Quand la philosophie peint son gris sur gris, c’est qu’une figure de la vie est devenue vieille, et on ne peut pas la rajeunir avec du gris sur gris mais on peut seulement la connaître ; la chouette de Minerve ne prend son vol qu’à la tombée du crépuscule. (Hegel)

" /> Quand la philosophie peint son gris sur gris, c’est qu’une figure de la vie est devenue vieille, et on ne peut pas la rajeunir avec du gris sur gris mais on peut seulement la connaître ; la chouette de Minerve ne prend son vol qu’à la tombée du crépuscule. (Hegel)

" />
S'identifier - S'inscrire - Contact

L'effondrement de la gauche: un tournant historique

Quand la philosophie peint son gris sur gris, c’est qu’une figure de la vie est devenue vieille, et on ne peut pas la rajeunir avec du gris sur gris mais on peut seulement la connaître ; la chouette de Minerve ne prend son vol qu’à la tombée du crépuscule. (Hegel)

Par Denis Collin • Actualités • Jeudi 17/04/2014 • 2 commentaires  • Lu 3560 fois • Version imprimable


[1] Un constat : la défaite de la gauche est historique au sens plein du terme

La défaite historique du PS aux municipales de 2014 a été enterrée sous le vacarme médiatique orchestré autour de la prétendue montée du Front National ou le changement de gouvernement. Mais cette débâcle est le signe de quelque chose de bien plus profond : la décomposition accélérée de la « gauche » non seulement en France mais dans l’Europe entière entraîne avec elle tout le mouvement ouvrier organisé. Il suffit de jeter un œil du côté de l’Italie : la « gauche » a disparu purement et simplement même en termes électoraux. Le PD, défini comme parti de centre-gauche, a renoncé à toute référence « de gauche » et l’actuel président du conseil PD, Matteo Renzi, issu de l’aile démocrate-chrétienne serait classé en France quelque part entre Bayrou et Copé. Les vestiges de la gauche, le PRC (dernier débris du PCI) et quelques autres groupuscules n’ont plus aucune représentation parlementaire et risquent d’être dans l’impossibilité de présenter une liste pour les élections européennes.

C’est un phénomène historique de première importance et qui doit être compris dans toute son ampleur, au premier chef par ceux qui se refusent à considérer que « le capitalisme borne notre horizon » (comme l’ont voulu établir voilà déjà près d’un quart de siècle les congressistes du PS). La « gauche » a connu des crises graves dans le passé, notamment quand une large fraction de ses dirigeants ont voté les pleins pouvoirs à Pétain. Elle a été profondément déchirée par la « guerre froide ». La vieille SFIO s’est déshonorée dans les guerres coloniales, pour ne parler que de la France. Mais il y avait toujours eu jusqu’à présent une partie de la gauche qui résistait et dès que l’occasion se présentait elle redevenait le drapeau des espérances des classes populaires. Aujourd’hui, en France comme en Italie, mais aussi – quoique à un degré moindre dans les autres pays européens – la gauche est tout bonnement pulvérisée. Et aucune résistance sérieuse, aucune relève, aucun alternative ne se lève. « Je suis écœuré » : voilà ce que l’on entend le plus souvent dans le « peuple de gauche », chez ces militants, ces électeurs, fidèles jusqu’alors et qui déjà ne votent plus ou ne voteront plus la prochaine fois. Cet écœurement est cependant la manifestation du retard considérable de la conscience sur la réalité historique et de la propension de chaque génération à aller au plus court et ainsi à se bercer d’illusions qui finissent toujours par se fracasser en faisant des dégâts souvent irréversibles.

 

[2] La gauche comme système politique de subordination des classes populaires

L’effondrement de la gauche en tant que telle peut difficilement être tenu pour une catastrophe. La gauche est une chimère dont la fonction fut le plus souvent d’être le « gérant loyal du capitalisme » (Blum lors de son procès). Ainsi que Jean-Claude Michéa l’a fort opportunément rappelé dans ses derniers ouvrages, le mouvement ouvrier, syndicaliste, anarchiste, socialistes de toutes obédiences, y compris marxistes ne s’est jamais défini comme « gauche » avant le début du XXe siècle. La distinction droite/gauche, née pendant la révolution française, était une distinction entre les deux grandes fractions de la bourgeoisie, la droite représentant la fraction monarchiste, anti-républicaine et hostile à la démocratie, souvent liée aux vestiges de l’Ancien Régime, et la gauche, républicaine, appuyée sur les classes moyennes traditionnelles, souvent anticléricale, et dont le vieux parti radical fut l’expression la plus achevée. Mais de la droite (maurrassienne et monarchie, par exemple) jusqu’à l’extrême gauche radicale, tous se tenaient sur le terrain de la propriété privée des moyens de production et du « marché libre ». Le mouvement ouvrier quant à lui n’a commencé à exister qu’en s’affirmant en dehors de ce dispositif droite/gauche interne aux classes dominantes, quand, en juin 1848, les ouvriers réclamant le droit au travail et la république sociale affrontent les forces armées « républicaines ». C’est avec l’affaire Dreyfus ou plus exactement avec les suites politiques de l’affaire Dreyfus que les socialistes en sont venus à s’inscrire comme l’aile gauche de la gauche bourgeoise – non difficultés d’ailleurs, puisque la première expérience de participation socialiste à un ministère bourgeois, l’expérience de Millerand rencontra une puissante hostilité dans les rangs socialistes et renforça les tendances anti-parlementaires dans le mouvement syndical. Le quiproquo réside en ceci : pour défendre le droit et la simple justice, il est évident que toutes les alliances sont justifiées puisqu’elles visent un objectif précis, dans préjuger des positions des uns et des autres sur les autres sujets ; mais cela n’implique évidemment pas qu’il y ait communauté de vues sur tout l’horizon historique. Ce quiproquo a eu dans toute notre histoire un effet simple : entre tous les alliés, la direction de l’alliage a été donnée par « le plus à droite » (si on veut garder la distinction droite/gauche) et les partis ouvriers membres de telles alliances « de gauche » ont toujours été conduits à limiter drastiquement leurs objectifs propres avec ce qui est compatible avec le programme de leurs alliés radicaux, c’est-à-dire à enfermer les revendications prolétariennes dans le cadre de ce qui est compatible avec le maintien de la propriété capitaliste et les alliances internationales que cela suppose. L’alliance à gauche n’est une alliance que si on dit qu’un cavalier et son cheval sont alliés. Les ouvriers, comme d’habitude, ont joué le rôle des chevaux et les cavaliers ou les cochers étaient les bourgeois républicains.

[3] Continuité et changement

Le seul rôle qu’ait jamais joué la gauche fut toujours de canaliser les mouvements populaires dans les limites de la propriété capitaliste. Aux moments cruciaux, du reste, cette « gauche » a été soit impuissante, soit a explosé. Il suffit de rappeler l’effondrement du pays en 1939-1940. Les radicaux (à quelques rares et honorables exceptions près se sont retrouvés dans le camp des défaitistes et pour certains ont fini dans la plus abjecte des collaborations). Une grande partie des socialistes a voté les pleins pouvoirs à Pétain au moment où les seules forces de résistance au nazisme se trouvaient à droite avec De Gaulle ou dispersées dans des petits groupes marginaux issus de la gauche – le PCF n’ayant rejoint que tardivement la résistance, tentant d’abord toutes sortes de manœuvres indignes comme les démarche auprès des autorités d’occupation pour obtenir la reparution légale de « L’Humanité ». Les dernières formes d’Union de la Gauche que nous ayons connues sous la présidence de Mitterrand ou lors du gouvernement Jospin de 1997-2002 ont été globalement menés sous le signe d’une adaptation croissante aux exigences du capital financier international. La nouveauté avec Hollande est qu’il n’y a absolument aucune mesure qui puisse rappeler que la gauche défend le peuple contre « ceux du château » comme le disait avec une emphase mensongère Mauroy. Le gouvernement Hollande est ouvertement un gouvernement Hollande-Medef qui a pris comme cible le « coût du travail », c’est-à-dire s’est donné pour tâche de réduire encore plus la part du travail dans le revenu national et d’augmenter les dividendes des actionnaires. Réduction du budget de l’État en économisant sur les prestations sociales et sur les dotations aux collectivités locales, baisse des « charges sociales », autrement dit salaire différé, cadeaux fiscaux aux patrons en voie de surpasser ceux que Sarkozy avait décidé. Il est impossible de déceler aujourd’hui la moindre divergence entre droite et gauche. L’augmentation vertigineuse de l’abstention n’exprime une baisse de la conscience politique de nos concitoyens, mais au contraire une vrai maturation : ils comprennent que la gauche n’est qu’un attrape-nigauds et que fondamentalement droite et gauche sont la même chose présentée sous deux emballages différents, un peu comme toutes les marques de lessive dans les rayons des hypermarchés.

[4] La social-démocratie telle qu’elle fut

Cette appréciation globale de la gauche inclut les responsabilités de tous les partis qui se réclament de la gauche, même ceux qui se veulent aujourd’hui dans « l’opposition de gauche ». On dira quelques mots plus loin du PCF et du PG en omettant les divers groupes qui se nourrissent des rares miettes qui tombent de la table des grands. Mais pour l’heure il faut traiter de la social-démocratie, c’est-à-dire France du PS. Le diagnostic de Lénine, Trotski ou Rosa Luxemburg concernant les partis issus de la vieille internationale ouvrière fondée en 1889 est absolument exact : ils sont « passés définitivement du côté de l’ordre bourgeois ». En se ralliant à l’union sacrée leurs propres bourgeoisies nationales, ces partis se sont faits les complices de la grande boucherie de 1914, mère de toutes les horreurs que ce siècle à produites. En Allemagne, en 1918-1919, alors que l’Allemagne du Kaiser s’est effondrée, la social-démocratie allemande, en liaison avec les envoyés des États-Unis, participe au gouvernement de Max von Baden et Ebert, dirigeant de la SPD propose même d’organiser le sauvetage de la monarchie. Face à l’insurrection spartakiste, les Ebert, Noske et Scheidemann ont été les organisateurs directs de la contre-révolution et de l’assassinat de leurs anciens camarades de parti, Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht. Ils ont organisé ou couvert la formation des « corps francs » d’où sont sortis les SA. Quand, une décennie plus tard, il faudra organiser le front unique pour empêcher Hitler de prendre le pouvoir, le KPD de Thaelmann, suivant la politique folle dictée par Staline, qualifiera la social-démocratie de « social-fascisme », allant même jusqu’à prophétiser que la victoire d’Hitler serait le premier pas vers la victoire de Thaelmann. Mais si folle que fût cette politique, elle n’aurait jamais été suivie par la base du KPD s’ils n’avaient pas eu le souvenir brûlant des hordes du « chien sanglant » Noske lâchée contre les spartakistes. Les nazis n’oublieront pas les signalés services que leur avait rendus Noske. En 1933, Göring demandera à Noske, président de la région de Hanovre, de rester à son poste. On peut accumuler les exemples historiques qui confirmeraient abondamment le diagnostic porté il y a un siècle sur la social-démocratie. La SFIO venue au pouvoir sans l’avoir vraiment voulu en 19361 s’empressa de décréter « la pause » et laissa la république espagnole se faire étrangler par un coup d’État militaire appuyé par l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste. La non-intervention dictée par la diplomatie britannique était de ce fait la politique de la SFIO. La suite est logique : vote massif des pleins pouvoirs à Pétain en 1940 et après la guerre on retrouvera la SFIO dans toutes les aventures coloniales, Indochine, Suez, guerre d’Algérie… Le « socialisme scandinave » qui fit longtemps figure de modèle n’échappe pas à ce mouvement. La Suède non seulement resta neutre pendant la Seconde Guerre mondiale, mais encore elle signa dès 1940 un pacte avec l’Allemagne nazie par lequel elle permettait le passage sur son territoire des trains militaires allemands. Il est vrai que les Suédois étaient classés parmi les « Aryens » dans le délire raciste hitlérien et que la Suède s’était très tôt signalée par une politique eugéniste de grande ampleur…

[5] Explications de la « grande trahison »

Les explications de cette « grande trahison » ne manquent pas. L’explication traditionnelle des marxistes selon laquelle la social-démocratie serait l’expression de l’aristocratie ouvrière liée aux sur-profits réalisés par l’impérialisme n’est pas très convaincante. Plus généralement l’explication par la trahison des dirigeants traîtres ne convient guère. Le sociologue Robert Michels, dans un ouvrage fondateur sur Les partis politiques avait lui aussi pointé le caractère foncièrement conservateur de ces nouvelles élites issues des partis socialistes et des syndicats. Nous avons essayé (voir notre Le cauchemar de ) de donner une explication plus complète qui suppose qu’on refuse l’idée que la social-démocratie ait brusquement changé « de nature » en août 1914. une histoire critique du socialisme serait nécessaire, une histoire qui serait une histoire philosophique, sociologique et psychanalytique et ne se laisserait par enfermer dans les canons de l’historiographie traditionnelle. Une telle histoire inclurait nécessairement une analyse critique du rôle qu’a joué l’idéologie marxiste dans la formation de la IIe Internationale. J’emploie à dessein le terme « idéologie marxiste » pour désigner ce complexe de représentations et de croyances systématisées dans une sorte de catéchisme révolutionnaire ou plutôt historiciste et évolutionniste, élaboré par les papes autoproclamés du marxisme, les Kautsky et les Plekhanov, avec, hélas la bénédiction d’Engels. Cette idéologie marxiste promettait le salut aux salariés tout en présentant le mode de production capitaliste comme l’étape nécessaire dans cette voie. Elle a bien fonctionné comme idéologie à destination des classes subalternes pour rendre le règne du capital tolérable. Armée de cette idéologie à fortes connotations religieuses, la social-démocratie a pu ainsi agir comme un outil efficace d’intégration de la classe ouvrière au mode de production capitaliste. Sa crise et son effondrement aujourd'hui ne serait que la conséquence de son plein succès dans cette entreprise.

Les premières générations du mouvement ouvrier ont été constituées d’hommes (et de femmes) arrachés à leur condition de travailleurs indépendants. L’exode rural (parfois très violent comme lors de l’expulsion des petits paysans du Royaume Uni) et la ruine des petits artisans indépendants – parfois après un passage d’exploitation forcenée du travail à la maison, comme les canuts – ont été d’abord une dégradation brutale des conditions de vie et une humiliation intolérable. Dans la conscience populaire devenir un salarié pouvait s’apparenter à être réduit en esclavage. Devenir salarié, c’était tomber au bas de l’échelle sociale. C’est d’ailleurs pour cette raison que les premiers organisateurs du mouvement ouvrier furent souvent des artisans ou des hommes chez qui restait vif le souvenir de cette indépendance perdue. Le proudhonnisme, si influent dans le mouvement ouvrier français exprimait parfaitement cet état d’esprit : l’association ou la coopérative était le retour à la propriété individuelle du travailleur sur la base de la socialisation de la production. C’est du reste cette perspective que conserve, à peine modifiée dans le Capital lorsqu’il énonce la perspective du remplacement du mode de production capitaliste par « les producteurs associés ». L’expropriation des expropriateurs est vue comme la « restauration de la propriété individuelle sur la base des acquêts de la socialisation ». C’est aussi la raison pour laquelle, dans la lignée de et de Proudhon, le mouvement ouvrier a longtemps inscrit sur son drapeau « abolition du salariat et du patronat » (cf. Charte d’Amiens de la CGT, 1906).

En faisant du capitalisme une étape nécessaire de l’histoire dans la conception standardisée du matérialisme historique, et en faisant des ouvriers salariés le nouveau sujet historique, le marxisme aboutissait de fait à la glorification du salariat et donnait des raisons de l’accepter. La nationalisation étatique des grands moyens de production et d’échange promettait l’avènement d’une société de salariés. Et du même coup, il permettait l’intégration des ouvriers rebelles dans le mode de production capitaliste. Mieux : Lénine en vint à glorifier la discipline d’usine comme l’apprentissage de la discipline révolutionnaire.

Ainsi l’organisation ouvrière et sa bureaucratie devenaient des éléments intégrés au fonctionnement conflictuel du mode de production capitaliste. On ne peut donc pas parler de « trahison » : le socialisme historiquement constitué à partir de la création de l’Internationale ouvrière (la IIe Internationale) a accomplit ce qui était au fond le cœur de son programme : la justification historique de la transformation des couches populaires et des vieilles classes moyennes en salariés dont il défendait les intérêts en tant que salariés. Et c’est pour cette raison qu’il en est venu très rapidement à défendre le salariat, c’est-à-dire le système dans lequel les ouvriers se font concurrence pour vendre leur force de travail au capitaliste.

[6] Involution de la trajectoire de la social-démocratie

Ce sont donc des raisons fondamentales – qui mettent radicalement en cause le marxisme comme idéologie et ses contradictions qui expliquent que la social-démocratie est « passée définitivement du côté de l’ordre bourgeois. » Mais entre 1914 et aujourd’hui beaucoup d’eau a coulé sous les ponts.

Les trotskystes ont soutenu pendant très longtemps – je ne sais pas bien ce qu’ils soutiennent aujourd’hui – que les partis de la social-démocratie étaient des « partis ouvriers bourgeois », c’est-à-dire des partis qui par leur composition sociale et par leur programme officiel se voulaient des partis ouvriers, représentants des intérêts du prolétariat, mais dont l’appareil dirigeant était au service de la bourgeoisie. On peut discuter la caractérisation mais elle dut quelque chose d’assez juste. La social-démocratie défend le mode de production capitaliste en général mais ne peut vivre, ses élus ne peuvent être élus, son appareil ne peut exister que si le mouvement ouvrier et les institutions qui protègent les salariés (sécurité sociale, retraites, conventions collectives, salaires réglementés) gardent une existence consistante.

Mais précisément ceci n’est plus le cas aujourd'hui. Ni Allemagne, ni en Italie, ni en Espagne, ni en France les partis de la social-démocratie ne défendent en quelque manière que ce soit les intérêts immédiats de la classe ouvrière. Le changement de sens du mot « réformisme » est ici tout à fait révélateur. Au début du XXe siècle le débat entre révolutionnaires et réformistes portait sur la question de savoir si une révolution sociale était nécessaire pour faire advenir une nouvelle société ou si l’accumulation progressive de réformes produirait insensiblement cette transformation. Ensuite, le réformisme consista dans la politique vivant non à change de rapports sociaux de production, mais à réformer le mode de production capitaliste pour le rendre plus civilisé et éviter toute transformation sociale radicale. Ce fut l’époque du keynésianisme de gauche et de l’économie mixte. Aujourd'hui, le réformisme consiste à aligner les contre-réformes qui visent à la destruction de tous les acquis ouvriers. Ainsi, Schröder avec le plan Hartz a mis en pièces des réformes sociales dont certaines dataient de Bismarck. Le gouvernement Hollande (sous la forme Ayrault et encore plus sous la forme Valls) se propose ouvertement et sans la moindre vergogne de faire reculer les salaires, par la confiscation du salaire différé (baptisé « charges salariales »), par une attaque sans précédent contre la sécurité sociale, par une aggravation de la réforme des retraites des gouvernements de droite, et on pourrait allonger encore très longtemps la liste. En 1986, dans une analyse percutante, Jean-Pierre Garnier et Louis Janover définissaient le PS comme « La deuxième droite » (éditions Robert Laffont). L’analyse était parfaitement exacte et la suite des événements n’a fait que la confirmer.

[7] Comment le PS français est devenu est parti du capital ? Hier ...

En 2001, dans L’illusion plurielle (éditions JC Lattès), Jacques Cotta et moi analysions la compénétration du PS et des milliers du grand capital. En voici un extrait :

« Le révélateur le plus clair des évolutions du Parti Socialiste est sans aucun doute le poids croissant que les grands patrons jouent dans ses rangs et … le poids croissant du PS dans les rangs du patronat. Au risque d’employer des gros mots comme “ classes sociales ”, voire “ lutte des classes ”, on doit bien chercher quelles sont les racines de classe du Parti Socialiste. Nous avons vu plus haut comment le parti lui-même, dans ses grandes masses, s’était nettement déplacé des ouvriers vers la “ upper middle class ”, des petits et moyens fonctionnaires vers les cadres supérieurs et les “ managers ”. Il faut maintenant étudier comment les réseaux du parti Socialiste et les réseaux du grand patronat, de ce qu’on appelait jadis la “ grande bourgeoisie monopolistique ” s’entremêlent au point parfois de se confondre. Sans aucun doute, si on étudie sa base sociale, la droite classique continue de représenter la bourgeoisie et de la petite bourgeoisie traditionnelles. Mais dès qu’on va vers les sphères supérieures de la pyramide du capitalisme, la densité de socialistes au mètre carré s’accroît sérieusement.

Il y a là un paradoxe apparent. Le socialisme français traditionnel, s’il avait une vraie base ouvrière, comportait aussi dans ses rangs de nombreux éléments des classes moyennes traditionnelles : artisans, commerçants, médecins et avocats, petits patrons, des gens qui soit venaient de la clientèle traditionnelle du parti radical soit étaient d’anciens ouvriers ou des enfants d’ouvriers qui gardaient la fibre socialiste de leurs origines en dépit de leur élévation dans la hiérarchie sociale. La vieille SFIO justifiait d’ailleurs son réformisme et même son modérantisme obstiné par la nécessité impérieuse de sceller l’alliance de la classe ouvrière et de ces couches moyennes. Un jour que ses camarades français l’interrogeaient sur la véritable nature de la SFIO, Trotski leur répondit qu’elle était “ un parti de bistrotiers ”, qualification un peu méprisante mais loin d’être fausse, à condition de ne pas oublier que les bistrotiers socialistes étaient souvent d’anciens ouvriers socialistes qui s’étaient mis à leur compte et combattaient l’opium du peuple par le gros rouge et l’absinthe… Mais c’est aussi chez ces bistrotiers que s’organisait la vie politique ouvrière et syndicale, à l’heure où les partis qui prétendaient parler au nom des prolétaires n’étaient pas encore d’imposants propriétaires immobiliers. Le PS actuel, à l’évidence n’a plus rien à voir avec ce “ parti de bistrotiers ” … même si Jack Lang s’est démené pour faire classer le Fouquet’s monument historique.

À cet ancien bloc de la classe ouvrière et de la petite bourgeoisie (bloc qui trouvait d’ailleurs son complément dans l’alliance traditionnelle des socialistes et des radicaux), le socialisme de l’an 2000 substitue une nouvelle alliance de classes, celle des cadres supérieures, des nouvelles couches enrichies par le néolibéralisme et la mondialisation et des capitalistes des multinationales. On ne peut pas imaginer renversement politique plus complet. Il y a, certes, toujours eu des patrons socialistes, voire révolutionnaires. À tout seigneur, tout honneur : Engels dirigeait la filiale de l’entreprise paternelle à Manchester et Robert Owen, un des fondateurs du communisme, était également un entrepreneur. Précisons : il y a depuis longtemps de grandes familles capitalistes dont le cœur penche à gauche. Ainsi chez les Riboud ou les Seydoux les convictions de gauche sont de tradition… Il y a des hommes de gauche qui ont réussi à monter des entreprises florissantes. C’est le cas des anciens trotskistes André Essel et Max Théret, qui fondent la FNAC. Il y a Jacques Maillot avec “ Nouvelles Frontières ” et Gilbert Trigano avec le “ Club Med ”. Dans le cinéma ou l’édition, on trouverait aussi de nombreux représentants de ces hommes d’affaires de gauche. Tous ceux-là sont des capitalistes qui ont des convictions de gauche et parfois n’ont pas hésité à utiliser leur poids social et leurs moyens financiers au service de leurs convictions et pour la plupart sont gens fort respectables. L’évolution à gauche de certains courants chrétiens va également amener son lot de “ patrons sociaux ”, principalement parmi les amis de la CFDT. Enfin, le parcours personnel de François Mitterrand amène vers le PS des gens qui ne sont pas du tout de gauche, mais vont soutenir la gauche par amitié avec le Président de République – on pourrait ici citer André Rousselet, PDG des taxis G7 qui deviendra le premier dirigeant de Canal Plus.

À partir des années 80, c’est un tout autre processus qui se met en place. Des fonctionnaires et responsables socialistes vont utiliser leur accès au pouvoir comme un tremplin pour devenir des hommes des affaires – et parfois des affairistes – pendant que certains représentants de l’établissement financier se rapprochent du Parti Socialiste parce qu’ils prennent conscience que sous Mitterrand, “ les socialistes nous débarrassent du socialisme ” comme le dit un des personnages du téléfilm de Marco Pico, “ Les enfants du printemps ”.

À l’occasion de l’arrivée de Laurent Fabius à Bercy, lors du remaniement ministériel du printemps 2000, le Monde s’intéresse aux réseaux de nouveau ministre des Finances. Avec le sens de l’hyperbole qui lui est propre quand il s’agit des socialistes, le grand quotidien du soir détaille les constituants de la “ galaxie pourvoyeuse d’idées du ministre de l’économie ”2. Sur les indications, semble-t-il, de Henri Weber, sénateur de Seine-Maritime, ex-leader de la Ligue Communiste des années 60 et 70, un homme qui a ses entrées au MEDEF depuis qu’il a consacré au patronat une étude respectueuse, le rédacteur du Monde, décompose ainsi les cercles qui gravitent autour de Laurent Fabius. Viennent d’abord, sans que cela soit par un ordre d’importance réelle, les Socialistes avec le courant fabiusien du PS qui continue de contrôler en gros un quart de l’appareil du parti. Suivant les leçons de François Mitterrand, Fabius contrôle sa baronnie haute normande avec science, méthode et main de fer dans un gant de velours, mais il ne veut pas être trop lié au Parti Socialiste. D’où le deuxième cercle des intimes, cercle informel où son ancien directeur de cabinet, Louis Schweitzer, PDG de Renault, joue un rôle clé. Autour de Schweitzer, on retrouve, toujours selon le Monde, Serge Weinberg, président du directoire de Pinault-Printemps-La Redoute, qui fut chef de cabinet de Laurent Fabius lorsque ce dernier était ministre du budget. À ses côtés, un autre ancien du cabinet de Laurent Fabius, Charles-Henri Filippi, directeur général du CCF et Patrick Careil, PDG de la banque Hervé. La formule de ce deuxième cercle : comment passer des cabinets ministériels aux sommets du capitalisme français ?

À cette “ garde rapprochée ”, il faut ajouter tous ceux qui occasionnellement peuvent donner un coup de main ou dont les conseils sont sollicités. La liste donnée par le Monde est, là encore, assez significative : Patrick Ponsolle, PDG d’Eurotunnel, ancien directeur adjoint du cabinet de Laurent Fabius quand il était ministre du budget, Pascal Beaufret, directeur financier adjoint de Alcatel, son ancien conseiller technique à l’industrie et à Matignon, Lionel Zinzou, associé-gérant chez Rothschild et Cie, sa plume quand il était Premier Ministre, Édouard Stern, président d’International Real Returns, Philippe Calavia, directeur général délégué d’Air France, conseiller technique à Matignon de 1984 à 1986, Jean-Dominique Commolli, PDG de la SEITA, ancien chargé de mission à Matignon. Là encore la formule : haut fonctionnaire, cabinet ministériel, manager capitaliste semble fonctionner à plein rendement. On comprend mieux de qui Fabius est le porte-parole quand il arrive au gouvernement avec la ferme volonté de baisser les impôts sur les plus hauts revenus et de détaxer les stocks-options que Juppé avait surtaxées.

Dans ces multiples réseaux, on retiendra le rôle central joué par le PDG de Renault, Louis Schweitzer. Voilà un patron de gauche qui, plus que dix ou cent thèses, dit ce qu’est aujourd’hui la gauche, et singulièrement ce qu’est le Parti Socialiste. Louis Schweitzer, en tant que PDG de l’entreprise phare qu’est Renault, a montré de façon éclatante comment on peut être “ de gauche ” et se comporter comme un patron de choc. Élève de l’ENA de 1968 à 1970, Louis Schweitzer a intégré l’inspection des Finances. En 1981, il devient directeur de cabinet de Laurent Fabius au ministère du budget et à l’industrie ; quand son patron devient Premier Ministre, il occupera les mêmes fonctions à Matignon. Quand la droite revient au pouvoir en 1986, il rejoint Renault dont il devient le PDG en 1992. S’affirmant résolument de gauche, Schweitzer réfute l’étiquette de “ patron de gauche ” car “ il n’y a malheureusement pas trente six façons de gérer une entreprise. ”3 C’est exactement la position d’un Tony Blair. Mais Schweitzer n’en fait pas une théorie. Il applique. Aux côtés de Fabius d’abord. Dans le grand jeu du mécano industriel des années 80 et après que Jean-Pierre Chevènement eût été mis sur la touche, c’est Fabius en effet qui va jouer un rôle central, dans les restructurations. C’est l’époque où la sidérurgie française est dépecée pour cause de non-compétitivité. Le gouvernement de gauche réalise ce que la droite – Giscard et Barre – n’avait pas réussi à faire en raison de la révolte des ouvriers … alors soutenus par la gauche. La Lorraine est mise au pain sec. Les ouvriers de la sidérurgie sont invités à se reconvertir en Schtroumpfs. Face à la droite, Fabius se plaint et se vante tout à la fois : nous avons fait “ le sale boulot ”. Maitre d’œuvre : Louis Schweitzer. Une étape décisive est accomplie dans la destruction politique de la classe ouvrière française. En tant que PDG de Renault, Schweitzer va poursuivre son œuvre. Lui qui a très largement organisé les nationalisations de 1981 va être l’artisan de la privatisation de Renault et de la liquidation de la “ forteresse ouvrière ”. En 1996, c’est lui qui fait pression sur le gouvernement Juppé pour arracher la privatisation de Renault : l’État conservait encore la majorité et Juppé, pas téméraire pour deux sous, lâche 6 % pour ramener la part de l’État à 46 %. C’est encore le gouvernement de droite qui impose cinq administrateurs publics à Renault alors que Schweitzer n’en voulait que trois. Ce n’est certainement pas à gauche qu’on trouverait des étatistes aussi sourcilleux. Heureusement, la gauche revient au pouvoir en 1997. Comme il n’y a pas “ trente six façons de gérer une entreprise ”, c’est sans état d’âme qu’il annonce brutalement la fermeture de l’usine Renault de Vilvoorde. Décision que Jospin, une fois élu, confirmera. Dès juillet 1996, Schweitzer a embauché un spécialiste en restructurations, venu de chez Michelin, Carlos Ghosn. C’est lui qui va restructurer l’ex Régie. Puis, début 1999, c’est la prise de contrôle de Nissan et les restructurations menées au pas de charge par un Carlos Ghosn qui peut démontrer tout son savoir-faire. Pendant des années, on avait mobilisé les Français contre le péril jaune – on n’oubliera pas les impayables déclarations de Mme Edith Cresson sur les “ fourmis ” japonaises. Les conditions de travail y étaient présentées comme un véritable bagne. Les ouvriers japonais ont pu tester qu’il y a pire qu’un patron japonais, qu’il y a un bagne plus terrible que la gestion paternaliste traditionaliste de l’Empire du Soleil Levant. Licenciements, destruction des avantages sociaux, chasse aux gains de productivité (cadences, flexibilité) : le patron “ socialiste ” n’a pas pris de gants. Et du même coup, il a fait justice des récriminations hypocrites dont les socialistes français nous ont abreuvés pendant des années. En France, il fallait faire des sacrifices à cause de la concurrence “ déloyale ” de l’Asie du Sud-Est. Aujourd’hui, c’est un des leurs qui demande aux Japonais des sacrifices en raison de la concurrence … des pays occidentaux qui ont mis à genoux la fière industrie automobile nippone !

Hasard du calendrier : quelques jours après le retour de Laurent Fabius au gouvernement, Denis Kessler, numéro deux du MEDEF et patron de la branche “ assurances ” de l’organisation patronale, recevait la légion d’honneur des mains du baron Ernest-Antoine Seillière. Rendant compte de cette petite sauterie bien parisienne, le Monde titre : “ La rosette de Denis Kessler réunit la gauche, la droite et le CAC 40. ”4 Ce n’est pas que la rosette qui réunit tout ce beau monde ; Denis Kessler, à lui seul, est un concentré de toute la période historique que nous venons de vivre. En remettant la rosette, le baron résume, “ taquin ”, dit le Monde, l’évolution de Denis Kessler par la très classique formule : “ Quand on n’est pas gauche à vingt ans, c’est qu’on n’a pas de cœur ; quand on n’est pas de droite à quarante, c’est qu’on n’a pas de tête. ”

En effet, Denis Kessler fut dans les années 70 un des représentants de l’aile gauche de la CFDT. Spécialiste des retraites, il écrit un livre avec Dominique Strauss-Kahn puis finit par se faire embaucher comme fonctionnaire du CNPF avant de rentrer chez AXA. Hasard malencontreux (?), AXA, groupe dirigé par une des figures de proue du capital financier français, Claude Bébéar, a conclu un accord d’un genre nouveau avec la CFDT recentrée de Mme Notat : pour la première fois en France, les cotisations syndicales sont directement prélevées sur la feuille de paie des salariés. L’autogestion des années 60 et 70 s’est muée en pur corporatisme, en nouvelle forme de ce syndicalisme à cotisations obligatoires dont les ouvriers d’Europe de l’Est se sont progressivement débarrassés, en commençant par la révolte de Gdansk pour finir avec l’effondrement du mur de Berlin. Cette petite digression suffit pour montrer que le parcours de Denis Kessler n’est pas aussi bizarre qu’on pourrait le croire au premier abord. Mais l’histoire ne se termine pas là. Après son passage chez AXA, Denis Kessler revient au CNPF devenu MEDEF pour devenir le patron de la branche “ assurances ”, la FFSA. Protégé de Claude Bébéar, Denis Kessler a la réputation d’un défenseur du “ libéralisme intégral ” – comme tout le monde est rallié au libéralisme, il faut maintenant introduire des qualificatifs subtils pour en distinguer les diverses nuances. Bras de droit de Ernest-Antoine Seillière, Denis Kessler est le théoricien de la “ refondation sociale ”, c'est-à-dire d’une révolution radicale des rapports entre les partenaires sociaux, mettant à bas le vieux paritarisme, limitant drastiquement le champ d’intervention de la loi et de l’État. À ses côtés, on remarquera la présence de François Ewald, philosophe mais aussi ancien militant de la Gauche Prolétarienne, devenu un critique de l’État Providence.

Eh bien, chose étonnante, la seule confédération de salariés qui réponde positivement à l’invitation de Denis Kessler de Ernest-Antoine Seillière et qui accepte sa problématique est … la CFDT de Mme Notat. Cette “ refondation sociale ” trouve d’ailleurs des applications concrètes. Denis Kessler a inventé le PARE, un système de gestion des chômeurs calqué sur le modèle punitif de Mrs Thatcher et de son successeur néo-travailliste, Tony Blair. Encore une fois, seule la CFDT –aux côtés du groupuscule qu’est la CFTC- en accepte le principe. Que le monde est petit ! Syndicaliste gauchiste des années 60, patron libéral des années 2000, Denis Kessler reste fidèle à son organisation syndicale.

Quand on sait que la CFDT possède plus que des relais puissants dans l’appareil socialiste, la boucle est bouclée … et nous ramène à notre petite sauterie décorative. “ C’est presque une réunion du CAC 40 ”, dit Denis Kessler. Autour de lui et des dirigeants du MEDEF nous pouvons croiser Dominique Strauss-Kahn et Philippe Séguin, Claude Bébéar et Michel Bon, le PDG de France Télécom. Des patrons clairement à droite comme Vincent Bolloré ou Michel Pébereau et des patrons au cœur qui penche à gauche, comme les dirigeants de Schlumberger. Des dirigeants de la CFTC et de la CGC et comme le confiait Denis Kessler lui-même, “ Nicole Notat serait bien venue, mais elle est en vacances. ”

L’enchevêtrement des liens entre l’appareil du PS, la haute fonction publique, les patrons des grandes entreprises capitalistes et certains milieux syndicaux ou mutualistes est presque inextricable. Quand on tire un fil, tout vient progressivement. De tous les ministères importants partent des fils multiples qui vont conduire d’ambitieux énarques, de brillants inspecteurs des finances vers les sommets du capitalisme privé, souvent même du capitalisme privatisé. Pierre Bérégovoy est ministre des Affaires Sociales puis ministre des Finances entre 1982 et 1986. Comme directeur de cabinet, il appelle un homme jeune et brillant qui devient “ dircab ” à l’âge de 33 ans. À ce poste, Jean-Charles Naouri va être un des premiers artisans de la libéralisation des marchés financiers qui restera la “ grande œuvre ” de Pierre Bérégovoy – pour une telle opération, seul un ministre autodidacte issu des rangs ouvriers pouvait convenir. Selon la rumeur, rapportée par le Monde (15 septembre 1997), Jean-Charles Naouri aurait dit, lors de son pot d’adieu après la défaite de la gauche en 1986 : “ Dans la vie, il y a deux choses qui comptent : le pouvoir et l’argent. Nous avons eu le pouvoir, maintenant il nous faut l’argent. ” Apocryphe ou non, cette phrase résume admirablement et la trajectoire de Jean-Charles Naouri, et celle d’une large partie de la génération qui va accéder au pouvoir avec François Mitterrand. Naouri quitte donc la fonction publique et devient associé-gérant chez Rothschild – un parcours assez semblable à celui de l’ancien conseiller de Fabius, Laurent Zinzou. Chez Rothschild, d’ailleurs on peut faire des rencontres intéressantes. Nicolas Bazire, directeur de cabinet de M. Édouard Balladur sera, lui aussi, associé-gérant. En 1987, Jean-Charles Naouri crée le fond d’investissement Euris qui prend rapidement de l’ampleur, empilant les structures. Non seulement il a l’appui de Rothschild mais aussi celui de Lazard Frères, une compagnie financière qui accueillera bientôt dans ses rangs l’ancienne secrétaire générale adjointe de l’Élysée sous François Mitterrand, Mme Anne Lauvergeon. Celle-ci, après Alcatel, finira par prendre en main les destinées de la COGEMA. Mais ne nous égarons pas, ce qui est si facile : dès qu’on entre dans les méandres du grand capital, on trouve des socialistes et des hommes et femmes de confiance des socialistes dans tous les couloirs.

En 1991, Naouri entre dans le domaine de la distribution. Il reprend Rallye et Go Sport en se liant au groupe Casino dont il prend 30 % en échange de ses actifs dans Rallye. La financière Euris est ainsi devenue un important groupe de distribution. Inquiété par la commission parlementaire qui enquête sur la manière dont certains grands patrons ont profité largement de la liquidation de certains actifs du Crédit Lyonnais, Naouri règne sur un groupe qui pèse plus 10 milliards et sa fortune personnelle est évaluée à plus de 1,5 milliards de francs. Si la gauche n’a pas réglé la question sociale, en voilà un au moins qui a réglé sa propre question sociale ! Dans leur livre “ L’entreprise barbare ”5, Albert Durieux et Stéphane Jourdain épinglent d’ailleurs Go Sport comme une de ces entreprises qui pratiquent le harcèlement systématique de leurs salariés, au point de fonctionner, disent ces deux auteurs, quasiment comme une secte.

On pourrait aussi s’intéresser aux heurs et malheurs de l’économiste Alain Bloubil, un autre proche de Pierre Bérégovoy qui, tout comme Naouri, aura maille à partir avec la justice, notamment à propos d’un méchant délit d’initié concernant Péchiney. Sans oublier quelques amitiés plus ou moins intéressées qui précipiteront l’intègre Bérégovoy dans la spirale infernale qui se terminera au bord du canal du Nivernais au petit matin du 1er mai 1993. Qu’on nous permette une digression et une interprétation. Pierre Bérégovoy, on s’en souvient, avait bénéficié d’un prêt à un taux avantageux de la part de Roger-Patrice Pelat, un homme d’affaires proche de François Mitterrand, qui sera soupçonné d’avoir bénéficié, lui aussi, d’un délit d’initiés dans l’affaire Péchiney qui vient d’être évoquée. Blessé d’être accusé de corruption par certains journaux, lâché par une partie de ses amis, confronté au désastre de la gauche aux élections du printemps 1993 qui ramènent le PS à un niveau d’avant le congrès d’Épinay, les raisons ne manquent point pour pousser au geste fatal cet homme fatigué par 14 ans presque ininterrompus de ministères exposés. Ancien ouvrier ajusteur, entré à 16 ans à la SNCF, qui a refusé les compromissions de la SFIO et rejoint le PSA en 1958 et Pierre Mendès-France dans l’aventure qui conduit au PSU, puis à la reconstruction d’une nouvelle force socialiste basée sur l’Union de la Gauche, Pierre Bérégovoy est peut-être confronté, en ce printemps de 1993, au bilan catastrophique de la vie de celui qui avait pensé la mettre sous le signe de la lutte pour la justice sociale. Acteur mais aussi victime des années fric, Pierre Bérégovoy a peut-être brutalement compris quel monstre était sorti des deux septennats socialistes.

On pourrait continuer l’énumération. Nous avons vu deux premiers ministres socialistes Fabius et Bérégovoy. Mais les amis et collaborateurs de Mauroy et Rocard ont aussi des trajectoires intéressantes. Ainsi Christian Blanc, ancien préfet qui s’est illustré lors de la négociation en Nouvelle-Calédonie, devenu patron de la RATP puis PDG d’Air France et organisateur de l’entrée de la compagnie dans l’ère du libéralisme et de la privatisation, Christian Blanc que “ L’Événement du Jeudi ” présente en ces termes : “ Homme de gauche et patron de choc ” (30/11/1995). Démissionnaire d’Air France en 1997, Christian Blanc vient d’être nommé vice-président de la filiale française de la compagnie financière Merryl Lynch. Belle carrière pour un préfet. On pourrait encore citer les spécialistes de l’aller-retour, par exemple, Martine Aubry, ministre puis DRH chez Péchiney puis à nouveau ministre chargée des Affaires Sociales et du Travail. On pourrait aller faire un tour du côté de Pierre Mauroy et croiser Jean Peyrelevade, devenu PDG du Crédit Lyonnais, dont il assure le redressement après le naufrage sous la présidence de Jean-Yves Haberer. Ancien directeur du Trésor nommé Bérégovoy, Haberer présidait aux destinées du Crédit Lyonnais quand se sont nouées les grandes affaires qui devaient le conduire à la quasi-faillite. Une affaire exemplaire des liens entre politiques, hommes d’affaires et aventuriers, qui devait être suivie du “ repas des fauves ”6 auquel se livreront les grands capitaines de la finance française avec la complicité du CDR, l’organisme chargé de la liquidation des actifs du Lyonnais, mis en place par Édouard Balladur. Parmi les “ fauves ” qui se partageront les dépouilles de la vénérable institution, on retrouve les holdings de François Pinault et de Jean-Charles Naouri…

Il y a un homme qui symbolise mieux que tout cette grande confrérie du fric de droite et du fric de gauche. C’est Alain Minc, tantôt pour la gauche moderne, tantôt pour la droite, consultant et écrivain prolixe (surtout à la photocopieuse : ça va plus vite qu’au stylo). “ Pour fêter ses 50 ans, Minc réunit à la table du Grand Véfour, le 14 avril 1999, un “ nectar de Who's Who”. Par ordre alphabétique, citons Martine Aubry, Pierre Bergé, Vincent Bolloré, Michel Bon, Jean-Marie Colombani, Jean Drucker, Franz-Olivier Giesbert, Bernard Kouchner, Philippe Labro, Pascal Lamy, Gérard Mestrallet, Jean-Charles Naouri, Jean Peyrelevade, François Pinault, David de Rothschild, Ernest-Antoine Seillière, Louis Schweitzer, Anne Sinclair, Dominique Strauss-Kahn et Jean-Claude Trichet. Attention, précise un de ces heureux invités, ce n'étaient pas pures mondanités : “C'est vrai qu'Alain est snob comme un pot de chambre ”, mais  “ les gens qui étaient là n'auraient normalement jamais dîné ensemble ”. ”7

Il y a évidemment des différences importantes entre les types d’hommes. Louis Schweitzer ou Christian Blanc ne ressemblent pas à Jean-Charles Naouri. Mais ces différences deviennent secondaires si on considère que le lien et le passage entre la politique et les affaires, qui constituait l’exception, est devenu la règle dans les cabinets socialistes. Ce qui était vrai essentiellement des partis de droite est devenu une des caractéristiques du Parti Socialiste et cela a nécessairement une signification politique.

Si, prenant un peu de recul, on considère maintenant le tableau d’ensemble, on ne manquera pas d’être frappé par la dynamique qui s’est mise en route avec l’arrivée au pouvoir de la gauche en 1981. Toute une génération de hauts fonctionnaires, souvent encore jeunes, va arriver aux affaires. Unissant idées modernistes, voire teintées de gauchisme à une forte culture de la compétence technique, ils vont progressivement pénétrer tous les rouages de l’appareil d’État et de l’économie. Puis, chevauchant la vague néolibérale, eux qui furent embauchés sous l’enseigne de la “ rupture avec le capitalisme ” vont se retrouver à la tête des plus grandes entreprises, souvent privatisées sous les gouvernements de droite et de gauche. On passe d’un capitalisme d’État qui se voulait “ socialiste ” à un capitalisme privé qui a pris entièrement le contrôle de l’État. En changeant ce qui doit être changé, ce processus rappelle étrangement le démantèlement de l’ex-Union Soviétique. Les bureaucrates formés à l’école du Gosplan vont engager la privatisation de l’économie d’État … et s’en partager les dépouilles.

Nous n’avons qu’effleuré les phénomènes de corruption, les “ affaires ” qui ont pourri le deuxième septennat de Mitterrand. Les “ affaires ” sont révélatrices, mais elles ne sont pas l’essentiel et peuvent même le masquer. L’essentiel c’est la transformation radicale de la relation entre le PS et les classes dominantes et du même coup le bouleversement de tout le champ politique, qui ne se circonscrit pas à la géographie parlementaire mais concerne la représentation politique de la nation dans toutes ses composantes et avec tous ses conflits. Cette transformation des liens entre les possesseurs de capital – les vrais, pas les petits épargnants qui se font plumer dans l’opération Eurotunnel – et le Parti Socialiste a plusieurs conséquences :

  • Le PS n’est plus un parti pour la gestion loyale du capitalisme en temps de crise, comme ce fut le cas en 1936. Il est une solution sérieuse et durable pour les classes dominantes, au même titre que le sont les partis de la droite classique. Nous avons même vu que le PS possède sur ces derniers quelques avantages décisifs, notamment celui d’être moins lié à la tradition conservatrice pesante pour la “ nouvelle économie ”.

  • Cette transformation du PS s’est opérée dans la douleur, la déception et les dégoûts des uns, l’enrichissement insolent et la corruption des autres. Avec Lionel Jospin, cette phase est terminée. Le ménage est en gros fait. Les défauts inévitables des “ nouveaux riches ” s’estompent avec l’habitude. Au total, le rigorisme protestant de Lionel Jospin aura été l’instrument de la normalisation consécutive à cette mutation du Parti Socialiste.

  • Du point de vue de sa composition sociale, de son appareil, des liens qu’il entretient avec la société civile, le PS est désormais le parti du “ bloc central ” cher à Valery Giscard d’Estaing8.

Encore une fois, il ne s’agit pas d’opposer un PS soi-disant “ révolutionnaire ” ou au moins fortement contestataire des années 70 au PS assagi par le pouvoir. Le PS a évolué par petites secousses, enregistrant tel tournant gouvernemental – en rouspétant – avançant, mezzo voce, telle innovation théorique. Il n’y a pas eu de congrès de Bade-Godesberg comme pour la SPD. Pas de spectaculaire changement de sigle. Et pourtant il a subi, en profondeur, une sorte de transsubstantiation qui bouleverse tout le paysage politique français. La seule chose qui le sépare maintenant du “ centre droit ”, de la démocratie chrétienne en particulier, c’est peut-être la relation à l’Église catholique. En dépit du poids des “ cathos de gauche ”, le PS reste largement un parti laïque. Mais l’affaiblissement du contrôle politique de l’Église, la désagrégation de la démocratie chrétienne européenne – crise du CDU, explosion de la DC italienne – et la montée d’une nouvelle droite réactionnaire – Haider en Autriche, “ centristes ” suisses – laissent augurer de nouveaux reclassements. »

 

[8] Comment le PS est devenu un parti du capital ? Aujourd’hui...

Les processus que nous avions analysés à l’époque n’ont fait que se développer au cours des quinze dernières années. Dans son livre L’imposteur (Balland, 2014), Jacques Cotta établit précisément les liens profonds existants entre les milieux du capital financier (singulièrement les grandes banques), les hauts fonctionnaires sarkozystes et les hiérarques du PS. Il montre aussi comment la CFDT, dont les dirigeants ont une forte propension à investir la direction des entreprises privées colonisent véritablement l’appareil d’État. De ce point de vue l’accord Hollande-Gattaz autour du « pacte de responsabilité » et la nomination de Valls, celui qui voulait il y a encore peu de temps débaptiser le PS pour faire disparaître le mot « socialiste » ne fait que parachever une évolution dont on peut fixer le point de départ au « tournant de la rigueur » engagé par le gouvernement Mauroy en 1982.

On l’a souligné, cette évolution a un centre de gravité : les engagements « européens », c’est-à-dire la soumission du PS au dogme de la « concurrence libre et non faussée » (qui figurait déjà dans le traité de Rome!). C’est Delors qui a convaincu Mitterrand l’atlantiste de donner la priorité à la « construction européenne » en 1982-1983. C’est ensuite Mitterrand qui, secondé par Bérégovoy, a pris le camp des ultra-européistes en mettant en place « le grand marché », en libéralisant les transactions financières, en déréglementant à tout va. Les « bébés Delors » vont un rôle croissant et parmi eux un certain François Hollande qui dès 1983 servait de « nègre » à Max Gallo pour un livre qui appelait déjà à rompre avec tous les « dogmes socialistes » intitulé La nouvelle alliance. C’est au Pascal Lamy qui va prendre la direction de l’OMC où il œuvrera avec constance pour le triomphe de la nouvelle économie libérale, ce même Lamy qui vient de déclarer qu’il vaut mieux un job à 500€ que d’être chômeur.

En vérité, les sommets du PS n’ont plus aucun lien réel avec les citoyens en général pour ne rien dire des classes populaires. Ils appartiennent à cette « classe capitaliste transnationale » (TCC) si bien analysée par Leslie Sklair. Les maires des métropoles (Paris et Lyon) ou les barons des grandes régions font également partie de cette classe « hors sol ». Et avec eux toute une camarilla d’experts et de conseillers qui naviguent entre la direction des grandes entreprises et les cabinets ministériels.

Maintenir l’illusion qu’il existe quelque chose comme « la gauche » qui unirait les ouvriers licenciés, les RMIstes et les sept millions (au moins) de travailleurs pauvres aux barons « socialistes », c’est faire preuve d’un aveuglement radical ou d’une aptitude singulière à la reptation devant les puissants, à moins qu’il ne s’agisse de participer à une opération d’enfumage nécessaire pour sauvegarder sinécures et voitures de fonction.

1 Le rôle dirigeant dans le gouvernement du Front Populaire devait échoir aux radicaux. Mais la grève générale bouleversa les calculs, et à la place de Herriot ou Daladier, la classe dirigeante demanda à Léon Blum de prendre les choses en main.

2 Le Monde, Jeudi 20 Avril 2000

3 Libération – Lundi 5 mai 1997

4 Le Monde, Vendredi 21 Avril 2000

5 Albin Michel 1999

6 Pour reprendre le titre du livre de Thierry Pfister et Fabrizio Calvi.

7 Libération - 10 décembre 1999 ; Compte rendu du livre de Éric Dupin, “ Un capitaliste français ” (J.C. Lattès, 1999)

8 Dans Démocratie française, VGE, encore Président de la République, expliquait que la France devait être “ gouvernée au centre ” puisque l’évolution sociale et économique était en train de constituer un bloc central des classes moyennes qui reléguait la lutte des classes aux poubelles de l’histoire.

Articles portant sur des thèmes similaires :


Partager cet article


Commentaires

Lien croisé par Anonyme le Mercredi 23/04/2014 à 13:08

Comment le PS français est devenu un parti du capital ? - Le blog de La Rochelle : "La Sociale Jeudi 17/04/2014 "


Lien croisé par Anonyme le Mardi 28/07/2015 à 03:48

le PS un parti de la grande bourgeoisie - Forum Marxiste-Léniniste : " sociétés d'assurances), Édouard Stern, président dÂ’International Real Returns Serge Weinberg, président du directoire de Pinault-Printemps-La Redoute et président de Sanofi, chef de cabinet de Fabius. Lionel Zinzou, associé-gérant chez Rothschild et Cie A lire à titre dÂ’illustration : « Comment le PS français est devenu est parti du capital ? Hier ... » La transformation du PS en groupuscule bourgeois se traduit par un naufrage inévitable. Comment les dirigeants révisionnistes peuvent-ils encore s'accrocher à une telle épave ? "



Archives par mois


La Sociale

Il Quarto Stato