S'identifier - S'inscrire - Contact

Le cauchemar de Marx

Le capitalisme est-il une histoire sans fin ?

Par la-sociale • Bibliothèque • Jeudi 19/02/2009 • 4 commentaires  • Lu 2055 fois • Version imprimable


Le cauchemar de
Le capitalisme est-il une histoire sans fin ?
Denis Collin 

Il est grand temps de s’apercevoir qu’il n’est guère de penseur qui ait dessiné avec plus de perspicacité les grandes lignes d’un avenir qui est notre présent. Contrairement à ce que répètent ceux qui aimeraient réfuter sans l’avoir lu, les prédictions économiques déduites des analyses du Capital ont été pour l’essentiel validées. Ce livre le démontre avec une rare clarté, en retraçant l’histoire du capitalisme des cent dernières années, à la lueur des thèses marxiennes. Concentration et centralisation du capital, constitution d’un marché mondial et d’une division mondiale du travail et jusqu’à l’émergence de la puissance chinoise, tout cela est dans . Les sociétés par action, les fonds d’investissement, les « hedge funds », le développement de la spéculation non pas sur les profits réels mais sur les attentes de profits à venir, les« titres pourris » (junk bonds), bref toutes les tentatives par lesquelles le capital cherche à dépasser les barrières propres au rapport capitaliste, tout cela est exposé avec un certain luxe de détails dans le Capital.

a eu raison, pour le pire. Mais sans cesse le capitalisme renaît de ses cendres. La révolution se fait attendre. Sommes-nous arrivés à la fin de l’histoire ? Les rébellions ne sont-elles plus que les feux de paille d’un horizon sans joie? Sommes-nous condamnés à assister au yo-yo boursier comme des spectateurs impuissants ? L’auteur préfère ne pas s’y résoudre. Il montre comment, en soumettant la planète entière à sa loi, entransformant des milliards d’Indiens, de Chinois, d’Africains demain en prolétaires, en exploitant tous les champs possibles d’accumulation, le capitalisme prépare le moment où la logique de la plus-value s’effondrera bel et bien. En attendant, ce livre examine quelques pistes pour unealternative radicale.

   Éditions Max Milo - collection l'Inconnu - ISBN : 978-2-35341-055-2 - En librairie cette semaine.

Articles portant sur des thèmes similaires :


Partager cet article


Commentaires

par regis le Dimanche 22/02/2009 à 01:11

Je prie Denis Collin de bien vouloir accepter mes excuses de « squatter » cette annonce mais il y a une réponse à la proposition de s’unir contre les licenciements. J’ai sélectionné les passages qui me semblent les plus significatifs mais chacun peut se faire son opinion avec le texte intégral qui figure sur le site du PG.

 

« Ce qui est concret toujours, c'est le refus de toute vision transformatrice prenant en compte la dimension écologique de la crise, la nécessité d'un autre type de production, économe en énergie, soucieuse de la planète et de ses ressources, attentive à la diminution des empreintes écologiques de toute activité humaine.[…]

une nouvelle journée d'action interprofessionnelle pour le 19 mars « pour maintenir la pression dans l'unité d'action [….]

La mobilisation sociale, syndicale et politique doit se poursuivre pour exiger d'autre choix s'opposant aux licenciements et aux suppressions d'emplois dans la fonction publique, développant une autre politique des salaires et du pouvoir d'achat, assurant la  promotion des services publics et la réorientation du crédit. Il s'agit tout à la fois, de répondre aux besoins sociaux et de favoriser un nouveau type de développement.   

Signataires :
Les Alternatifs, le NPA, le PCF, le PCOF, le Parti de gauche, le PS,
La Fédération, la Coordination nationale des collectifs unitaires (CNCU), Alternative Démocratie Socialisme (ADS), Alter-Ekolos-Ecologie Solidaire ».

 

Pour ma part, j’en retire que le rouleau compresseur de ce que je considère comme l’union de la gauche version III est en route. C’est presque le début d’un nouveau programme commun, l’inévitable bavardage « ékolo » en plus.

Marx ne disait il pas que tout pas en avant des masses vaut 100 programmes ?


Re: par la-sociale le Dimanche 22/02/2009 à 08:37

Merci de cette information importante. C'est effectivement l'Union de la gauche version III qui est en marche au secours de Sarkozy.
DC
(PS: vous pouvez proposer des papiers à la rédaction ce qui sera plus visible que ce "squatt" )


Tracer et agir par Y le Lundi 23/02/2009 à 08:10

Et la question est donc de retrouver des prises sur le système actuel et son évolution. Pour une proposition visant à tracer les réseaux qui en font la trame : http://yannickrumpala.wordpress.com/2009/01/04/cartographier-le-contemporain/


par Serge_Gomond le Mardi 07/04/2009 à 14:28

Les cénacles, les cercles ou les clubs plus ou moins fermés, pourquoi s’isoler quand on sait qu’ils ne ressassent que les mêmes inepties, sans grandes originalités, ni même objectivités ? Lorsque Pinter est décédé qui s’en est enquis ? Pas grand monde, alors qu’on peut dire sans trop se tromper qu’il était l’un des rares intellectuels à la pointe de la réflexion, la vraie, pas ces salmigondis réchauffés ou piqué au voisin. Sur ce site, nous avons le privilège de lire deux penseurs, assez originaux dans la démarche, pas d’à priori, ni d’exclusive, et surtout une originalité défiant toute concurrence (1). Sur quel autre site pourriez vous lire : « Droite et gauche, des catégories devenues inutilisables », « Faut-il vraiment participer aux élections européennes ? » et bien sûr son dernier ouvrage « Le cauchemar de Marx Le capitalisme est-il une histoire sans fin ? » Denis Collin (point d’interrogation) ; voici pour l’un, et pour l’autre : « Aménagement du capitalisme « moralisé » ou rupture ?  Le sens profond des journées d’action, du 29 janvier au 19 mars jusqu’au 1er mai, et après…» et aussi son dernier ouvrage « Riches et presque décomplexés, » (2) de Jacques Cotta (point d’interrogation)


1) Ce mot est employé à dessein, puisque des vautours à l’affût du moindre concept ou idées neuves, se les approprient sans vergogne.


2) Lu sur "Alternative économique", une "critique" pour le moins partiale et restrictive, qui était de l’ordre de l’exécution télécommandée par la concurrence, mais rien de réellement concret ; allusions sans fondement sur les chiffres cités dans cet ouvrage, alors que depuis, ces chiffres, tous ces chiffres, ont été corroborés dans plusieurs livres ou articles, on aimerait savoir qui commandite ce genre de "critique-exécution", cela aurait un peu plus de panache… 



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato