S'identifier - S'inscrire - Contact

Rouge Thuringe

Par Gabriel Galice • Internationale • Dimanche 07/12/2014 • 1 commentaire  • Lu 1568 fois • Version imprimable


L’Allemagne vit un coup de tonnerre.  Bodo Ramelow, du parti Die Linke (La Gauche), est devenu vendredi 5 décembre 2014, le dirigeant du Land de Thuringe, l’un des cinq Länder de l‘ancienne RDA. Diantre ! Un rouge dans une Thuringe noire qui, depuis l’unification, vivait sous le règne de l’Union Chrétienne-Démocrate. Angela Merkel y voit « l’entrée de Karl dans le gouvernement de l’Etat de Thuringe », du diable donc. Pour aggraver son cas, ce diable d’homme est flanqué d’un Fox Terrier baptisé Attila. Die Linke est issu de la fusion entre le PDS, héritier du SED, le parti communiste de l’ex-RDA, et de dissidents sociaux-démocrates conduits par Oscar Lafontaine.

Erfurt (la capitale du Land), Gotha, Iena, Eisenach, Weimar, sont des villes chargées d’histoire. L’unification a conduit à une désindustrialisation et à un exode démographique vers l’ouest. Iena, berceau de l’entreprise Carl Zeiss, est la capitale mondiale de l’optique. La conservatrice CDU a gouverné avec les Libéraux, puis avec les sociaux-démocrates du SPD. Le choc politique est que Bodo Ramelow dirige une coalition rouge-orange-vert, soit Die Linke-SPD-Grünen. Au parlement régional (Landtag), Die Linke représente 28.2%, le SPD 12,4% et les Verts 5,7%. Pour autant, l’exécutif ne comptera que quatre représentants de Die Linke, contre trois pour le SPD et deux pour les Verts. Parfois évoquée dans d’autres Länder et même au niveau fédéral, une coalition gauche – extrême gauche fait rêver les uns, trembler les autres.

Le profil du  Ministerpräsident  élu n’est pas celui d’un vieil apparatchik communiste de la défunte RDA. Agé de 56 ans, ancien sympathisant du microscopique parti communiste occidental (DKP), il vient de la composante occidentale et syndicale du parti Die Linke, et non de l’héritage de l’oriental SED. Il rejoint le PDS en 1999. Il est venu à l’Est au lendemain de l’unification, en qualité de cadre syndical chargé d’organiser les syndicalistes de la branche commerce, banque et assurance. Bodo Ramelow s’affiche en protestant engagé.

Jugé pragmatique, il a dû mettre de l’eau dans son vin, tant vis-à-vis de son animosité envers les services régionaux de renseignement, qu’il voulait supprimer, qu’à l’encontre de la légalité passée de la RDA, qu’il mettait en question, au grand dam des anciens du SED. Un type atypique.

Combien durera une coalition qui n’a qu’une voix de majorité au parlement régional ? Quelle sera la solidité de cet attelage de trois partis différents ? La solidarité thuringeoise centripète primera-t-elle sur les forces centrifuges hétéroclites ? Quelles seront les relations avec le Bund, l’échelon fédéral ?

Le programme prévoit des priorités sociales, en matière scolaire notamment.

La Thuringe fait figure de laboratoire politique pour une alternative. L’expérience commence.

 
Gabriel Galice - Berne, le 7 décembre 2014

Articles portant sur des thèmes similaires :


Partager cet article


Commentaires

Lien croisé par Anonyme le Mardi 26/01/2016 à 15:45

Le journal de BORIS VICTOR : "Rouge Thuringe - 07/12/14"



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato