S'identifier - S'inscrire - Contact

Obélix chez les Belges

Lettre bernoise n°47

Par Gabriel Galice •  • Lundi 17/12/2012 • 1 commentaire  • Lu 1678 fois • Version imprimable


Mon cher Albert,

Les fêtes de fin d’année sont le temps des films, des blagues et des farces.

Pour ne pas être en reste, l’Obélix Depardieu multiplie les farces de plus en plus grasses. Après s’être exhibé avec Nicolas Sarkozy pendant la campagne des présidentielles, avec l’alléchante Gulnara Karimova, fille à papa du dictateur ouzbek, pour pousser la chansonnette, après avoir boxé un automobiliste, le voici qui s’exile en Belgique avec des commentaires oiseux, dont celui-ci n’est pas le moindre : "Nous n'avons plus la même patrie, je suis un vrai Européen, un citoyen du monde."

Nonobstant les jugements psychologiques et moraux, qui ont leur intérêt et leur limite, l’affaire Gérard Depardieu nous instruit comme cas d’école sociologique et illustration du temps. Karl s’avère, là-dessus,  moins dépassé qu’on le prétend : « Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c'est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. » Propulsé par Agnès Varda, Michel Audiard, Marguerite Duras, Gégé exploita un réel talent centré sur une formidable énergie. Acteur efflanqué, puis entrepreneur, il soutiendra François Mitterrand et renflouera le Parti Communiste Français. Devenu rentier replet, il appuiera Nicolas Sarkozy « qui ne fait que du bien. » A qui ?

Pour autant, mon cher Albert, tous les artistes, bourgeois ou embourgeoisés, même de droite, ne prônent pas l’exil fiscal. Michel Sardou et Line Renaud se montrent plus civiques que l’engraissé Gégé. Des conseillers fiscaux enseignent aux détenteurs de fortunes et de patrimoines les moyens légaux d’échapper aux tourments les plus extrêmes sans recourir à l’exil. L’outrecuidant Gégé n’est pas célèbre pour sa finesse ou son raffinement.

Il s’identifie au dessus du panier, interlope et cosmopolite, peu soucieux de citoyenneté. Le citoyen du monde invoqué par Gégé est une inconsistante commodité rhétorique. La citoyenneté commence par la solidarité avec ses voisins et compatriotes. Jean-Jacques Rousseau, déjà, moquait les cosmopolites « qui vont chercher au loin dans leurs livres des devoirs qu’il dédaignent de remplir autour d’eux. » Or l’obligation fiscale est l’expression de la solidarité civique, ainsi que le rappelle l’article XIII de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen : « Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les Citoyens, en raison de leurs facultés. » Christopher Lash nous instruit de la révolte des élites et de la trahison de la démocratie. Jeune, Gégé était rebelle, vieillissant, il se montre rétif à l’impôt : édifiante trajectoire, assez banale au fond.

Au même moment, le mélancolique Michel Houellebecq rentre de son exil irlandais. Nous ne perdons pas au change. Je te souhaite, mon cher Albert, de ne pas avoir d’anicroche, en ta plate autant que plaisante Belgique, avec l’irascible, incontrôlable et emblématique Gégé.

Ton Guillaume tel que tu le connais : détrompé.

Berne, ce 16 décembre de l’an de grâce 2012, jour de la sainte Alice.

Articles portant sur des thèmes similaires :


Partager cet article


Commentaires

par gilles le Jeudi 20/12/2012 à 12:04

Je suis d'accord avec l'analyse de l'article, le comportement de Gérard Depardieu est induit par les règles du système néo-libéral qui ont été introduites progressivement ces dernières décennies : reculs de la souveraineté populaire au détriment d'entités indépendantes de la volonté des citoyens, accords de libre-échange généralisés, liberté totale de circulation des capitaux, mise en concurrence généralisée au détriment de la redistribution fiscale et sociale, priorité au marché qui permettrait une meilleure allocation des ressources au détriment de règles de fonctionnement élaborées collectivement… … Ce système veut nous contraindre tous à ce que nous nous comportions de manière conforme à ses désirs, nous formater en homo economicus, celui des eaux glacées du calcul égoïste. Aussi, si j'en veux un peu à Gérard Depardieu, j'en veux plus à ceux qui ont contribué à aggraver le libéralisme en le cadenassant en néo-libéralisme, ceci afin que tout progrès vers une définition collective des contraintes à apporter au capitalisme ne soit plus possible.

Un autre exemple que celui de Gérard Depardieu et à plus grande échelle : Amazon et son optimisation fiscale au Luxembourg, voir la note en bas de page des messages électroniques de cette société :

Ce message a été envoyé à gilles.xxxxxxxx@free.fr par Amazon EU S.à.r.l., RCS Luxembourg, B-101818, 5 Rue Plaetis, L-2338 Luxembourg, Grand- Duché du Luxembourg, (« Amazon.fr ») et Amazon Services Europe S.à.r.l., RCS Luxembourg, B-93815, 5 Rue Plaetis, L-2338 Luxembourg, Grand-Duché du Luxembourg. 

À ce compte-là, à défaut des luttes politiques de grande ampleur  et donc de l'éducation populaire sur la nouvelle « gouvernance » que nous devons mener, si l'on veut contribuer, même de manière minime, à conserver un système fiscal redistributeur, il est préférable de commander ses ouvrages chez Chapitre.com qui est basé fiscalement en France.

http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/help/Help.aspx?id=security2&group=3

gilles




Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato