S'identifier - S'inscrire - Contact

"Faites des hommes, et tout ira bien ..."

Jules Michelet sur l'enseignement

Par Denis Collin • École • Lundi 06/08/2012 • 2 commentaires  • Lu 1930 fois • Version imprimable


" L'homme de France le plus méritant, le plus misérable, le plus oublié, c'est le maître d'école. L'État qui ne sait pas seulement quels sont ses vrais instruments et sa force, qui ne soupçonne pas que son plus puissant levier moral, serait cette classe d'hommes, l'État, dis-je, l'abandonne aux ennemis de l'État. Vous dites que les Frères enseignent mieux; je le nie; quand cela serait vrai, que m'importe? le maître d'école, c'est la France; le Frère, c'est Rome, c'est l'étranger et l'ennemi "  (P. 134:)

p 336: " L'éducation, comme toute ouvre d'art, demande avant tout une ébauche simple et forte. Point de subtilité, point de minutie, rien qui fasse difficulté, qui provoque l'objection.

Il faut, dans ce enfant, par une impression grande, salutaire, durable, fonder l'homme, créer la vie du coeur.

Dieu d'abord, révélé par la mère, dans l'amour et dans la nature. Dieu ensuite, révélé par le père, dans la patrie vivante, dans son histoire héroïque, dans le sentiment de la France ".

p 339: " Au reste, pour l'enfant, l'intuition durable et forte de la patrie, c'est avant tout, l'école, la grande école nationale, comme on la fera un jour. Je parle d'une école vraiment commune, où les enfants de toute classe, de toute condition, viendraient un an, deux ans, s'asseoir ensemble, avant l'éducation spéciale, et où l'on n'apprendrait rien autre que la France (…) (p340) La patrie apparaîtrait là, jeune et charmante, dans sa variété à la fois et dans sa concorde. (…) Tout rang, toute fortune, tout habit, ensemble aux mêmes bancs, le velours et la blouse, le pain noir, l'aliment délicat Que le riche apprenne là, tout jeune, ce que c'est qu'être pauvre, qu'il souffre de l'inégalité, qu'il obtienne de partager, qu'il travaille déjà à rétablir l'égalité selon ses forces; qu'il trouve (p341) assise sur le banc de bois la cité du monde, et qu'il y commence la cité de Dieu!..  Le pauvre apprendra d'autre part, et retiendra peut-être que si ce riche est riche, ce n'est pas sa faute, après tout, il est né tel; et souvent sa richesse le rend pauvre du premier des biens, pauvre de volonté, et de force morale.

Moins de lois je vous prie, mais par l'éducation fortifiez le principe des lois, rendez-les applicables et possibles; faites des hommes, et tout ira bien.

Ce serait une grande chose que les fils d'un même peuple, réunis ainsi, au moins pour quelque temps, se vissent et se connussent avant les vices de la pauvreté et de la richesse, avant l'égoïsme et l'envie. (…) p 345: " Quelle est la première partie de la politique? L'éducation. La seconde? L'éducation. Et la troisième? L'éducation - J'ai trop vieilli dans l'histoire, pour croire aux lois, quand elles ne sont pas préparées, quand de longue date les hommes ne sont point élevés à aimer, à vouloir la loi.

Le Peuple, J. Michelet, Calmann-Lévy éditeurs, Paris, 1865, 1/01/1865 (le texte date de 1846)


Partager cet article


Commentaires

par Gabriel Galice le Vendredi 10/08/2012 à 10:16

 Excellent rappel !
Gabriel Galice


par Pereira Nunes le Samedi 08/09/2012 à 01:06

Un texte qui n'a pas prix une ride... les évocations à Dieu à prendre au sens large.



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato