S'identifier - S'inscrire - Contact

Le FN en difficulté ?

Par Jean-Paul Damaggio • Actualités • Dimanche 22/10/2017 • 0 commentaires  • Lu 713 fois • Version imprimable


A partir de faits incontestables les commentateurs n’en finissent pas de traiter le FN en parti malade.

Oui, Marion Maréchal et Florian Philippot ont quitté le navire dans des conditions opposées, oui les résultats de la présidentielle imposent un renouvellement de la stratégie mais il s’agit d’une crise de croissance et non d’une crise de décroissance !

Si les commentateurs se trompent comme depuis trente ans, cela tient au fait qu’ils étudient le FN à partir des querelles internes à sa direction. Ils devraient changer de poste d’observation : combien d’électeurs et d’électrices sont désemparés par le départ de Philippot ? La question vaut la réponse !

L’avenir du FN se joue dans les urnes et non dans les couloirs des médias. Et les urnes révèlent partout dans le monde une poussée de l’extrême-droite tout comme de la droite !

Le FN accède au second tour et obtient le score le plus important de son histoire dans ce contexte difficile, mais, parce qu’il n’a pas gagné l’élection, il serait mal en point ! Mais alors que dire des autres partis politiques qui n’étaient même pas au second tour ?

Depuis trente ans la crise de croissance du FN conduit aux mêmes myopies.

Après le succès de 1984, il y a eu la crise de 1987-1988. Alors qu’en 1986 le FN obtient 35 députés au Parlement très vite la majorité des élus de cette formation abandonnent Jean-Marie Le Pen (aujourd'hui deux sont encore membre du FN : Jean-François Jalkh et Bruno Gollnisch.) Le FN avait bâti son succès sur l’anticommunisme et le refus de la « bande des quatre » et son adversaire, avec la baisse électorale du PCF et les déboires de l’URSS, lui fait défaut ! La présidentielle de 1988 a mis les pendules à l’heure FN ! Et le parti changera de bouc-émissaire : des « chars de Moscou dans Paris » il va passer à « La France aux Français ».

Dix ans plus tard c’est à nouveau l’annonce de la fin du FN avec la crise Mégret. La présidentielle de 2002 a mis les pendules à l’heure FN !

Sarkozy en grand stratège propose la création d’un ministère de l’immigration et de l’identité nationale et pour une fois le vieux JMLP est au tapis (quatrième avec 13%). Son électorat a été siphonné car il a su si bien le dire. Je ne sais si vous vous souvenez de la vente du siège, et autres nombreux éléments de crise ! Il se décide à passer la main à sa fille. La présidentielle de 2012 a mis les pendules à l’heure FN ! Aujourd’hui à tous ceux qui pensent que MLP a raté son débat avec Macron je réponds : « Quel pourcentage vous lui donneriez si elle avait gagné le débat ? » Personne ne pouvait gagner face à Macron ! Et en aucun cas le FN qui depuis 2011 seulement, arrive à doubler ses voix au second tour, ce qui laissait espérer à Marine un score de 40%. Elle a fait moins avec l’appui d’un homme perdu Dupont-Aignan (l’erreur fut celle de cette alliance) mais que diront les électeurs et les électrices la prochaine fois ?

Nous le savons :

Socialement le FN se trouve dans le sens de l’histoire actuelle car il a pressenti avant tous les autres la crise migratoire.

Financièrement il possède une fortune pour les cinq ans qui viennent.

Et stratégiquement il a même une solution de rechange avec Marion-Maréchal.

Un parti d’extrême-droite peut-il espérer mieux,?

Comme c’est le cas depuis trente ans, les autres forces politiques, par leurs incapacités, vont-elles continuer à lui servir la soupe ? Je le crains tous les jours davantage surtout quand les médias continuent de taper à côté !

Que proposer pour arrêter cet double engrenage (l'annonce de la mort du FN et la triste réalité de ses succès ) ?

- Développer une pensée neuve sur la nation française, une pensée capable d’arrêter la domination des nationalistes.

Développer une pensée offensive en matière de laïcité, une laïcité qui ne soit ni ouverte ni fermée mais un combat capable de rendre incontournable l’application de la loi de 1905 en Alsace comme en Guyane (par exemple).

Développer une pensée politique, et non plus sentimentale, de l’antiracisme.

Des propositions difficiles à mettre en œuvre, qui ne sont pas exhaustives, mais qui doivent avoir pour socle une confrontation réelle avec l’état de la société, une confrontation qui ne réduise pas le FN à un mauvais coup de la classe politique même si celle-ci a joué son rôle.

La France insoumise peut et doit jouer un grand rôle en la matière, mais sur ce point, la réflexion me semble bine fragile.

J-P Damaggio


Partager cet article


Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato