S'identifier - S'inscrire - Contact

Jean Luc Mélenchon ou un suicide annoncé…

... Seule issue à l’abandon des valeurs républicaines constitutives de la république sociale.

Par Jacques Cotta • Actualités • Mardi 12/11/2019 • 8 commentaires  • Lu 2592 fois • Version imprimable


Tout homme qui aspire aux responsabilités ne peut échapper aux siennes. Jean Luc Mélenchon, évoquant ses souvenirs de François Mitterrand, nous a confié un jour -à Denis Collin et moi-même- qu’un homme politique ne peut jamais reconnaitre ses erreurs s’il veut avancer. Après plusieurs péripéties dont il se serait bien gardé, et avec lui l’ensemble des citoyens qui voulaient croire en la FI pour tourner la page du macronisme, il serait bien avisé de remiser au rayon des citations obsolètes cette maxime, et de revenir devant les militants, les citoyens, le peuple pour rétablir ce que devrait être une véritable politique républicaine et sociale, et donc pour revenir sur ses errements.

La manifestation dite « contre l’islamophobie » constitue un point de non-retour si Jean Luc Mélenchon n’en tire pas publiquement les leçons qui s’imposent, et très vite. Quelques images ou paroles symboliques, lourdes de sens politiques, en disent plus long que tous les longs discours qui ont précédé l’évènement. Les arguments plus malhonnêtes les uns que les autres assimilant l’opposition à la croyance au racisme envers le croyants, les provocations à coup de voile à une simple question vestimentaire, sont autant d’éléments abordés dans le débat public depuis des semaines, des mois, des années.

L’assimilation de l’islam politique à la foi des simples croyants n’a d’autre but que d’enchainer les millions de musulmans présents en France, qui n’en n’ont que faire, à l’islam politique précisément. Le terme d’islamophobie inventé par les islamistes eux-mêmes derrière lequel se range benoitement la gauche dans sa majorité, de la FI ou PCF en passant par le NPA, n’a d’autre but.

Voyons à quelle folie cela mène:

-dans la manifestation du dimanche 10 appelée par une série d’organisations dont la FI, le PCF, le NPA, la CGT entre autres et les frères musulmans, les dirigeants de la gauche, dont Mélenchon, ont défilé derrière le mot d’ordre « ALLAOU AKBAR »  qui indique la grandeur d’Allah. Aurait-on imaginé Mélenchon manifestant au cri de « vive dieu miséricordieux »?
 
-dans cette manifestation, c’est à quelques centaines de mètres du Bataclan que le mot d’ordre a été lancé, et repris par la manifestation dans laquelle se trouvaient en bonne place, et bien mauvaise compagnie, Jean Luc Mélenchon et les élus de la FI de Seine Saint-Denis notamment qui pensent sans doute pour être réélus devoir faire des courbettes aux islamistes qui y ont pignon sur rue.
 
-dans la manifestation a été exhibée une petite fille portant une étoile sur la poitrine pour faire penser que la France est raciste aujourd’hui envers les musulmans comme hier envers les juifs, que le sort des uns est assimilable à celui des autres. Comment accepter cette ignominie qui en même temps qu’elle banalise l’horreur connue hier par les juifs dénonce aujourd’hui les lois dites liberticides, que seraient celles sur la laïcité.
 
Nombreux sont nos citoyens qui considèrent que cela est secondaire au regard des affrontements sociaux qui sont devant nous, avec notamment l’attaque contre les retraites et la grève générale reconductible du 5 décembre, dont le succès constitue la priorité des priorités, concentrant le combat contre tous les mauvais coups de la macronie, retraites donc, mais aussi assurance chômage, protection sociale, mise à mort de la sécurité sociale entre autre.

Avec eux on ne peut que souhaiter que la question sociale reprenne vite le dessus. Mais il n’empêche. Pour qui aspire à une autre société, à d’autres valeurs que celles du fric ou de la race, à la justice sociale et à la démocratie, tout cela est d’une extrême gravité.

J’intitulais un papier récent « 2015-2019: funeste trajectoire » (qu'on trouvera à l'adresse suivante http://la-sociale.viabloga.com/news/2015-2019-funeste-trajectoire) en rappelant les paroles remarquables prononcées à l’époque par Jean Luc Mélenchon en hommage à Charb, assassiné par des islamistes terroristes à Charlie Hebdo. Ces paroles sont incompatibles avec l’attitude adoptée par Mélenchon aujourd’hui. Il faut choisir et s’expliquer. Et il ne sert à rien de chercher des dérivatifs grossiers pour échapper à cette nécessité de clarté.

Je vois déjà les procès en sorcellerie. Demander la clarté rangerait de facto dans le camp lepéniste. L’épouvantail a bon dos. C’est plutôt le soutien à l’islamisme politique qui fait le jeu de Le Pen et par voie de conséquence de Macron qui pourrait bien réussir, avec la complicité de « la gauche » et de « la gauche de gauche » à occuper la posture de dernier rempart contre l’extrême droite pour assurer sa réélection.

Alors?
Jean Luc Mélenchon est en train de signer l’acte de décès définitif de la gauche dans ses valeurs élémentaires.

La gauche, celle qui intéresse, n’est pas celle des combines d’appareils, des succès personnels, des promotions professionnelles. La gauche qui intéresse est celle des valeurs, de la laïcité, de république, de , de la république sociale, celle de , de Jaurès, celle que portent historiquement les mouvements émancipateurs qui ont agité et agitent toujours l’histoire, celle à laquelle la fidélité ne fait pas défaut.

Jean Luc Mélenchon et quelques autres s’en voulaient les héritiers et foulent du pied ses bases constitutives. Ils signent à leur niveau son acte de décès.

La gauche morte… Vive la gauche!

Jacques Cotta
Le 12 novembre 2019 

Articles portant sur des thèmes similaires :


Partager cet article


Commentaires

Requiem pour la France Insoumise par Frédéric Boyer le Mardi 12/11/2019 à 08:51

Il est trop tard.

La plupart des militants de la France Insoumise ont quitté le navire que Mélenchon s'est acharné à saborder. Le soufflé est retombé à 6 % et il ne peut que dégringoler encore.

La direction opaque et autoritaire d'un mouvement qui n'est absolument pas démocratique a fait naufrage, et une fois le mouvement gazeux évaporé, il ne reste plus que le Parti de Gauche et ses microbes satellitaires.

On ne construit pas un mouvement politique avec pour unique structure un logiciel, Nation Builder pour le nommer, qui permet à un gourou de transmettre ses instructions à une myriades de petits groupes attentifs à la voix de son maître. Ce qui a été accepté pendant la campagne présidentielle de 2017 a été rejeté comme mode de fonctionnement ordinaire. On ne construit pas un mouvement sans organigramme, sans aucunes règles de fonctionnement, sans procédures, sans instances, sans structures intermédiaires.

Mais à nous, les militants de 2016-2017, il nous reste un goût amer dans la bouche, le goût de l'imposture dont nous avons été victimes. Mélenchon peut toujours essayer de vendre à nouveau sa camelote, personne ne l'achètera plus.


Deux poids deux mesures par Traroth le Mardi 12/11/2019 à 17:06

 Après l'assassinat de Geneviève Knoll, toute la classe politique a défilé avec des gens en kippa. Personne n'a rien trouvé à redire. Après le massacre de Charlie Hebdo, toute la classe politique a défilé aux côtés de Netanyahou et de Bongo. Personne n'a rien trouvé à redire. Mais là, quelques types ont gueulé "Allah Akbar", ce qui n'a rien de spécifiquement radical, pour ce que j'en sais, et ça suffirait pour discréditer toute la manif ? Deux poids, deux mesures, comme à chaque fois qu'il s'agit des musulmans.


Re: Deux poids deux mesures par Anonyme le Mardi 12/11/2019 à 17:15

 


Re: Deux poids deux mesures par lilitte le Mardi 12/11/2019 à 17:21

 mr cotta , je ne suis pas d accord avec vous et  cet antimelenchon primaire sans arguments recevables vos discréditent..J approuve le commentaire précédent


Re: Deux poids deux mesures par Anonyme le Mercredi 13/11/2019 à 23:53

 👍


Re: Deux poids deux mesures par Anonyme le Mercredi 13/11/2019 à 23:55

 👍


Re: Deux poids deux mesures par Philippe Schwarzenberger le Jeudi 14/11/2019 à 13:48

Nous savons tous qu'aucune manifestation publique n'est à l'abri d'excès, de manipulation ou de provocations. Nous savons aussi que les marches que vous évoquez (marche après l'assassinat antisémite de Geneviève Knoll et marche après le massacre islamiste de Charlie) n'étaient pas exemptes de critiques. Cependant aucune de ces marches n'était organisée avec pour objectif de dénoncer des lois "liberticides" et en particulier celle de 1905. Quand des personnes qui se gargarisent de la Gauche et de la République à longueur de journée s'associent d'emblée à ce genre de manifestation, alors qu'elles avaient le devoir de l'organiser elles-mêmes, elles trahissent leurs engagements politiques. J'ai en son temps participé à Bruxelles à des manifestations pour la défense du peuple palestinien contre des frappes israéliennes infâmes et me suis retrouvé en compagnie de camarades socialistes entourés de groupes importants hurlant des invocations religieuses et des slogans antisémites ("mort aux Juifs!"). J'ai rapidement quitté cette manifestation grâce à la remarque d'un camarade juif plus attentif que moi et j'en suis fier. Cautionner des mots d'ordre et des actes incompatibles avec des valeurs républicaines et de gauche est une forfanterie.


par jcotta le Mardi 12/11/2019 à 18:15

Traroth, je trouve que vos arugments ne collent pas. Je me permets donc cette réponse rapide, que j'adresse également à Lillite qui semble d'accord avec vous. Vous mettez en parallèle l'assassinat de Geneviève Knoll ou Charlie hebdo ou encore pourquoi pas le Bataclan avec les causes de cette manifestation. Vous devrez bien admettre qu'il ne s'agit pas du tout du même registre. D'un côté des crimes de sang au cri de "Allah Akbar", "pour venger le prophètre", ou encore parce que la vieille dame était coupable d'être juive, de l'autre une histoire de voiles. De plus en ce qui concerne la persécution des musulmans, là encore il vous faut partir des chiffres. Il existe plus de 2200 lieux de culte musulman en France, dont la plupart payés par les mairies. Vous admettrez qu'en terme de persécution ce pourrait être pire. Enfin il y a le voile, qui a été le dénominateur commun à cette manifestation, du moins officiellement. Je rappelle qu'elle était déja dans l'air avant l'attentat odieux contre la mosquée de Bayonne tout aussi condamnable, ça va de soi, que contre toute église ou toute synagogue. L'affaire du voile a été tordue à loisir par les frères musulmans dont l'importance politique dans cette histoire est première. Il y a amalgame entretenu entre condamnation du dogme et condamantion des croyants. C'est absurde et à la fois ignoble. Tout croyant doit être défendu. Mais rien n'interdit de combattre l'objet de leur croyance. Et c'est cela le sujet. C'est avec le même argument qu'Henri Pēna Ruiz a été accusé de tous les maux aux journées d'été de la france insoumise. Dans les manifestations dont vous parlez pour faire le parallèle -charlie, etc...- nul n'a demandé l'abrogation des "lois liberticides" contre la religion concernée. Là c'est la laïcité qui est mise en cause par les organisateurs. Il n'y a aucune complicité possible sur de telles bases. D'autant que pour les conséquences, la seule gagnante de cette opération, pas parce qu'on en parle, mais parce que les choses se passent ainsi, est Marine Le Pen. Et Macron. Ce dernier va se voir légitimé dans le combat en tête à tête avec la chef du RN pour nous refaire coup d'il y a deux ans. Non seulement la gauche et ses chefs dont Mélenchon ont pour le moins manqué de discernement, mais en plus pour la suite ils se font hara-kiri. Voila la réalité. Enfn, j'ai toujours considéré que la gauche, le socialisme, le communisme, c'était des valeurs. L'attitude que je dénonce met la gauche à mort sur ce qu'elle a de plus précieux. 
Cordialement
Jacques Cotta



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato