S'identifier - S'inscrire - Contact

Una Jornada au Mexique

Par Jean-Paul Damaggio • Internationale • Lundi 06/12/2010 • 1 commentaire  • Lu 1622 fois • Version imprimable


Le sujet me paraît trop crucial pour laisser subsister des malentendus par rapport à mon article précédent, aussi voici le commentaire d’un numéro de la Jornada pris au hasard (celui du 13 novembre), un quotidien qui appartient aux forces démocratiques et qu’on peut consulter gratuitement (en espagnol) et facilement sur Internet vu qu’il propose un servicio rare: l’édition avec le seul texte ce qui évite publicités et autres babioles.
 
Eléments de l’actualité face A

Dénonciation d’un chef d’entreprise qui pour faire travailler des femmes la nuit dans ses ateliers textiles avait une méthode radicale : elles étaient enfermées à clef. Un incendie s’est produit et six femmes sont décédées. Un long article dénonce ces pratiques d’exploitation « féroce » des travailleurs.

Les premiers six mois de l’année, 196 mexicains ayant tentés d’entrer aux USA sont morts.

Manifestation à Mexico des enseignants au moment du vote du budget : ils demandent moins d’argent pour les forces de sécurité et plus pour l’éducation.

Présentation de la rencontre nationale des organisations de lutte de l’Autre campagne. Ce mouvement est né en 2005 à l’initiative de l’EZLN pour unir un certain nombre de mouvements divers et la réunion se tient à San Salvador Atenco où des luttes paysannes contre un aéroport avaient affrontés une répression phénoménale. Ces luttes se développement « et la réaction du système capitaliste et du mal gouvernement a été d’essayer de les éliminer ».

L’Union Interaméricaine des Organismes électoraux est réunie à Mérida et demande que les campagnes électorales soient financées sur fond public pour éviter la corruption.

La Sécurité sociale sous le feu de l’actualité après que son dirigeant ait évoqué la possibilité d’une privatisation. Il s’est rétracté aussitôt après les cris de colère de diverses associations.

Des organisations de mineurs réclament qu’on ouvre à nouveau l’enquête sur l’abandon au bout de cinq jours de 63 prisonniers d’un éboulement dans une mine. L’action réussie au Chili est le prétexte de cette réclamation.

Description passionnante d’une lutte puissante contre un barrage à El Zapotillo où les militants bloquent les travaux malgré le froid qui sévit. 

L’exploitation des travailleurs, la corruption politique et les luttes démocratiques sont donc largement présentes, ce qui témoigne d’un phénomène très réel au Mexique. 

Eléments de l’actualité face B

Dans l’Etat de Tamaulipas 5000 ranchs ont été abandonnés par leurs propriétaires sous pression du crime organisé (je retiens ce terme le plus fréquent utilisé dans le journal). A présent, malgré le survol des hélicoptères militaires, toutes les richesses des ranchs sont au service des criminels.

Dans le même Etat, l’entreprise pétrolière Pemex bénéficie également de l’attention du crime organisé. Le puits appelé Gigante Uno (comme d’autres) a besoin de la protection militaire, les criminels ayant pris la désagréable habitude de taxer les travailleurs entrant dans le cite, ce qui a eu pour conséquence d’en effrayer quelques-uns, d’où une chute importante de la production. Rappelons que la Pemex me semble être la première entreprise pétrolière nationalisée dans le monde, que les pouvoirs essaient de la privatiser sans succès et qu’à présent une loi sur le Partenariat Privé Public devrait aider la manœuvre.

Dans l’Etat de Sinaloa, un bateau de pêcheurs portant des tonnes de crevettes a été arraisonné et capturé par le crime organisé.

Dans l’Etat de Zacatecas, trois têtes décapitées furent installées à l’entrée d’une mairie, crime signé des Zetas qui vise cependant l’exécution de criminels du cartel adverse et non des hommes politiques. Cependant à la frontière des USA les maires mexicains sont très nombreux à vivre… aux USA !

Dans l’Etat de Morelos, soldats et policiers ont arrêté une bande de sicaires dont un jeune de 12-14 ans qui a été relâché. Or, peu après, preuves à l’appui, ils découvrirent que ce jeune était un des plus actifs de la bande dans un exercice qui lui avait été confié : décapiter les morts et les alléger de leurs organes sexuels ! La police a alors lancé un mandat d’arrêt en publiant la photo de ce jeune, qui sera capturé à nouveau ces derniers jours dans un aéroport où il se préparait à embarquer pour les USA. Les défenseurs des droits de l’homme se sont insurgés car la police a diffusé le portrait de ce jeune alors que la loi, concernant les mineurs, interdit cette pratique.

 

Est-ce que cette donnée peut s’amalgamer à la face A ? Est-ce qu’elle s’ajoute à la face A ? Est-ce qu’elle a pour fonction de faire oublier la face A ?

 
Observations

On a la sensation que les forces démocratiques ne regardent pas la face B, et que le peuple victime dans la face B n’attend rien des forces démocratiques. Quand on ajoute que les « héros » de la face B considèrent les forces démocratiques comme un vestige du passé, vu qu’ils sont les révolutionnaires de demain, que penser ? Avec nous pourrions noter l’alliance classique entre le système capitaliste et le lumpenprolétariat. Sauf qu’ici, ce même lumpen, a ses propres chefs. Nous pourrions noter que, comme on élimina Al Capone aux USA, en éliminant la prohibition, il suffirait de légaliser la drogue et le crime organisé tomberait de lui-même. J’ai eu tendance à le penser mais je ne le pense plus. Pas seulement parce que la drogue est un des éléments du crime parmi d’autres, mais parce que ce crime organisé n’est pas une force isolée du peuple, mais une force qui vit au sein du peuple. 

Enfin, sans le moindre souci d’amalgame je prétends que les questions posées de manière extrême avec ce cas mexicain touchent également la France. Si je dis que la jeunesse adolescente ne veut plus apprendre, on va me répondre que depuis toujours les vieux disent des jeunes « le niveau baisse » alors que les développements scientifiques, techniques et autres démontrent le contraire. C’est un peu comme si on me disait que le crime organisé n’est qu’une variante du crime qui traverse les âges. Quand 10% des enfants ne veulent rien apprendre nous sommes dans un monde connu. Quand c’est le cas de 80% on change d’échelle, et je sais qu’on va me répondre que c’est là le résultat d’une volonté du système capitaliste qui n’a besoin que de 20% de personnel qualifié pour faire tourner la boutique.

J’ai toujours eu tendance à penser qu’entre le choix économique capitaliste et la réaction citoyenne il n’y a pas toujours eu une relation du donneur d’ordre à l’exécutant (d’où les forces démocratiques). Que le système se contente de 20% devrait conduire une majorité des autres non au « suicide » mais à la révolution ! Je sais : d’où le rôle de l’idéologie pour faire avaler que rien n’est possible autrement que ce qui existe, sauf que celle issue des traditions n’était pas moins forte que l’actuelle…

Bref, pour terminer je prends un exemple au risque de choquer : le livre de Thierry Jonquet, Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte. Malgré des contextes très différents, les questions du livre sont exactement les mêmes que celles que j’évoque ici. Du livre est né un téléfilm qui en a édulcoré le contenu, mais pire que ça, le téléfilm était un prétexte à un débat télé les profs en banlieue, comme pour enfermer les questions posées dans une seule, le rapport maître-élève. Effarant ! Totalement effarant ! Cette manipulation mériterait un article à elle toute seule mais je m’en tiens ici au rôle d’une certaine télévision et de l’usage qui en est fait. Face à ceux qui nous invitent à prendre une lunette astronomique pour étudier l’ensemble de l’univers (merci Galilée), la télé nous pousse le plus souvent à prendre la dite lunette à l’envers pour ne retenir que des miettes de la dite réalité. C’est ce que j’appelle l’organisation de la mort du politique que l’émission en question a pu cultiver en donnant sur le sujet la parole… à un membre du PS et un de l’UMP.

6-12-2010 Jean-Paul Damaggio

Articles portant sur des thèmes similaires :


Partager cet article


Commentaires

réponses par merle le Mercredi 08/12/2010 à 10:02

 Merci et bien d'accord avec toi, Jean-Paul. J'ai mis en complément sur mon blog trois articles (Hugo, Jonquet, Mexique) qu'il serait trop long de reproduire ici.
http://merle.rene.over-blog.com/



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato