S'identifier - S'inscrire - Contact

La fin de l’histoire n’est pas pour demain.

Par Denis Collin • Internationale • Lundi 25/08/2008 • 3 commentaires  • Lu 1564 fois • Version imprimable


On se souvient que lors de l’effondrement des pays du « socialisme réel », l'essayiste états-unien du nom de Francis Fukuyama avait annoncé la fin de l’histoire. Avec la fin du communisme, le triomphe du capitalisme et de la démocratie (l’un ne va pas sans l’autre) était assuré. Un nouvel ordre mondial devait se construire. Et pendant la décennie qui a suivi novembre 1989, on a effectivement répété sur le tous les tons le bréviaire de Fukuyama. Les États-nations étaient prétendument dépassés, le point de vue de la « gouvernance globale » devait s’imposer, et ainsi de suite. Comme c’était prévisible, tout cela n’était qu’une compilation de calembredaines, bonnes pour les gogos. Le « nouvel ordre mondial » n’était rien d’autre que la volonté états-unienne d’une hégémonie politique et militaire totale, fondée sur la dislocation de toutes les nations qui auraient pu lui faire de l’ombre et la colonisation politique et culturelle des autres. Mais les États-Unis d’Amérique prétendent à la domination mondiale sans partage au moment même où la base économique de leur puissance bat de l’aile. Contradiction qui commande toutes les autres.

Plusieurs foyers de tension rendent l’évolution de la situation internationale assez imprévisible et leur analyse devrait suffire pour balayer les chimères alter-mondialistes aussi bien que celles qui tentent de faire croire qu’il existe une chose nommée « communauté internationale ».

Premier foyer de tension : la Chine. Depuis plusieurs années, la Chine était invariablement classée en tête des bons élèves de l’école capitaliste mondiale. On faisait état des progrès de la démocratisation qui devaient suivre l’augmentation du PIB. Avec des syndicats dociles, une main-d’œuvre travailleuse à coûts réduits, l’Empire du Milieu était devenu une sorte de paradis des hommes d’affaires. Et puis brutalement, avec JO, on s’est aperçu que la Chine restait « totalitaire » (un terme confus et d’usages fort variés) et que les pauvres tibétains étaient brimés par ces « communistes athées ». Que les ouvriers travaillent pour un salaire de misère selon des horaires dignes du XIXe siècle anglais, cela ne choquait aucune de nos belles âmes. Que les syndicats obéissent généralement au gouvernement, nos « démocrates » devaient trouver cela très bien, eux qui militent, sinon pour la disparition des syndicats, du moins pour leur intégration au bon fonctionnement de la machine capitaliste. Mais le daïli-lama, ça ne passait plus ! Qu’on vende des Airbus ou des centrales nucléaires, c’était très bien, mais les « démocrates » habituels se mirent à avoir des pudeurs avec Jeux Olympiques. Et viola que les dirigeants chinois, loin de faire amende honorable, se « raidissent », comme on dit dans la presse, et exigent qu’on cesse de s’occuper de leurs affaires intérieures. En quelques mois, le ton général employé à l’égard de la Chine a changé de manière assez nette. La raison en est compréhensible. La Chine devait prendre sa place en tant qu’atelier du capitalisme mondialisé sous la direction états-unienne. En restant dans ce cadre, la direction « communiste » chinoise avait les mains libres.  Mais la montée en puissance de l’économie chinoise et l’existence d’une classe bourgeoise autochtone empêchent que la Chine reste dans son rôle subalterne. Les vieilles nations ont de la mémoire et les Chinois n’ont aucune envie de jouer ad vitam aeternam les coolies des « occidentaux ». Tout le monde le sait, ils tiennent en partie les États-Unis à la gorge puisque les états-uniens peuvent continuer à acheter des produits chinois tant que les Chinois leurs prêtent une partie de leurs énormes excédents du commerce extérieur – récemment encore, on notait l’insolente bonne santé des banques chinoises : elles occupent, pour la capitalisation boursière, trois des cinq premières places. Bien que l’alliance stratégique Chine-USA soit ancienne (elle remonte à Nixon et Kissinger), personne n’oublie que « l’union est un combat ». Le Tibet et l’indépendantisme ouïgour servent maintenant d’instruments de pression des États-Unis sur Pékin pour indiquer aux dirigeants chinois qu’ils ne doivent pas chercher à devenir un véritable rival des États-Unis sur la scène mondiale. Dans cette affaire, on remarquera que l’union européenne, comme force politique, n’existe pas – ce que tous devraient savoir, à l’exception des décérébrés de gauche qui parlent encore d’Europe sociale et autres fadaises du même jus. Quant à la politique française, l’agitation incohérente de M. Sarkozy vérifie une nouvelle fois le vieux proverbe (chinois dit-on) selon lequel « plus le singe monte haut dans l’arbre et plus il montre son cul ».

Deuxième foyer de tension : le Caucase. Nous avons déjà l’occasion de nous exprimer sur ce sujet (voir notre papier du 11/08). L’attaque géorgienne contre l’Ossétie, préméditée, conseillée et encadrée par les officiers US, conçue avec la participation active en juillet de Mme Rice, voulait poursuivre le « roll back » de la puissance russe, entamé depuis l’affaire afghane à la fin des années 70. Depuis qu’ils sont tombés dans le piège afghan (piège revendiqué par Zbigniew Brzezinski), les Russes n’ont fait que reculer. Leur défaite sur le terrain afghan apparaît même comme la cause immédiate de la chute de l’Union soviétique. Les anciens PECO ont été progressivement intégrés dans l’OTAN et les républiques ex-soviétiques plus ou moins transformées en plates-formes pour l’armée US. Ainsi la Géorgie reçoit de Washington une aide colossale (presque égale à celle accordée à Israël) et ce petit pays a multiplié par 30 son budget militaire au cours des deux dernières années. La violence de l’attaque géorgienne contre les 70.000 Ossètes, violence qu’on passe systématiquement sous silence dans la presse aux ordres, est incontestable. Dans « Le Monde », on peut lire de temps en temps, quand la place n’est pas occupée par un faux philosophe et vrai falsificateur, ce qui s’est vraiment passé. Dans l’édition du 22 août, l’envoyé spécial de ce journal à Tskhinvali, la capitale ossète du Sud, Piotr Smolar, écrit : « « Deux quartiers portent les stigmates des obus : celui de la gare et celui autour du centre culturel juif réduit en cendres. En écoutant les habitants qui dépeignent tous les russes en sauveurs et les géorgiens en bourreaux, on entend deux histoires différentes; celles des hommes vécue à l’air libre et celle des femmes sous terre; celle des combattants, civils ou militaires qui ont défié les troupes géorgiennes avant l’arrivée des russes et celle des personnes réfugiées dans les caves des maisons et des immeubles pendant que toute la ville tremblait sous l’effet des bombardements. Le quartier juif se trouve à quelques centaines de mètres des bâtiments de l’administration, cible prioritaires de l’artillerie géorgienne. Difficile de comprendre comment les maisons ont été pulvérisées. » Imaginons l’inverse, que l’armée russe ait sciemment visé le quartier juif, que n’aurait-on entendu ? Mais là, rien. Silence dans les ruines. Ce que ne digèrent pas les « occidentaux », c’est que le gouvernement russe ait décidé de donner un coup d’arrêt aux menées états-uniennes accompagnées par les États européens. Encore fois, ce n’est pas le régime de Poutine qui, en tant que tel, déplaît aux « occidentaux ». Les méthodes de Poutine ont fait école depuis longtemps. « Patriot act » et autres « lois anti-terroristes » ont montré le peu de cas que les « occidentaux » font des grands principes qu’ils reprochent aux dirigeants russes de ne pas respecter. Le problème, c’est tout simplement que la Russie est un rival pour les États-Unis et leurs  laquais européens et que contre ce rival on nous propose de « repartir comme en 14 ». En 1914, la rhétorique « démocratique » avait déjà servi dans tous les camps pour justifier le déchaînement de la mitraille, des obus, des gaz asphyxiants et autres joyeusetés de la grande boucherie d’où est sorti directement le nazisme. Des politiciens cyniques, des journalistes incultes, des « philosophes » appointés nous resservent le même brouet infâme. Les États-Unis poussent au crime avec d’autant plus d’impudence qu’ils espèrent un conflit limité au théâtre européen, à l’abri derrière leur bouclier anti-missiles.  Et les élites mondialisées qui gouvernent l’Europe, font produire dans le Sud-est asiatique, vivent à New-York ou à Londres, se moquent des misères des peuples d’Europe centrale comme de leur première chemise.

La mort de dix soldats français et le bombardement d’un village afghan faisant 90 victimes, femmes et enfants essentiellement, rappellent que l’Afghanistan reste un foyer de crise important.  L’invasion de l’Afghanistan par les troupes de l’OTAN décidée au lendemain du 11 septembre 2001 (y compris, soit dit en passant avec l’appui du gouvernement « socialiste » français de l’époque, dirigé par Lionel Jospin) n’a rien réglé. On devait arrêter Ben Laden et le mollah Omar qui, semble-t-il, courent toujours. Mais les « talibans » reprennent du poil de la bête et les responsables les plus lucides savent que cette guerre est ingagnable, que les armées de l’OTAN subiront le même sort que l’armée soviétique dans les années 80. Mais il faut tenir coûte que coûte, car une défaite de la coalition dirigée par Washington aurait des conséquences politiques sérieuses : c’est le maillon de décisif de la stratégie de contrôle de la « route de la soie » qui sauterait. Le terrorisme n’est pas en cause – car les États-Unis ont été les premiers à faire la courte-échelle à Al-Qaïda quand cela les arrangeait, notamment lors de la guerre contre l’URSS et le terrorisme islamiste ouïgour s’alimente très certainement au robinet à dollars des agences états-uniennes. Ce qui est en cause, c’est la crédibilité des dirigeants US en tant que « maîtres du monde ». Et voilà pourquoi des soldats français vont se faire tuer : pas pour défendre la patrie mais pour défendre Wall Street.

Si on suit les analyses de Gianfranco La Grassa (Cf. Gli Strateghi del capitale, Manifestolibri, 2005), qui rejoint en partie les analyses d’Hubert Védrine, nous sommes dans une transition de phase, entre un régime « monocentrique » états-unien et un régime polycentrique qui voit s’affirmer de nouvelles puissances face à ce que Védrine nomme « l’hyperpuissance » des USA. C’est pourquoi les théories de l’effacement de l’État-nation sont vouées … à s’effacer rapidement, comme toutes les modes intellectuelles encore plus éphémères que les modes vestimentaires ! En tout cas, dans ce bouleversement, les grands perdants sont les Européens. Jean-Luc Mélenchon remarque sur son blog que l’intégration des PECO a dynamité l’alliance européenne au profit des États-Unis. Mais ce sont maintenant les États européens qui sont directement menacés. Après la Belgique, au bord de la rupture, c’est au tour de l’Italie. Sous l’impulsion de son allié Bossi, Berlusconi a entrepris de mettre en place le « fédéralisme fiscal ». Pour Bossi, il faut que les « riches » provinces du Nord cessent de payer pour les miséreux du Sud. Et le gouvernement Berlusconi est en train de mettre en route ni plus ni moins que la destruction de l’unité italienne péniblement gagnée lors du « risorgimento » dans la deuxième moitié du XIXe siècle. La chasse aux Roms (cautionnée dès le début par l’ex-maire de Rome, Veltroni) n’est que le prélude à la chasse aux Italiens du Sud. La ministre de l’éducation de Berlusconi vient même de proposer des cours de rattrapage pour les professeurs du Sud censés faire baisser le niveau ! On se souvient peut-être des cris d’orfraie de la belle gauche lors de l’accession au pouvoir de Jorg Haider, en Autriche. Ce qui se passe en Italie est dix fois pire. Mais la belle gauche s’en moque car Berlusconi réalise le programme de Toni Negri, en finir avec cette « merde » d’État-nation (lors d’un meeting tenu en 2005 pour soutenir le traité « constitutionnel européen, c’est en ces termes choisis que s’était exprimé ce leader intellectuel de l’altermondialisme et de la prétendue gauche radicale). Bossi et Berlusconi, dans la lignée du gouvernement Prodi, œuvrent à leur manière à la défense des intérêts de Washington, tout comme le font, dans un autre style, les dirigeants anglais ou français.

Il y a dans la gauche marxiste ou plus généralement dans les groupes qui cherchent à rester « révolutionnaires » une tendance à renvoyer dos-à-dos tous les protagonistes. Au motif (exact) que la Chine, la Russie et les États occidentaux sont également des capitalistes oppresseurs, on propose le soulèvement de tous les travailleurs contre tous les gouvernements. Si c’était une perspective réaliste, ça se saurait ! Déjà en 1914, ça n’avait pas marché, alors pourtant que les congrès internationaux des puissants partis socialistes de l’époque avaient voté de terribles résolutions qui promettaient la grève générale contre la guerre impérialiste… Entre la nécessaire analyse théorique du régime chinois considéré du point de vue de son mode de production et les prises de position politiques pratiques, il y a un gouffre qu’il n’est pas facile de combler. Évidemment, il serait préférable que le Chine fût vraiment socialiste et démocratique et que Poutine cédât à la place à un gouvernement démocratique respectueux des droits des minorités. Mais la question est de savoir si les menées bellicistes des autoproclamés « démocrates » occidentaux font avancer ou non la réalisation de cet objectif. Poser la question, c’est y répondre. Nous avons l’exemple de l’Iran où l’opposition entre le régime islamiste et Washington nourrit l’un et l’autre – cette opposition n’excluant pas d’ailleurs un accord de fond sur l’Irak, puisque les États-Unis ont débarrassé l’Iran de son principal rival dans la région et y ont installé un gouvernement chi’ite ami de Téhéran… Les attaques et la stratégie d’encerclement de la Russie n’affaiblissent par le régime autoritaire de Poutine mais lui donnent au contraire des arguments « patriotiques » pour détourner les masses de l’insolente richesse des milliardaires russes. De la même manière, le régime de Hu Jintao peut escamoter le mécontentement populaire diffus derrière la mobilisation patriotique.

Par conséquent, pour nous qui vivons en France, la question la plus importante, la seule question pratique qui nous est posée, est celle de la lutte pour empêcher notre pays de se joindre à la politique d’aventuriers des dirigeants US et d’exiger le retrait des troupes françaises d’Afghanistan. Comme le père d’un de ces soldats tués dans l’embuscade meurtrière, il faut exiger que le gouvernement rapatrie nos garçons à la maison.

Au-delà de cet impératif immédiat, il faut en finir avec les bavardages altermondialistes et européistes et poser sérieusement la question de la reconstruction d’une politique nationale et populaire, laquelle ne peut que s’opposer frontalement à cette vieille tradition  « émigrés de Coblence » et antipatriotique des classes dominantes de notre pays. De la même façon que pour les Italiens se pose de façon cruciale la question de la défense de l’unité nationale de l’Italie contre les menées de Bossi-Berlusconi qui succèdent à Prodi et à son « centre-gauche » inféodé à l’UE.

 

 


Partager cet article


Commentaires

par alberto le Mercredi 27/08/2008 à 15:28

Très bien. Beaucoup seront d'accord avec l'affirmation que si les soldats français vont se faire tuer : ce n'est pas pas pour défendre la patrie mais pour défendre Wall Street. Les morts sont toujours de trop, même s'il s'agit d'une armée de métiers. A propos, vous savez que le service militaire n'est pas supprimé, simplement "suspendu". Personnellement, cela ne m'étonne pas qu'on parle de le rétablir...
 
Beaucoup d'autres cependant, ne seront pas d'accord avec l'idée d'en "finir avec les bavardages altermondialistes et européistes !"
Si l'idée de l'Europe avec sa réalisation avortait, nous serions dans de beaux draps. Croire en l'Europe fait partie des saines utopies dont nous avons besoin pour survivre, de même que croire au retour de l'histoire, à la patrie, à une France... Mais je comprends que c'est la seule alternative face au mondialisme. Quant au mondialisme, tant qu'il se développera, l'altermondialisme paraît inévitable.

L'histoire se répète, mais je ne suis pas sûr qu'un retour de l'histoire est possible, à moins de gommer tout et de recommencer. Car pour s'éclairer à la bougie, il faut qu'il n'y ait plus d'électricité !

La politique devient difficile, de plus en plus difficile. Et on s'aperçoit que les problèmes à l'échelle planètaire dépassent l'homme, même le plus intelligent !


Alter- mondialisme ou Internationalisme par Moqan le Vendredi 29/08/2008 à 19:49

  Est ce qu'on a" VRAIMENT" brutallement s'est rendu compt après les Jo que la Chine était ceci et cela?  Quante à vos opposants et vos lecteurs, vous me semblez assez abusif!  Je ne suis ni pour un boudisme politique, ni un communisme bourgeois! Mais, je n'admet pas les analyse qui ont raison des le début , non plus!! Mais encore, contredire l'altermondialisme avec les Etat- Nations me parais autant abusif que préssedant.
Que dans la réalité, et sur le térrain , nous constatons le détachement des capitalistes des Etat- nations (que historiquement, eux memes ont engendré), et l'attachement des petits salariat à cette cadre de vie, fait  l'union d'un forte antagonisme récente dans l'histoir de la bourgeoisie. C'est justement , cette forte contradiction qui aboutit pel-mel à un mouvement altermondialiste!! Un mouvement qui cherche à recréer le meme cadre rassurant sans trop savoir quoi mettre de dans! et ce manque de savoir dire et savoir faire et savoir tout court détermine justement son peur de sortir des Etats- nation qui vous sont si cher!! Mais, la voix de sortir est déjà traçé d'avance, Il faut tout simplement le voir et le montrer au bout de doit, Internationalisme! Voilà ce qu'il faut proposer contre la globalisation! Car, l'epanouisment de l'Homme ne peut se faire que, sur ses 4 mettre quaré, sur le quelle il vie avec les siens ! L'Homme Global n'existe pas! L'homme est un individue terestre qui s'attache à l'endroit où il pisse!  Voilà la vérité naturelle et conflictuelle de notre existance humaine! Dire et admettre cette réalité n'a rien de dégradant et chaqun peut l'observer et admettre par sa propre personne! meme si cela ne concerne que la majorité des hommes cela sufira pour l'accepter comme une norme de base jusqu'au prove de contraire. Mais cette acceptation n'a rien contre Une terre, Un Etre humain! Cela aussi est une réalité! Alors, apporton d'autre projet qui contredit les capitalistes mais qui préserve et qui développe au maximum les facilités pour la majeur partie de l'humanité!

     S.M


  


Re: Alter- mondialisme ou Internationalisme par alberto le Lundi 01/09/2008 à 09:18

La réaction de S.R. est intéressante.

S. R. a l'handicap de l'orthographe - j'ai ce même handicap lorsque je m'exprime dans la langue du pays où j'habite (l'Allemagne), ce n'est pas facile, l'idéal quand même est de faire corriger son article avant de le publier.

Ce qui me plait dans la réaction de S. M. c'est qu'il place l'individu dans ce qu'il est et dans ce qu'il sera toujours : c.-à.-d. dans son espace limité d'homme (les 4 mètres carrés sont une image). Il mange et ce qu'il mange devient déchets. Un jardin, un peu de bétail et la vie est possible... Oui mais en théorie seulement, car encore faut-il que son jardin soit fertile ... Une bénédiction, ici, semble nécessaire.

Mais cette belle réalité date d'hier ! Aujourd'hui, en 2008, l'homme est capable de voir, non pas un bout de terre, mais la terre dans sa totalité : depuis l'espace. L'échelle de son espace vital a changé et a atteint la dimension du globe. La globalisation est arrivée.

Il y a ces deux aspects à considérer et à concilier. Et on ne peut pas éliminer, ni l'un, ni l'autre.

L'autre élément, de loin le plus important la bénédiction, ou la non-bénédiction - est celui que nous éliminons le plus facilement. C'est aussi le plus compliqué, parce qu'il implique les croyances, la divinité...



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato