S'identifier - S'inscrire - Contact

Lettre ouverte à Jean-Luc Mélenchon et Marc Dolez

Par la-sociale • Actualités • Dimanche 16/11/2008 • 3 commentaires  • Lu 2063 fois • Version imprimable


Devoir de Résistance – Le 14 novembre 2008-11-15



A l’attention de
Jean Luc Mélenchon et de Marc Dolez



Cher Jean Luc, Cher Marc,
Chers amis,
Chers camarades,

Comme vous l’avez sans doute remarqué, dés votre annonce de rompre avec le parti socialiste et d’ouvrir une nouvelle voie pour les millions de nos concitoyens qui n’ont plus aujourd’hui de représentation politique, nous avons sur notre site « » publié un communiqué affirmant notre soutien à votre démarche.

Nous voyons pour notre part deux conditions élémentaires pour permettre à cette initiative de réussir.

La première concerne le fonctionnement, la méthode, tout simplement l’affirmation et le respect des règles démocratiques trop souvent bafouées au parti socialiste et en général dans toutes les organisations de gauche. Il s’agit de tourner la page du mépris des militants ressenti unanimement par tous ceux qui ont vu évoluer une formation où les décisions sont prises d’avance, sans débat, sans possibilité que les positions soient défendues pour convaincre, et donc pour être convaincu. C’est là sans doute la première des conditions à réaliser pour que se crée un véritable parti se réclamant de la république sociale, au sens où l'histoire a inscrit la formule. Voila notamment pourquoi nous pensons que la réunion du 29 novembre, pour constituer un tournant réel du mouvement ouvrier organisé et de la vie politique de notre pays, devra permettre l’expression la plus large des positions toutes convergentes avec la votre, et annoncer autour de quelques propositions, dont celle de l’appellation de la nouvelle formation, une série de réunion par quartier, par lieu de travail, par lieu de vie afin de faire remonter les avis des nouveaux membres et militants qui se rassembleront, s’ils ne sont pas exclus du processus, dans les semaines qui viennent.

La seconde concerne les premiers axes de bataille. La question européenne est en effet centrale. Nous avions pour notre part élaboré il y a quelques mois un texte qui mentionne les points essentiels permettant de nous engager pour le rétablissement de la souveraineté nationale et populaire. Un appel sans doute venu trop tôt, mais qui aujourd’hui prend toute sa signification. A l’époque, il était passé, y compris pour vous, totalement inaperçu. Nous vous le faisons parvenir à nouveau car nous pensons qu’un échange partant de là ne pourrait qu’être bénéfique pour les batailles à venir.

Dans l’attente,
Bien cordialement,


Pour l’association Devoir de Résistance – .
Denis Collin et Jacques Cotta

Articles portant sur des thèmes similaires :


Partager cet article


Commentaires

par quent1 le Dimanche 16/11/2008 à 16:12

Quelques remarques
Cher Jean Luc, Cher Marc, Chers amis, Chers camarades,

Comme vous l’avez sans doute remarqué, dés votre annonce de rompre avec le parti socialiste et d’ouvrir une nouvelle voie pour les millions de nos concitoyens qui n’ont plus aujourd’hui de représentation politique, nous avons sur notre site « La sociale » publié un communiqué affirmant notre soutien à votre démarche.

Nous voyons pour notre part deux conditions élémentaires pour permettre à cette initiative de réussir.

La première concerne le fonctionnement, la méthode, tout simplement l’affirmation et le respect des règles démocratiques trop souvent bafouées au parti socialiste et en général (pourquoi en général ? mot en surplus et je ne sais le rayer pour rendre les choses plus claires et nettes) dans toutes les organisations (se réclamant) de gauche. Il s’agit de tourner la page du mépris des militants ressenti unanimement par tous ceux qui ont vu évoluer (c’est vraiment pas nouveau ce qui est catalogué ensuite) une formation où les décisions sont prises d’avance, sans débat, sans possibilité que les positions soient défendues pour convaincre, et donc pour être convaincu. C’est là sans doute la première des conditions à réaliser pour que se crée un véritable parti se réclamant de la république sociale (il y en a d’autres qui déclament et s’en réclament, concurrence sauvage ?), au sens où l'histoire a inscrit la formule. Voila notamment pourquoi nous pensons que la réunion du 29 novembre, pour constituer un tournant réel du mouvement ouvrier organisé  (et les autres, les inorganisés, les recalés de tous partis ou groupuscules ? les bras cassés par découragement ou par tant de traîtrises ils et elles sont exclus ? et les exclus de tant de groupuscules ou petits partis mais qui cependant continuent de chercher la lumière dans le noir crépuscule du mouvement dit ouvrier ?) et de la vie politique de notre pays, devra permettre l’expression la plus large (comment faire large, déclaration de principe)  des positions toutes convergentes avec la votre (front unique et droit de tendance reconnus enfin?, retour à la Charte d’Amiens ?) et annoncer autour de quelques propositions, dont celle de l’appellation de la nouvelle formation, une série de réunion par quartier (commissions de quartier c’est in et vide de contenu) , par lieu de travail (retour au syndicalisme et aux adhésions sur quelles revendications ou proposition d’’un travaillisme politique sur ces lieux ? dans ce dernier cas cela n’a jamais fonctionné, ce n’est pas Notre Histoire), par lieu de vie (quel mot bizarre sans réelle signification, une espèce de mode novlangue moderniste ? lieu de vie = maison de retraite ou maison de santé : voilà ce à quoi ce terme employé me fait penser) afin de faire remonter (et ça redescendra comment ? problème éternel) les avis des nouveaux membres et militants qui se rassembleront, s’ils ne sont pas exclus du processus, dans les semaines qui viennent.

La seconde concerne les premiers axes de bataille. La question européenne est en effet centrale. Nous avions pour notre part élaboré il y a quelques mois un texte qui mentionne les points essentiels permettant de nous engager pour le rétablissement de la souveraineté nationale et populaire.

 (Etats-Unis socialistes d’Europe et retour aux fondamentaux marxistes ça peut aider ?, ne pas se lancer une fois de plus tête baissée dans un nouveau piège, reste avant tout fondamental de réfléchir en relisant ceux et celles qui ont fondé et fait vivre avec tant d’espoir et de conviction le mouvement social et politique, la crise nouvelle de l’impérialisme pourrait aider à ne pas se bercer de nouvelles illusions, on a déjà expérimenté ?)

Un appel (d’autres appels tant de fois venus de divers groupes ont été lancés mais les querelles de boutique et la concurrence sauvage ont pris le dessus, ma petite entreprise avant tout, lois du marché comme les diverses marques de dentifrice ou de lessive, etc.) sans doute venu trop tôt, mais qui aujourd’hui prend toute sa signification. A l’époque,

 

il était passé, y compris pour vous, totalement inaperçu. Nous vous le faisons parvenir à nouveau car nous pensons qu’un échange partant de là ne pourrait qu’être bénéfique pour les batailles à venir

 

 (2 fois le mot bataille mais de quelle bataille s’agit-il ? et 2+2+ ? + ? ça fait combien ? revenir au point de départ avant ou pendant la 1ère internationale ou « batailler » pour une cinquième internationale ou une 6ème République limitée à la France ? Fraternellement (BQ)

Dans l’attente,
Bien cordialement,

 

Le Devoir ? Tirer les bilans de tant d’ans en divers engagements et en tirer des leçons ? Il ne suffit pas qu’en bas on ne veuille plus vivre comme avant…etc il faut qu'en haut on ne puisse plus gouverner comme avant et qu'il y ait une force décidée à abattre l'ancien monde ...

A mon humble avis de sans parti aucune Résistance solide ne partira d'en haut, surtout si en plus on n'y rajoute un devoir de surcroit venant d’élus que ce soit du Sénat, ou chambre des lords du suffrage censitaire, d’élus de l’Assemblée nationale à qui n’est concédé depuis tant d’années si peu de pouvoir de décision ou même plus modeste propositions de lois.

Il est bien tard, plus tard que nous ne pensons ? Mieux vaut tard que jamais me rétorquera-t-on ?

Le devoir s’est fait attendre et l’espérance encore plus. La démarche, la méthode, l’affirmation et le respect des règles, tourner la page ? ce ne sont que des déclarations d’intention et dans le concret Que faire ?

et le nouveau nom « parti de gauche », mais qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire cette appellation, marketing ou  ?

Il y a déjà bien du monde sur la place qui se décrète nouveau parti qu’elle qu’en soit l’appellation trouvée. « Mouvement ouvrier organisé » ?  

« Tourner la page ? « Après le PS, Le militant, Questions socialistes, Données et arguments, MDC, Utopie critique, Patronage laïque, comité Valmy, etc..car je crois bien en avoir omis des engagements sans lendemains qui chantent, en route vers de nouvelles aventures ? Activisme ou naïveté ou tendance à vouloir élargir et faire évoluer vers la gauche le petit mouvement des 2 élus partis soudainement, cela juste avant que ne se règlent les comptes de la faillite du PS au vu et su des militants de base et des non encartés lisant la presse et visionnant la TV. Qu’auraient-t-ils soudainement détectés qui leur aurait fait prendre cette décision urgente, en 2005 et même avant il n’y avait pas urgence ?

 

Quent1


ça bouge enfin ... par Serge_Gomond le Dimanche 16/11/2008 à 20:34

Vu ce qui c'est passé hier et aujourd'hui à Reims, on ne peut que saluer de telle initiative (lettre ouverte à...) Pas de programme, aucune stratégie, pas de leader (ça encore...) Ils (les dirigeants du PS) seraient les "représentants" les mieux placés pour prendre en compte les aspirations du peuple (?) c'est minable...
Il faut souhaiter que d'autres se déclarent pour le changement, un changement réel (intégrer les réalités et faire des propositions concrètes, apporter des solutions rapides à celles et ceux qui n'en peuvent plus, il y a urgence !), la refonte de la gauche, celle que certains désignent sous le vocable de vraie gauche. ça bouge enfin ! 


Lien croisé par Anonyme le Vendredi 13/06/2014 à 01:11

L'effondrement - Après l'élection du 25 mai 2014 - La Sociale - CNR- : "tion du parti de gauche, en 2008, la stratégie du front de gauche est une impasse, parce qu’elle ne permet pas d’offrir une alternative crédible à la décomposition du PS : les résultats de dimanche le confirment. On trouvera d’ailleurs sur notre site les lettres que nous avions alors envoyées à JLM et à Marc Dolez auxquelles ils n’avaient pas jugé bon répondre. (lire ici)."



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato