S'identifier - S'inscrire - Contact

Industrialisation de la fraude fiscale… et rondes effrénées de millionnaires dans les rangs du personnel politique.

Ou comment les «parasites fiscaux» ruinent l’économie mondiale (troisième et dernière partie)

Par Serge Gomond • Actualités • Vendredi 21/06/2013 • 1 commentaire  • Lu 1420 fois • Version imprimable


Tout se tient !

Nous avons appris, (j’écris cela, pour celles et ceux qui ne suivraient pas régulièrement l’"actualité"), que Copé, (chef «autoproclamé» de l’ump, puisque tout le monde sait qu’il a triché !), aurait décidé d’abandonner, (l’une de ses nombreuses pompes à fric), la robe d’avocat et sa casquette de conseiller financier et/ou de conseiller fiscaliste («optimisation fiscale») – et passait pour un éminent spécialiste et en privatisation…  – dans le cabinet d’affaires, où il combinait les arrangements que l’on sait… Comme son mentor, Sarkozy, mais lui n’a pas l’intention d’abonner ses casquettes, et même de conserver celle de "conseiller" fiscaliste (lisez en montages douteux), qui lui vaut actuellement de spectaculaires «renvois d’ascenseur», comme celui de la banque d’affaire Goldman Sachs) ; il y en aura surement beaucoup d’autres (?), puisque de nombreux redevables qu’il a arrangé, le récompenseront très largement en s’acquittant du «retour sur investissement» pour ses «bons et loyaux services» à l’industrie de l’optimisation fiscale, ainsi qu’à la défense des intérêts de la classe dominante –  toutes ces turpitudes couvrent la période des mandats électifs et des portefeuilles gouvernementaux. Quand on sait que cela perdura (et perdure) depuis une trentaine d’années ! Les membres de son clan en profitent tout autant. À ce sujet, l’un des "éminents" membres, Guéant, se fendit d’émouvantes déclarations sur son improbable "probité", qui ne le distinguaient en rien de ses complices ! {«Ce con de Guéant»}, * Sarkozy, qui lui moufterait pas ! On verra ça le moment venu…, car selon plusieurs sources concordantes, il serait mouillé dans de nombreuses affaires politico-judiciaires !...

 

*  C’est à cela que l’on mesure le degré de malfaisance des autocrates, grossiers, colériques, imbus d’eux-mêmes, il est très risqué de leur confier les rênes du pouvoir !, car leur conception du pouvoir est au service de leurs propres intérêts. De plus, voyez ce qui résulte de l’incursion du roitelet républicain, Sarkozy, à l’Education nationale… Ce qui la caractérise, c’est d’abord le mercantilisme effréné pour gaver quelques groupes d’éditeurs amis (ou frère), puis un sectarisme décomplexé pour une réécriture de l’Histoire égocentrique ! Quant à son attitude, de nombreuses personnes témoignent (y compris dans son entourage) que son comportement est immature, qu’il est émaillé de nombreuses colères et d’injures, et qu’il fut (durant son quinquennat) la risée mondiale…

 

Une conception très particulière de l’"honnêteté" (ou, à trop vouloir établir son innocence, on fini par éveiller les soupçons !)

 

Faut-il se méfier de l’insistance qu’éprouvent certains individus à étaler publiquement des atours d’"honnêtes hommes" si peu clairs ?...

 

Absolument, car dans l’affaire Guéant, l’immense probité affichée par ce "super honnête homme"» ne correspond pas à la réalité, et après son numéro ultra médiatisé de bonimenteur chevronné  – une sorte de "marathon" médiatique –, la "probité" de ce môssieu s’étiola, au fur et à mesure d’un embrouillamini en "direct-live", et ceci, malgré l’exécution d’une espèce de promo pour se blanchir. Pensez, en un seul jour (mardi 30 avril), il fut pratiquement sur tous les plateaux télés et studios radios de médias "incontournables", et donna des "interviews" à «RMC», «Canal +», «RTL», «Europe 1», «LCI» et «France 2» ; ces "interviews" furent reprises par tous les sites sociaux ainsi que les médias "papier", locaux et nationaux… Intarissable le Guéant !… Il broda, – «Comme un con», selon son mentor –, des histoires à dormir debout, (primes payées en liquide, règlements en liquide, enveloppes de liquide, vente de tableaux… Et pour certaines primes en liquide, il a été écrit que ces  paiements résultaient d’un enrichissement personnel ! Selon qu’il s’adressait à tel ou tel média, ses éclaircissements différaient … La justification le plus embrouillée de toutes, fut quand il tenta de justifier le règlement (très élevé) d’articles en électroménager (ce fut aussi le cas de son mentor, sauf que lui ne se justifia pas), avec de l’argent liquide ponctionné sur les fameuses primes…

 

Mauvaise pioche môssieu Guéant 

 

La suppression des primes en liquide sur (des) fonds dits "spéciaux", (des dizaines de millions d’euros), fut décidée par Jospin en 2002!, mais cette pratique aurait encore perduré, (selon les "éclaircissements" de Guéant), cinq ans après sa suppression par un amendement. Conclusion : lui et les membres de son clan étaient hors la loi, car en ne déclarant pas cet argent liquide, ils fraudaient le Fisc ! D’ailleurs ses déclarations (contradictoires) ne tinrent pas longtemps la route, puisque de nombreux témoignages confirmèrent que cette pratique avait bel et bien disparue de tous les ministères ! Tous ses mensonges furent mis en évidence grâce à de nombreux témoignages contradictoires, mais aussi grâce aux preuves accumulées lors de perquisitions et la saisie de documents… Il aurait donc profité de liquidités, avant et pendant cette période… et selon ses propres déclarations, bien au-delà ! Se perdant en justifications de plus en plus alambiquées, il tenta même (après coup) de couvrir (assez mollement) les turpitudes de son propre clan ! Toujours sur la défensive, changeant souvent de discours, s’emmêlant les crayons, sans toutefois se départir du masque de l’"honnête homme" ! Comme son mentor, il n’hésita pas à s’offusquer dés qu’on s’avisait de douter de ses élucubrations ! (mais contrairement à son mentor, il se garda bien d’invectiver) Il a même été jusqu’à assurer (sur «Canal+»),  qu'il n'avait «jamais rien blanchi» et qu'il ne savait «pas comment on fait» !... Une telle arrogance mérite qu’on s’y arrête un peu… car non seulement il usa et abusa d’approximations bouffonnes, mais contre-attaqua et accusa à son tour…, (on reconnait là les vieilles ficelles de son mentor) en persiflant sur ceux qui osaient prendre au sérieux les accusations parues dans les médias (à la rubrique «affaire Guéant»), et se paya même le culot d’accuser… malgré une mise en examen pour forfaiture !) Les gens sont méchants, môssieu … et vous suspecteraient de servir de bons gros mensonges ! Comme dit l’adage : {«Plus c’est gros, mieux  ça passe !»}, mais avec vous ça ne passe pas du tout !…

 

Son ombre plane sur quasiment toutes les affaires politico-judiciaires du quinquennat sarkozy ! (Y compris «l’affaire Lagarde-Tapie-Crédit Lyonnais» !)

 

Savez-vous môssieu Guéant qu’en opérant sur tous les médias importants, * (sans tenir compte des "conseils avisés" de votre mentor, qui déclarait à votre sujet : {«… il se défend comme un con. Il parle beaucoup trop. Il aurait mieux fait de se taire, etc.»}), vous confirmiez les rumeurs d’opérations douteuses, et votre collaboration à des transactions frauduleuses, dont de nombreuses turpitudes attribuées aux membres de votre clan. sarkozy en "grands" professionnels, neutralise (voir élimine) le témoin gênant, fait "nettoyer" les dossiers contenants des éléments qui pourraient s’avérer gênant, et se tait... C’est grâce à ces méthodes infectes (soi-disant légales) qu’il s’en tirera plus aisément que vous, môssieu Guéant. D’ailleurs, il est tellement sûr de son fait, qu’il a déclaré : «… Il n’y a pas que la politique dans la vie…, et après la politique…, je m’enrichirai… et  ferai (beaucoup) du fric…» Cela sous-entend qu’il passe outre les affaires politico-judiciaires qui l’impliquent personnellement !

 

* C’est maintenant chose faite, car il refuse de parler aux médias… c’est son avocat qui a pris le relais !

 

Des méthodes dignes du grand banditisme sur fond d’omerta… pour se remplir les poches !?

 

Aux dernières nouvelles, l’ancien conseiller "spécial" du président, s’accrocherait désespérément au cabinet d’avocats conseils dans lequel, (il y a peu), il a pris des parts…

 

Malgré un parcours, jusque là sans trop d’encombres, – malgré quelques "dérapages" verbeux… déclarations publiques à relent xénophobe et/ou ségrégationnistes, et maintenant votre défense plus qu’approximative, dans une affaire de vente de tableaux (qui selon des douaniers français, seraient un grand classique du blanchement d’argent) et de primes en liquide…, vous passez d’un poste de préfet… à celui de «conseiller spécial du président de la République»… À l’époque, malgré de virulentes dénégations d’un certain… môssieu Guéant, des sources bien informées rapportèrent que vous  supervisiez des transactions douteuses (notamment en Afrique)… et qu’un certain nombre de mallettes bourrées d’argent liquide, circulaient… Quelques unes étaient destinées à payer les commissions d’intermédiaires très spéciaux, intermédiaires le plus souvent imposés par vous chef. Vous avez même déclaré, que vous aviez fraudé "involontairement" le Fisc !… Comment un homme tel que vous, après des déclarations fluctuantes, ne pourrait pas commettre volontairement un acte frauduleux ?… Et si on tient compte de votre fulgurante promotion  dans les hautes sphères de l’Etat, le doute n’est plus permis ! Jugez en par vous-même : môssieu Guéant débuta comme préfet, puis fut promu «conseiller spécial du président de la République, aux affaires africaines », (les mains plongées dans la m….e), pour se hisser jusqu’au portefeuille de l’intérieur !, et reçu ce portefeuille des mains de son mentor, sarkozy, sans doute pour couronner une si "brillante" carrière, et un zèle particulièrement intraitable !

 

Ce n’est vraiment pas de chance môssieu Guéant !

 

Patatras, tous ses beaux stratagèmes s’effondrent…  alors qu’il se préparait à goûter à des jours tranquilles, heureux comme un pape,  profitant d’une fin de carrière aux petits oignons dans un cabinet d’avocat d’affaires, (situé sur l’une des avenues les plus huppées de Paris), à titre de «conseiller (privé) en affaires africaines», avec un bon gros carnet d’adresses à la clé (certainement constitué durant sa fulgurante promotion), pouvant offrir de nombreux débouchés et de mirifiques contrats ! Mais, ils sont insatiables et veulent toujours plus, c’est si tentant d’amasser du fric aussi facilement !

 

Flou, si flou !

 

On peut dire, (sans trop se tromper), que du côté des politiques, (tout particulièrement les partis institutionnels et leurs alliés objectifs, sans oublier le parti qui "monte"… le Fn}), millionnaires et avocats conseillistes en tous genres ne sont pas rares, et peuvent s’ils-elles le désirent, créer un groupe étoffé… D’ailleurs, le personnel politique et les hauts fonctionnaires, se reconvertissent aisément dans le secteur privé, – ils travaillent généralement dans  le secteur et avec les dossiers qu’ils traitaient quand ils étaient attachés à un ministère –, c’est tout aussi valable pour un membre du personnel politique, qui sera embauché par l’une des entreprises dont dépendait son ministère, qui le rémunérera grassement, puisqu’il connaît les rouages des attributions de marchés publiques – un peu au service de la Nation… et beaucoup à son propre service ! Dans l’entreprise qui les aura recrutés, ils-elles occuperont un poste (de connivence) à la direction de cette entreprise, et recevrons de nombreux avantages  – logement et voiture de fonction, bureau et secrétaire, ainsi que quelques autres avantages en nature !… ce qui doublera voire triplera leurs traitements ou salaires de base ! – Leur activités seront essentiellement tournées vers le relationnel…, grâce au carnet d’adresses qu’ils-elles se seront  constitués dans le ministère où ils-elles étaient attachés… Avec l’expansion de l’optimisation fiscale, de grosses sociétés ou cabinets spécialisés en conseil fiscal, n’hésitent pas à embaucher d’anciens inspecteurs-rices du Fisc ! Toutes ces turpitudes "légales" vous en avez déjà entendu parler, mais jamais de façon claire… et surtout sans citer les cabinets d’avocats et sociétés d’experts comptables (qui sont à l’origine de toutes ces fraudes), ou les bénéficiaires de toutes ces magouilles "légales".

 

Suite aux "aveux" de Cahuzac, les médias importants nous abreuvèrent de "révélations" qui n’en étaient pas puisque un grand nombre de politiques savaient… Après la poussée médiatique que provoquèrent ces "aveux", le soufflé retomba vite, et il n’y eut pratiquement plus rien sur le sujet, sauf quelques enquêtes très générales par ci par là, mais rien de vraiment nouveau… Nous ne serons donc jamais qui sont * les vrais bénéficiaires de toutes ces turpitudes, alors que la fraude fiscale s’étend, et perdurera sans doute encore longtemps ! Cela n’a pas empêché le personnel politique de rivaliser en déclaration guerrières contre (tous) les paradis fiscaux, et  montra qu’il était très déterminé à les exterminer tous ! Ce ne sont que des déclarations d’intention (jamais suivies d’actes concrets), et des effets de manche ou de fausse détermination…, car on ne mord pas impunément la main qui vous nourrit !, et ils-elles ne veulent surtout pas gâcher un pantouflage dans le secteur privé.

 

* Bien que nous en connaissons un grand nombre d’entre-eux, puisque la plupart sont connus de {«la presse people»}, où les récits de leurs frasques défrayent régulièrement la «une» et les chroniques mondaines, mais sans  réels révélations…, par peur d’un procès (?)

 

Nous ne connaîtrons jamais le détail des opérations dites d’«optimisation fiscale»…

 

Nous n’avons rien de vraiment "consistant" sur les cabinets d’avocats (spécialistes en «optimisation fiscale»), ni sur les sociétés d’experts comptables (spécialistes en conseils fiscaux)… et pour cause, cela mettrait en péril tout le système, car ce sont ces cabinets d’avocats et ces sociétés d’experts comptables qui "travaillent" au repérage des failles dans  les règlements et les lois qui réglementent chaque pays. Nous pressentons que la majeure partie des cabinets et sociétés (spécialistes de «l’optimisation fiscale») serons perpétuellement à l’abri de soi-disant révélations et que le personnel desdits cabinets ou sociétés, resterons intouchables ! (Bien que des affaires politico-judiciaires sortent quotidiennement, cela ne permet pas d’en savoir beaucoup plus, car les affaires surexploitées par les médias dominants ne sont qu’une infime partie de la fraude fiscale, alors qu’il y en a des dizaines de millier !…) De plus, des sociétés conseillères en placements financiers emploient des membres du personnel politique, et quelques-uns-es sont propriétaires de sociétés… Il faudra sans doute attendre qu’une nouvelle affaire éclate, ou bien qu’un nouveau scandale soit révélé (les rédactions reçoivent de temps en temps, des enveloppes remplies de dossiers et renseignements anonymes…, ce qui ne veut pas dire qu’elles seront publiées), pour que des noms sortent au grand jour.

 

Il n’y a pas trente six manières de gagner du fric, soit que vous l’économisez, soit que vous le prenez dans la poche des autres !, et bien souvent, dans le second cas,  il s’agit souvent d’affaires à la limite de la légalité ! J’écris cela, pensant que dans plus de 50 % des cas, il s’agit d’affaires malhonnêtes voir crapuleuses ! (sinon il n’y aurait jamais eu, ni crise de confiance, ni crise tout court !, et l’argent "sale" ne coulerait pas à flot dans tous les circuits financiers, comme c’est actuellement le cas, – à hauteurs de plusieurs centaine de milliards par jour !…  Mais si vous demandiez à un membre de la classe dominante (ou que vous interrogiez l’un des larbins à leur service), s’il y a un fort pourcentage d’affaires amorales, ils vous certifieraient, (les yeux dans les yeux), qu’à peine 5 % (et encore !) d’affaires pourraient s’avérées douteuses, …, alors que 95 % (et certainement plus !) des affaires, sont tout à fait honnêtes !

 

Une poignée de fraudeurs, met à mal l’économie mondiale (La fraude fiscale internationale représente des milliers de milliards, une estimation moyenne, fait état de 26000 milliards de dollars dissimulés dans les territoires opaques…)

 

Ces territoires parasites (les paradis fiscaux) sont des infrastructures essentielles au fonctionnement  de la mondialisation économique financière, et de ce fait, indispensables à la fraude fiscale. Des 26000 milliards de dollars de fraude, une moitié est détenue par 91000 individus, soit 0,001% de la population mondiale, l’autre moitié est détenue par un peu moins de 9 millions d’individus, soit 0,14% de la population mondiale ? Les individus de la seconde catégorie, ont des revenus très élevés, mais juste en-dessous de ceux de la première catégorie, – les ultra-riches –, qui ont des revenus, beaucoup élevés… Voici une description succincte, qui vous donnera une notion de la rapidité de l’évolution (et qui c’est nettement accélérée depuis deux ans…) entre le niveau de revenu d’un individu de la première catégorie, – les «ultra-riches» –, et le  salaire d’un ouvrier ou d’un employé ; les écarts de salaires dans les années soixante dix, dépassaient un rapport de 1 à 25 (c.-à-d., que la journée d’un patron équivalait à un mois de salaire d’un salarié) ; aujourd’hui, un patron gagne en une journée, ce que gagnerait en (plus de) six ans un ouvrier ou un employé …

 

Les mouvements de capitaux ont explosé

 

D’autre part, les règles de facturation qui permettent à des groupes transnationaux de transférer des milliards d’un pays à l’autre, (par exemple de France, en Irlande, en Angleterre, ou aux Pays Bas, appelé par ses utilisateurs «le mille feuilles»), ou au niveau des «royalties» payées par les filiales à leurs maisons mères. Cela aboutit à une situation complètement ahurissante !... Certaines grandes entreprises (consortiums, trusts, etc.) peuvent rivaliser, (et même être plus fortes), qu’un État !

 

Certains paradis fiscaux, comme Malte ou les Caïmans, sont passés leaders de l’enregistrement des fonds spéculatifs… (Des zones obscures, qui servent à enregistrer des transactions fictives à des fins fiscales…)

 

La France n’est pas en reste, car depuis l’avènement du sarkozysme, la fraude fiscale («l’évasion fiscale» ou «l’optimisation fiscale») fut en (très forte) hausse constante * de 2006 à 2012. Et si on extrapole les résultats des estimations que donne l’un des syndicats des Finances publiques ({Solidaires finances}), la France perdait entre 60 et 80 milliards d’euros du montant de la  recette totale par an (de 16,7% à 22,3%) Ces chiffres sont à mettre en parallèle avec celui des intérêts de la dette de l’État, qui est actuellement d’un peu moins de  50 milliards d’euros par an, largement en-dessous de ceux de la fraude fiscale…). Les ultra-riches et les riches, dissimuleraient 600 milliards d’euros dans les paradis fiscaux, dont 220 milliards par des «personnes physiques», le "reste" proviendrait des entreprises… (le stock des investissements "étrangers" en France est largement surestimé ; car il était en 2011, surestimé de 273 milliards d’euros, ce qui équivaut à 60% de son montant total, et à près de 30% des investissements français à l’étranger… et l’écart ne cesse d’augmenter ! Ce qui signifie, de manière irréfutable, que **  les entreprises françaises continuent à frauder (les entreprises françaises du {CAC40} disposent d’un nombre ahurissants de filiales dans les «territoires obscures», et les pays "intermédiaires", tels le Luxembourg, les Pays bas, la Belgique, le Lichtenstein, l’Autriche, Monaco, etc., etc., je vous rappelle que ces sociétés ne paient en moyenne que 8% d’impôts, et certaines d’entre-elles n’en paient absolument pas !) Les entreprises françaises ne sont pas seules à utiliser ces filières, car les pays destinataires du stock d’investissements étrangers des firmes étasuniennes, sont les Pays-Bas… suivi de près par l’Angleterre, le Luxembourg et les Bermudes !… La "coopération européenne" n’empêchera évidemment pas que d’autres paradis fiscaux prospèrent ailleurs dans le monde. Le Normal, le 10 avril dernier, c’est fixé un objectif : {«Les paradis fiscaux doivent être éradiqués en Europe et dans le monde»}, louable intention, qui sera, comme ce fut souvent le cas précédemment, tout aussi peu efficace que celles faites par son prédécesseur, sarkozy, qui, lors du (énième) G20, celui-ci se déroulait à Londres (en 2009), cru malin de déclarer devant un parterre de caméras, qu’il allait s’attaquer à tous les paradis fiscaux dans le monde, et complètement les éradiquer ! *** Il n’en fut évidemment rien, puisque sous son règne, la fraude fiscale fini par atteindre des sommets !…, et pour cause… puisque toutes les décisions politiques qu’il ordonna, furent inverses à de ses "louables" intentions ! D’ailleurs, comment la France pourrait-elle s’attaquer seule à un groupement de grandes entreprises, aussi fort, sinon plus fort que l’État ? Même s’il lui prenait l’envie de faire appel à quelques courageux partenaires européens… l'Union européenne freine actuellement des quatre fers, et repousse à plus tard un éventuel accord ! (tout en sachant qu’un rapport de force frontal avec le puissant lobby de l’argent pourrait lui être fatal !…), Pour lutter efficacement contre la fraude fiscale, ne vaudrait-il pas mieux rendre public les noms de cabinets d’avocats, de fiscalistes, d’audit, etc., tous ces "experts" qui se font rémunérer à prix d’or, qui sont LE rouage essentiel de la triche fiscale (car sans eux rien ne se fait), et qui élaborent des montages fiscaux agressifs, pour aboutir à des pratiques fiscales douteuses, favorisant  la «dissimulation fiscale» ?

 

* La dette de la France atteignait en 2007 : 1221,1 milliards d’euros, elle atteindra en 2012 : 1818,1 milliards d’euros, soit en augmentation de 597 milliards (c.-à-d., un peu moins de 50%) sous le règne du roitelet républicain, sarkozy… Prendre un pays en faillite en août 2007, et le mener tout droit à la ruine en seulement cinq ans !, il fallait le faire !… Cela n’a été possible qu’avec un agité permanent sa tête…, agité, paranoïaque et avide de pognon !

 

**  On y trouve : Axa, Bolloré, Wendel, Financière Marc Ladreit de Lachardière, (le propriétaire de l’agence de notation Fitch, et grand ami de sarkozy !), Sanofi-Aventis, GDF Suez, etc., etc., etc. Si vous souhaitez avoir plus de précisions sur les entreprises (leurs noms et le montant des fraudes) qui fraudent le Fisc français, vous pouvez lire les Nos 279, 324, et le Hors-série No 97 d’«Alternative Economique», ainsi que le No 127, «Les Dossiers du Canard enchaîné», «Exil fiscal Les clés du paradis» et de nombreuses références, glanées ici ou là sur Internet, et sur d’autres sources ! 

 

*** Le démantèlement de moyens matériels (les organismes) et humains (25000 agents ont été biffés des effectifs depuis 2002), qui c’est accéléré sous le règne du clan sarkozy (rappelons qu’il a été lui-même, conseiller financier et avocat fiscaliste !), faisant chuter de 12% (entre 2006 et 2011) le nombre de vérifications approfondies, alors qu’il fallait au contraire, développer les moyens en hommes et en matériel, puisque la fraude fiscal ne fait que se développer et s’étendre (le nombre des territoires parasites augmentent sans cesse dans le monde, et 50 pays sont soupçonnés d’être des «territoires obscures» dont,  la City (de Londres), le Delaware (aux États-Unis), le Lichtenstein, la Suisse, les Bermudes, l’Irlande, les Pays-Bas, L’Autriche, Les iles Caïman, le Luxembourg, Monaco, Singapour, Guernesey, Jersey, Saint-Martin, l’Andorre, etc., etc.) D’autre-part, les mécanismes se complexifient et s’internationalisent de plus en plus, il faudrait rapidement s’adapter pour adoptant des mesures en conséquence ! Il faut savoir que le Ministère des Finance, (dont les ministres sont choisis en fonction de leur accointance (souvent avérée) avec le monde de la finance et du patronat !), conserve un pouvoir de filtrage des dossiers. Cela signifie que les ministres du budget (toutes étiquettes confondues) préfèrent "négocier", (le montant de l’impôt), avec les très riches et les grandes entreprises, (comme par exemple, lors de redressements fiscaux), plutôt que de les traîner devant un tribunal pour fraude fiscale, et attendre le résultat (souvent long) de procédures judiciaires !...

    

La mondialisation accélère la décomposition de l’économie réelle, ce qui provoque des crises financières de plus en plus violentes…

 

Je sais qu’en vous rappelant cela, j’enfonce des portes ouvertes, mais la croissance n’est qu’un leurre !…  Même la "classe moyenne" (cette appellation n’est qu’une abstraction !), est sonnée et consomme beaucoup moins ! Cette "classe",  qui selon Ellul était dans l’incapacité de "faire la révolution", parce qu’elle bénéficiait d’un système de rémunérations supérieures à la moyenne nationale, et de ce fait consommait plus et profitait d’un plus grand "confort" ! (la France compte un peu moins de 55% de propriétaires immobiliers, dont un grand nombre serait des "Français moyens". "La France des petits propriétaires" si chère à sarkozy). Cette passivité de la "classe moyenne" serait en partie due au fait que le système l’aurait en quelque sorte "acheté", pour maintenir la «paix sociale» ! Ce raisonnement ainsi que l’appellation de "classe moyenne", ont peut-être eut cours jusqu’au début des années quatre-vingt, mais ce n’est plus le cas… La soi-disant docilité sociale et la "croissance économique" (qui laissait entrevoir une société d’abondance, soi-disant égalitaire), après la parenthèse des "trente glorieuses", volèrent en éclats, cédant sous le poids de la logique du système capitaliste ! Et le bonheur consumériste pour tous fit place au cauchemar économique mondialisé. Les inégalités sociales, n’ont jamais été aussi flagrantes. (Voir le détail, dans le chapitre intitulé : Une poignée de fraudeurs, met à mal l’économie mondiale)

 

* Selon la théorie d’Ellul de meilleurs rémunérations et un plus grand confort produirait  sur le "classe moyenne", une forme d’apathie qui la placerait dans l’incapacité de remettre en cause le système capitaliste (?).

 

Du consumérisme, au capitalisme financier flou !… (Plus d’opérations spéculatives, pour une plus grande rentabilité et des dividendes en constante augmentation)     

 

La mondialisation ce fut des milliers de délocalisations dans les «pays en voie de développement» (PVD), des privatisations à outrance et une externalisation systématique (le fameux "mieux disant économique"), et des crises financières de plus en plus fortes... Tout cela eut pour conséquence, de détruire une grande partie de l’industrie des pays dits "riches", (la casse du siècle !), de générer des dizaines de millions de chômeurs-es supplémentaires, et d’accélérer la remise en cause des acquis sociaux… (Cette remise en cause n’a pu avoir lieu qu’après une profonde transmutation du capitalisme… les grands groupes industriels sont devenus de grands groupes financiers, et le rapport de force entre capital et travail s’est inversé (les dividendes grignotant continuellement la valeur du travail, cette dernière fut considérablement dépréciée par le patronat, qui s’employa – par une astuce langagière – à transformer un élément producteur de richesses par une dénomination moins valorisante, «le coût du travail» !) La mondialisation, liée aux crises systémiques (de plus en plus violentes), provoquèrent  un chômage de masse, d’importantes délocalisations, des conditions de travail déplorables, une précarité accrue («la fléxisécurité», encore une des astuces langagières inventée de toute pièce par le Medef…), et une baisse continuelle des salaires *  La libéralisation du marché du travail, aboutit à des politiques salariales déflationnistes, c.-à-d. des salaires au rabais !… Ce flot d’argent ("gagné" au forcing par les actionnaires) est totalement engloutit par les parasites fiscaux !

 

 * Que Daniel Cohen (dans le numéro d’Alternative économique déjà cité plus haut) traduit par : «…le capitalisme financiarisé a provoqué une stagnation des revenus de l’écrasante majorité des salaires…» Dans cet article, Daniel Cohen fait référence à de façon judicieuse… «Karl pensait que le capitalisme ne pouvait pas avoir un effet d’entraînement sur le destin des travailleurs…» etc.)

    

(Fin de la troisième et dernière partie)


 


 

Articles portant sur des thèmes similaires :


Partager cet article


Commentaires

Lien croisé par Anonyme le Mardi 26/01/2016 à 15:45

Le journal de BORIS VICTOR : "Industrialisation de la fraude fiscale… et rondes effrénées de millionnaires dans les rangs du personnel politique. - 21/06/13"



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato