paris, au grand dam de tous les dirigeants, ce sont les forces sociales qui dictent le tempo….

Jacques Cotta
Le 21 novembre 2018

Partager cet article


Commentaires

EUROPE ET FASCISME par ALIN JAVIER le Mercredi 21/11/2018 à 20:27

 Nous sommes devant un problème stratégique plus que de principe. L'indépendance des Etats devant l'UE ne se monnaie pas et de ce point de vue on devrait soutenir l'Italie. La lutte contre la possibilité du fascisme est toutefois une priorité qui exclut toute connivence avec des gouvernements dont l'inspiration fasciste ne peut faire de doute et à ce titre il ne peut être question d'un appui quelconque avec le gouvernement Italien . Il ne faut en aucun cas  l'appuyer et  il n'y a pas d'enjeu politique français car il n'ya aucun doute que le gouvernement français européiste ne soutiendra pas  le gouvernement Italien   en dépit de proximités dommageables au plan idéologique. Mais est il inenvisageable d'ouvrir la débat sur l'actualité politique italienne au point de craindre d'apporter son soutien au gouvernement, certainement pas, cela pourrait constituer au contraire opportunité excellente pour  mettre au jour  les tentations anti démocartiques  des deux camps.


Re: EUROPE ET FASCISME par Serge le Mercredi 21/11/2018 à 20:56

Pourriez-vous, s'il vous plait, ne plus utiliser le terme fasciste à tort et à travers ? En quoi le gouvernement italien est-il d'inspiration fasciste ?
Qu'il soit critiquable et critiqué, oui. Mais qu'on tombe dans le manichéisme simpliste, non.
De plus, votre proposition du "en même temps" est incompréhensible.

Bonne soirée à vous.


Clarification par Ythier LE SAPIANT le Jeudi 22/11/2018 à 11:22

 

Tout à fait d'accord avec vous Jacques ! Sauf sur un "élément de langage"  ...

Personnellement, quand on me traite de « stalinien », entendant par là « communiste irrécupérable », je me sens tout ragaillardi, et en tout cas rassuré.

Stalinisme et monarchisme

Beaucoup entendent par ce terme le monarchisme, c’est à dire le pouvoir d’un seul, et de sa bande, évidemment.

Le monarchisme, pour le système capitaliste comme pour les systèmes d’oppression qui l’ont précédé, c’est naturel, c’est même une nécessité vitale, pour tous les appareils du système : entreprises, gouvernements, partis, …

Pour nous, c’est précisément l’opposé, et on a pu vérifier en effet que c’est mortel.

Il en est exactement de même du parasitisme en économie, de l’idéalisme en théorie, de la falsification en histoire, de l’opportunisme en politique, … etc. Obligations pour l’adversaire, virus destructeurs pour nous. Et la réciproque en découle d’elle-même.

Communisme et capitalisme

Quelles sont les raisons pour lesquelles … :

     d’une part nos anciens démissionnent en masse de la lutte révolutionnaire,

     et d’autre part les jeunes n’y adhèrent pas en masse non plus ?

Il est vrai que les bolcheviks, au départ, étaient moins nombreux que nous ne le sommes aujourd’hui ; mais dès qu’ils ont su profiter intelligemment des circonstances pour prendre le pouvoir, la grande majorité du peuple a compris la nature de leur projet et s’y est ralliée. A l’heure actuelle, l’adversaire s’est adapté et ne se laissera pas surprendre en sous-estimant nos forces.

Il y a donc besoin d’un parti composé de centaines de milliers de bolcheviks, constituant le « penseur collectif » dont nos anciens comprenaient la nécessité, et non d’une poignée de tribuns expliquant à des colleurs d’affiches ce qu’il faut penser, et quels hymnes il faut chanter. Donc pas seulement un parti en quelque sorte récupéré par sa gauche après élimination de la direction mutante actuelle , préalable évidemment nécessaire, mais un parti ressourcé à sa théorie et à sa pratique antérieurs à son processus de dégénérescence.



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato