S'identifier - S'inscrire - Contact

"Le Train Fatal" : « Flambe, flambe, train de la mort, à ta vitesse fécondeueu… »

Par Serge_Gomond • Actualités • Dimanche 09/11/2014 • 0 commentaires  • Lu 1207 fois • Version imprimable


"Le Train Fatal" : « Flambe, flambe, train de la mort, à ta vitesse fécondeueu… »

 

Comment un seul Etat (les Etats-Unis d’Amérique) peut-il terroriser et appauvrir le reste du monde grâce à sa capacité de nuisance via son *** consortium militaro-industriel et à sa production intempestive de papier monnaie ; ses ** planches à billets tournent à tout berzingue sur ordre de la Fed, pour mettre de l’argent frais dans les circuits financiers et le marché boursier, afin de soi-disant retarder la faillite d’un système moribond…

 

Remember : Deux des conséquences directes, via les agences de notation (les trois sorcières !) aux ordres de la Réserve fédérale ou Fed (officiellement Federal Reserve System) et des

° sociétés privées de Bourses, qui désignent à la vindicte des spéculateurs - ces vautours qui parient contre les Etats (beaucoup d’Etats ne font plus – hélas depuis longtemps – le poids face aux mastodontes financiers et à certaines sociétés privées côtées en Bourse) -, les "proies" potentiellement bonne à ruiner, semant ainsi la misère et le désespoir parmi la population des pays visés !…, alors que les occidentaux (la fameuse * "coalition internationale", mis à part, les quelques pays satellisés et complices) continuent de regarder ailleurs, y compris lorsqu’il s’agit de détruire le potentiel vital d’un pays et de tuer de très nombreux innocents (en général des civils non-armés et sans défense), pour avoir un semblant de paix sociale chez soi, ou pire, afin de s’en mettre plein les poches sur le dos de toutes les victimes "collatérales"…

 

° je n’entre pas dans la description du système complexe de ramifications entre les Bourses et les donneurs d’ordres, (qui je vous rappelle, sont des sociétés privées comme les autres…) car de nombreux articles ont déjà traité ce sujet.

 

* Il s’agit bien entendu de ceux que les éditorialistes et les agences de propagande nomment "coalition internationale", c-à-d,  "l’Europe", le Canada, l’Australie et bien évidemment les USA, ces dictatures molles que le personnel politique, les éditorialiste et/ou agences de propagande continuent (ou plutôt s’ingénient) à qualifier de "démocratie représentative"…

 

En France, le personnel politique (dans son ensemble mis à part quelques rares exceptions, une petite soixantaine de parlementaires), s’aligne sur le modèle étasunien et vote des lois ultra-liberticides au nom de la lutte contre le terrorisme… 925 parlementaires ont adopté définitivement la nouvelle loi antiterroriste, qui sera directement promulguée sans passer par le Conseil constitutionnel (on se doute pourquoi !), et les citoyen(ne)s visé(e)s par cette loi, n’auront plus le droit de circuler librement ou de sortir (selon le bon vouloir du ministre de l’intérieur) du territoire, et/ou s’ils-elles sont soupçonné(e)s (à tort ou à raison) d’activités terroristes.   

 

** c-à-d, avec du pognon exclusivement virtuel … alors que "le reste du monde" croule sous "la dette" qu’ils ont intentionnellement créé d’ailleurs !… (aux dernières nouvelles, 20% du PIB des U.S.A. sont issus directement de la spéculation (le montant total de ces spéculations financières, dépasse des centaines de fois le montant du PIB mondial), ou comment faire de l’argent avec de l’argent…

 

*** tout le monde (ou presque) sait que l’actuel président des Etats-Unis (ainsi que ses prédécesseurs d’ailleurs), Bush père & fils et le clan Clinton, avaient (ou a) sur le feu quelques dizaines de conflits, (Oh, pardon !… « théâtres d’opération », lisez plutôt : « Assassinats et Crimes en tous genres, contre celles et ceux qui osent contester la suprématie et plus prosaïquement les intérêts géostratégiques des U.S.A. »), soit directement ou bien par "chaire à canon" (ou bien pire, par mercenaires) interposés… Et si celui-ci avait été gratifié d’un « Prix Nobel de la guerre » plutôt que d’un « Prix Nobel de la Paix », on se demande bien où nous en serions aujourd’hui…, il aurait sans doute déclarer la guerre au «terrorisme intergalactique», va savoir ?…  

 

 

Petite digression : Quand l’un des leurs (côté ultra-friqués et propagandeurs de la  doctrine des dominants) Alain Greef,  (après la Révolution française les particules n’ont plus vraiment lieu d’être, n’est-ce pas ?, ou alors il faudrait remettre ça !…), balance comme un malade contre les gens de sa classe, et émet des regrets tel que :

 

1)      Sur la créativité, et en particulier sur l’une de ses créations "Le Grand Journal". « … Il reste aussi beaucoup d'espace à la télévision pour des projets culturels originaux. Encore faut-il le vouloir et ce ne sont pas ces 'manageurs' avides de 'marketing' qui peuvent faire ces choses… ». Tout le monde (ou presque) sait que la "télé" est une machine à décerveler, et qu’il ne faut pas en attendre quelque chose de bon, surtout en ce qui concerne la créativité…

 

2)      Ou encore sur le personnel politique, les éditorialistes et les marchands de soupe en général :
« …  Je suis atterré par la surreprésentation des politicards de tous bords, avec leur propagande nauséabonde, et leurs parasites habituels, les éditorialistes… » ( là, les patrons des médias inféodés (ceux qui paient) et dans les salles de rédaction, il y a comme une autocensure qui sévit impitoyablement, et j’ajouterai donc, pour clarifier son propos : « …Quand je regarde les programmes en clair, … je suis atterré etc. (voir plus haut) les éditorialistes… (comme par hasard c’est le passage le plus intéressant qui a été ignoblement censuré !), « …  le mot ne voulant plus nécessairement dire celui qui écrit un éditorial, mais quelqu’un qui ramène son opinion sur un maximum de médias, quitte à la faire fructifier en publiant des livres sans intérêt mais promus sur toutes les antennes… ». Et dans ce passage, il parle de quelques personnages insignifiants (que je ne nommerai pas ici… ça leur ferait bien trop plaisir !) pour les opposer à un présentateur à la mode « …  J'ai du mal à comprendre que quelque expert en marketing ait pu imaginer confier la présentation d'une émission qui fait large place à ces prétentieux personnages à Antoine (de) Caunes, un des animateurs les plus élégants, subtils et drôles du paysage audiovisuel et qui n'a rien à faire de tout cela !».

 

On aurait aimé qu’il étaye certaines de ses saillies, afin d’être certain de ce qu’il a bien voulu exprimer ?!

 

(à bientôt sans doute ?)

Articles portant sur des thèmes similaires :



Mots-clés : ,

Partager cet article


Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato